Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De l’Antiquité à 400 av.jc > Titus Lucretius Tricipitinus

Titus Lucretius Tricipitinus

lundi 25 juillet 2011

Titus Lucretius Tricipitinus

Consul romain de 508 et 504 av. jc

Il est élu avec pour collègue Publius Valerius Publicola. Lors du blocus de Rome par Porsenna , son collège Valerius Publicola prépare une embuscade pour piéger les armées étrusques [1], et engage le combat. Avec notamment Titus Herminius Aquilinus , Lucretius Tricipitinus et quelques manipules [2] surgissent par derrière et sur les côtés, et les Romains vainquent une armée ennemie prise de tous côtés, mettant ainsi fin aux pillages incessants des étrusques.

Il est élu consul par les comices centuriates [3] pour la seconde fois en 504 avec, une nouvelle fois, Publius Valerius Publicola

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia /Portail de la Rome antique/ Catégorie/ Consul de la République romaine

Notes

[1] Territoire des Étrusques. Il correspond en gros à l’actuelle Toscane, s’étendant durant la période de son expansion maximum, au delà de l’Apennin Tosco Émilien jusqu à la plaine du Pô et son embouchure, à Hadria, port antique qui donna son nom à la Mer Adriatique. Au sud, le territoire étrusque s étendait au delà de Rome, jusqu à Capoue.

[2] Le manipule est une subdivision de la légion romaine antique. Il se compose de deux centuries, au sein d’une même cohorte, pour un effectif qui a varié entre 120 et 200 hommes au cours de la République romaine.

[3] Les comices centuriates sont une assemblée du peuple romain, divisé en groupes censitaires, nommés centuries. Cette assemblée ne peut être convoquée sur le Champ de Mars que par des magistrats dotés de l’imperium. Elle a une vocation initiale militaire pour la constitution des légions et la levée du tributum, et devient sous la République une des assemblées du peuple pour l’élection des magistrats, le vote des propositions de loi et de déclaration de guerre. Son rôle électoral se restreint sous Auguste, puis disparaît.