Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 5ème siècle > Paulus dit le comte Paul

Paulus dit le comte Paul

mardi 8 décembre 2020 (Date de rédaction antérieure : 17 février 2012).

Paulus dit le comte Paul

Officier militaire de la Gaule du 5ème siècle

La Gaule à l'avènement de ClovisIl n’est connu que par une brève mention de Grégoire de Tours qui le montre agissant sur la Loire peu après la bataille de Déols [1] de 469-471.

Beaucoup d’historiens ont pensé qu’il était un personnage important, peut-être le successeur d’Egidius en Gaule du Nord avant Syagrius, ou bien le lieutenant de ce dernier sur la Loire, voire le nouveau magister militum [2] de Gaule allié à Riothamus et Anthémius.

On sait toutefois que ce chapitre de l’œuvre de Grégoire est tiré probablement d’une ancienne chronique perdue rédigée à Angers, nommée “Annales Andecaves”, qui consacrait une large place à celui qui était son chef [3] ; le rôle du comte Paul a donc pu être très surestimé par Grégoire lui-même et par l’historiographie qui l’a suivi.

Sa lutte contre les Wisigoths [4] semble être plus une sorte de guérilla locale contre leur avancée après Déols qu’une opération de grande ampleur.

Quant aux Francs, ils n’étaient peut-être pas tous unis derrière Childéric depuis qu’il avait repris son règne.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Karl Ferdinand Werner, Les Origines : Avant l’an mil, Paris, Le Livre de poche, coll. « Histoire de France », 1984 (réimpr. 1996) (ISBN 978-2-253-06203-5)

Notes

[1] La bataille de Déols est, une célèbre bataille de l’Antiquité tardive qui s’est déroulée en Gaule, près de Déols, en Berry, au 5ème siècle, vraisemblablement en 469.

[2] Le magister militum est un officier supérieur de l’armée romaine durant l’Antiquité tardive. Son nom est souvent traduit par « maître de la milice » ou « maître des milices ». À l’origine, on distinguait le magister peditum ou commandant de l’infanterie et le magister equitum ou commandant de la cavalerie. Les deux fonctions furent à l’occasion réunies et leur titulaire prit le titre de magister utriusque militiae. Le commandant des corps demeurant à la disposition de l’empereur près de la capitale fut appelé magister militum praesentales. En Orient, la fonction cessa d’exister avec la création des thèmes où le gouverneur (strategos), cumula les fonctions militaires et civiles.

[3] comes

[4] Les Wisigoths entrent en Gaule, ruinée par les invasions des années 407/409. En 416 les Wisigoths et leur roi Wallia continuent leur invasion en Espagne, où ils sont envoyés à la solde de Rome pour combattre d’autres Barbares. Lorsque la paix avec les Romains fut conclue par le fœdus de 418, Honorius accorda aux Wisigoths des terres dans la province Aquitaine seconde. La sédentarisation en Aquitaine a lieu après la mort de Wallia. Les Wisigoths pénétrèrent en Espagne dès 414, comme fédérés de l’Empire romain. Le royaume des Wisigoths eut d’abord Toulouse comme capitale. Lorsque Clovis battit les Wisigoths à la bataille de Vouillé en 507, ces derniers ne conservent que la Septimanie, correspondant au Languedoc et une partie de la Provence avec l’aide des Ostrogoths. Les Wisigoths installèrent alors leur capitale à Tolède pour toute la suite. En 575 ils conquièrent le royaume des Suèves situé dans le nord du Portugal et la Galice. En 711 le royaume est conquis par les musulmans.