Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Lucius Clodius Macer

samedi 13 février 2021 (Date de rédaction antérieure : 12 février 2012).

Lucius Clodius Macer

Gouverneur romain de la province d’Afrique

"Monnaie datant de Clodius Macer"En l’an 68, Vindex, gouverneur de la Gaule lyonnaise [1], lança la révolte contre l’empereur Néron, avec le soutien de Galba, gouverneur de la Tarraconaise [2]. Rapidement Othon, gouverneur de Lusitanie [3], se joignit aux rebelles.

Les événements d’Europe décidèrent Lucius Clodius Macer à se révolter contre l’empereur lui aussi en avril 68. Il ne se joignit pas toutefois à Galba et Vindex, parce que lui-même espérait devenir empereur.

Il créa une nouvelle légion en Afrique, la Legio I Macriana liberatrix. De plus il avait à sa disposition la Legio III Augusta qui était stationnée dans sa province. Il conquit Carthage [4], port dont l’importance était vitale pour approvisionner Rome en grains d’Afrique du Nord. Il en fit arrêter l’expédition vers la capitale, ce qui y suscita des troubles.

Le 9 juin, Néron se suicida et Galba fut proclamé nouvel empereur de l’État romain. En octobre il arriva à Rome et fit assassiner Clodius Macer dès le même mois par Trebonius Garutianus. La légion de Macer Galba fut dissoute par Galba peu de temps après.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Lucio Clodio Macro »

Notes

[1] La Gaule lyonnaise était une des trois provinces (avec la Gaule aquitaine et la Gaule belgique) créées par Auguste au début de son principat à partir des conquêtes effectuées par Jules César en Gaule entre 58 et 51/50 av. jc. Le sud de la Gaule et la vallée du Rhône, jusqu’à Vienne, sont alors déjà romains, depuis leur conquête effectuée antérieurement entre 125 et 121 av. jc. Cette dernière région constitue une province distincte, de rang sénatorial, la Narbonnaise, tandis que Gaules lyonnaise, aquitaine et belgique sont des provinces impériales. Ces trois dernières provinces issues du découpage augustéen se trouvaient cependant réunies, à travers les notables gaulois à la tête des cités, dans le cadre d’une assemblée commune, à vocation politique et religieuse, liée au culte impérial, le Sanctuaire fédéral des Trois Gaules, et dont le siège se situait face à la colonie romaine de Lugdunum (Lyon), à la confluence entre Saône et Rhône, lieu nommé condate ou ad confluentes. Cette province a compté au moins 23 peuples dont les Ségusiens ou Ségusiaves et les Éduens.

[2] La Tarraconaise était une province romaine qui couvrait le nord et l’est de l’Espagne et qui correspond aujourd’hui à peu près à l’Aragon, la Catalogne et les Asturies. Elle est issue de l’ancienne Hispanie citérieure.

[3] Les Lusitaniens étaient un peuple indo-européen installé dans l’ouest de la péninsule Ibérique, région qui allait devenir la province romaine de Lusitanie. Cette région recouvrait la partie de l’actuel Portugal au sud du Douro et la région de l’Extremadura de l’Espagne actuelle. Les Lusitaniens quoique fortement influencés par leurs voisins Celtibères, possédaient une langue indo-européenne différente de ceux-ci. Les Portugais d’aujourd’hui considèrent les Lusitaniens comme leurs ancêtres dont le plus notable fut Viriatus, resté célèbre pour sa résistance aux Romains.

[4] Carthage est une ville tunisienne située au nord-est de la capitale Tunis. L’ancienne cité punique, détruite puis reconstruite par les Romains qui en font la capitale de la province d’Afrique proconsulaire, est aujourd’hui l’une des municipalités les plus huppées du Grand Tunis, résidence officielle du président de la République, regroupant de nombreuses résidences d’ambassadeurs ou de richissimes fortunes tunisiennes et expatriées. La ville possède encore de nombreux sites archéologiques, romains pour la plupart avec quelques éléments puniques,