Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 10ème siècle > Arnoul II de Flandre dit le Jeune

Arnoul II de Flandre dit le Jeune

lundi 10 juillet 2017 (Date de rédaction antérieure : 5 novembre 2011).

Arnoul II de Flandre dit le Jeune (vers 961-987)

Comte de Flandre de 965 à 987

Fils de Baudouin III et de Mathilde de Saxe. Il est le petit-fils et successeur d’Arnoul 1er. Il n’est encore qu’un enfant à la mort de son père en 961. Son grand-père Arnould 1er reprend alors la charge de comte jusqu’à sa mort en 965.

À son avènement, profitant de sa jeunesse, et se prévalant de la régence en tant que suzerain, le roi Lothaire envahit la Flandre, s’empare des comtés de Thérouanne [1] et de St-Pol [2], de Douai [3] et d’Arras [4]. Inquiété, l’évêque de Cambrai et d’Arras appelle l’empereur Othon 1er à la rescousse. Lothaire se retire, mais laisse un pays dévasté.

À la mort de Louis V en 987, par solidarité carolingienne, il soutient Charles de Basse Lotharingie et son fils Otton face à Hugues Capet, et ne reconnaît pas le roi élu. Hugues envahit alors la Flandre jusqu’à la Lys [5] et prend Arras. Il se réfugie auprès du duc Richard 1er de Normandie qui s’entremet. Hugues Capet se retire et le comte de Flandre le reconnaît comme roi. Il meurt 1 mois plus tard, atteint de la fièvre chaude

Sa veuve, Rozala d’Italie, fille de Bérenger II roi d’Italie, se remarie 1 an plus tard avec Robert II le Pieux, fils du roi Hugues Capet.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Jean Dunbabin, « The Reign of Arnulf II, Count of Flanders, and its Aftermath », Francia - Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, vol. 16, no 1, 1989

Notes

[1] Thérouanne (en picard Therwane, en néerlandais Terwaan ou Terenburg, en flamand Therenburch) est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais. Ce fut le siège d’un diocèse important (évêché de Thérouanne), érigé par saint Achaire. Le plus célèbre de ses évêques est saint Omer. Saint Erkembode, moine bénédictin irlandais, devint évêque de Thérouanne au 8ème siècle. Au Moyen Âge, Thérouanne a fait partie du comté de Flandre, puis du comté d’Artois lorsqu’il s’en est détaché. La cité fut pillée par les Normands en 880 et 882. Les étudiants de son diocèse faisaient partie de la Nation Picarde aux universités de Paris, Orléans et Bologne. Par sa position stratégique, Thérouanne a représenté un enjeu militaire important, en particulier pendant les guerres d’Italie. Après un dernier siège, débuté le 11 avril 1553, Thérouanne a été prise le 20 juin 1553, puis rasée dans le courant de l’été 1553 sur l’ordre de Charles Quint, qui y aurait même fait répandre symboliquement du sel. Par la suite, Thérouanne devient un site abandonné. Le diocèse est supprimé en 1557, entraînant une recomposition de l’administration ecclésiastique.

[2] Le comté de Saint-Pol (Saint-Pol-sur-Ternoise) correspond au pays du Ternois, région comprise dans le département du Pas-de-Calais entre l’Artois et la Picardie. Il tire son nom de sa capitale, Saint-Pol-sur-Ternoise, qui était à son origine une forteresse composée de deux châteaux très élevés, séparés par un fossé large et profond.

[3] Douai est une commune française du département du Nord, située dans le sud de la Flandre romane. Le comte Arnoul 1er de Flandre érige vers 950 le premier lieu de culte, la collégiale Saint-Amé. Après la conquête normande de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant, la ville de Bridgwater en Angleterre était nommée du prince Walter (Gautier, ou Walscin) Douai. La ville reçut sa première charte avant 1188 et fut dirigée par un conseil d’échevins jusqu’en 1789.

[4] Arras est une commune française, capitale historique et administrative du département du Pas-de-Calais. Historiquement, Arras était sous l’Ancien Régime la capitale de la province d’Artois, un grand centre religieux et une cité prospère connue pour ses fabrications drapières. Au 9ème siècle, Arras devient la résidence privilégiée des comtes de Flandre qui y établissent une châtellenie héréditaire. En 1025, l’évêque d’Arras, Gérard de Cambrai, réunit en l’église Sainte‑Marie un synode pour lutter contre une hérésie, qui sera réprimée.

[5] La Lys est une rivière du Nord de la France et de Belgique, affluent en rive gauche de l’Escaut qu’elle rejoint à Gand. L’essentiel de son cours est aujourd’hui canalisé.