Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 11ème siècle > Mathilde de Toscane dite Mathilde de Briey ou de Canossa

Mathilde de Toscane dite Mathilde de Briey ou de Canossa

jeudi 9 juillet 2020 (Date de rédaction antérieure : 1er décembre 2011).

Mathilde de Toscane dite Mathilde de Briey ou de Canossa (vers 1046-1115)

Comtesse de Briey

Fille du marquis Boniface III, marquis de Toscane [1] et de Béatrice de Bar, fille de Fréderic II, duc de Haute Lotharingie [2] et de Mathilde de Souabe.

Elle épousa en 1071, Godefroid III le Bossu, duc de Basse Lorraine [3], puis, en 1089, Welf II de Bavière, dont elle divorce en 1095.

Pendant la querelle des Investitures [4], elle soutiendra très fermement le parti du pape. En 1077, c’est dans la cour du château de Mathilde, à Canossa [5], que l’empereur germanique Henri IV « fit amende honorable » lors d’une rencontre avec le pape Grégoire VII.

Mathilde de Toscane meurt en 1115. Le corps de la comtesse fut transféré et inhumé à Saint-Pierre de Rome au milieu du 17ème siècle. Elle fut la fondatrice de l’abbaye d’Orval [6].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Marie-Ève Sténuit, Femmes en armes - Les guerrières de l’Histoire, Paris, Éditions du Trésor, 2019 (ISBN 979-10-91534-44-4)

Notes

[1] La Toscane, dirigée d’abord par des margraves et des marquis aux 9ème et 10ème siècles, devint un ensemble de cité-États à statut républicain-oligarchique. Au 15ème siècle, avec Cosme de Médicis, elle est progressivement réunifiée dans une seule entité politique et passe entre les mains de la famille des Médicis, l’une des plus puissantes durant la Renaissance. Cette famille a gouverné la Toscane du 15ème au 18ème siècle.

[2] Le duché de Haute-Lotharingie deviendra le duché de Lorraine, mentionné comme tel en 1047. Les ducs (pour les descendants de Gérard d’Alsace et ceux des Maisons de Vaudémont et d’Anjou jusqu’en 1737) se succédèrent jusqu’en 1766, date de l’annexion par la France où le trône ducal fut occupé par Stanislas Leszczynski, souverain polonais détrôné profitant de la vacance du trône lorrain suite au mariage du dernier duc de la maison de Lorraine, François III, avec la future impératrice d’Autriche Marie-Thérèse.

[3] Le duché de Basse Lotharingie est la partie nord de la Lotharingie. Avec le temps, il sera appelé duché de Lothier. Ce duché est créé en 959, en même temps que la Haute Lotharingie, de la division du duché de Lotharingie. C’est Brunon de Cologne qui procède au partage et donne la Basse Lotharingie au vice duc Godefroy. La Basse Lotharingie telle qu’elle a été instaurée à cette époque n’empiétait pas au sud sur les territoires du diocèse de Trèves. L’ancienne Frise y était encore comprise. La Basse Lotharingie s’étendait donc de l’Escaut à l’Ems et de la mer du Nord jusqu’à l’extrémité méridionale de la province de Cologne.

[4] La querelle des Investitures est le conflit qui opposa la papauté et le Saint Empire romain germanique entre 1075 et 1122. Elle tire son nom de l’investiture des évêques. Au Moyen Âge, l’investiture est un acte par lequel une personne met une autre en possession d’une chose. Au 11ème siècle, les souverains estiment que le fait de confier à un évêque ou à un curé des biens matériels leur permet de choisir l’officiant et de lui accorder les investitures spirituelles. Cette mainmise du pouvoir temporel sur le pouvoir spirituel a comme conséquence une défaillance profonde du clergé, qui n’assure plus son rôle.

[5] La pénitence de Canossa de janvier 1077 est un moment clef du conflit médiéval entre la papauté et le souverain germanique, au cours duquel le roi des Romains Henri IV vient s’agenouiller devant le pape Grégoire VII afin que celui-ci lève l’excommunication prononcée contre lui.

[6] L’abbaye Notre-Dame d’Orval (ou abbaye d’Orval) est un monastère cistercien-trappiste situé en Belgique à Villers-devant-Orval dans la province de Luxembourg. Fondée par des bénédictins au 11ème siècle, elle passe à l’ordre de Citeaux, en 1131, avec l’arrivée de moines de l’abbaye de Trois-Fontaines. Durant quatre siècles, Orval vit l’existence effacée d’un monastère perdu dans la solitude de la grande forêt ardennaise. En outre, située à la frontière entre le royaume de France et l’Empire, Orval subit les conséquences des guerres et conflits du 15ème au 17ème siècle.