Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Palladius (évêque)

samedi 26 novembre 2022, par ljallamion

Palladius (évêque) (mort en 450)

Premier évêque d’Irlande connu

L’Epitoma Chronicon de Prosper d’Aquitaine mentionne l’envoi de Palladius, ordonné prêtre par le pape Célestin, auprès des Irlandais chrétiens en l’an 431. Il est possible qu’il s’agisse de la même personne que le diacre Palladius qui apparaît dans l’entrée pour 429, pressant le même pape Célestin d’envoyer Germain d’Auxerre combattre le pélagianisme [1] en Grande-Bretagne.

La mission de Palladius n’a guère laissé de traces en Irlande, même si quelques indications archéologiques et onomastiques [2] semblent suggérer qu’il a été principalement actif dans le Leinster [3], en particulier vers Clonard [4]. Il n’existe pas de récit de ses travaux, que ce soit dans les annales irlandaises [5] ou sur le continent, même si Prosper d’Aquitaine mentionne la conversion de l’île grâce à ses travaux dans un autre de ses écrits, le Liber contra Collatorem.

Par la suite, Palladius semble avoir été éclipsé au profit de saint Patrick, auquel est revenu tout le mérite de ses travaux comme seul évangélisateur de l’Irlande. Ainsi, les évêques Secundinus, Auxilius et Iserninius auraient pu être des compagnons de Palladius, plutôt que de Patrick comme le veut la tradition : les deux premiers ont laissé leur nom à des lieux dans le Sud-Est de l’île, alors que l’activité de Patrick s’est concentrée dans le Nord et l’Ouest.

Une tradition du royaume de Leinster voulait que Palladius ait laissé ses livres, ainsi que des reliques de saint Pierre et saint Paul, à Cell Fine [6].

Selon Prosper d’Aquitaine Palladius fut chassé d’Irlande par le roi du Leinster et est arrivé par la suite en Écosse sous le consulat des clarissimes [7] Bassus et Antiochus. La tradition veut qu’il y a desservi la communauté chrétienne pendant20 ans.

Selon Boèce il est mort en 450 à Fordoun, près d’Aberdeen [8]. Une poignée de consécrations anciennes dans le village d’Auchenblae, dans les Mearns [9], indiquerait son lieu de repos.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Dáibhí Ó Cróinín, Early Medieval Ireland 400—1200, Longman, 1995 (ISBN 0-582-01565-0).

Notes

[1] Doctrine du moine Pelage, qui minimisait le rôle de la grâce et exaltait la primauté et l’efficacité de l’effort personnel dans la pratique de la vertu.

[2] L’onomastique est une branche de la lexicologie qui étudie l’étymologie, la formation et l’usage des noms propres, à travers les langues et les sociétés.

[3] Le Leinster est une des quatre provinces traditionnelles de l’Irlande. Recouvrant la partie orientale de l’île

[4] L’abbaye de Clonard est une importante fondation religieuse irlandaise du 6ème siècle, sise pratiquement sur la ligne de démarcation traditionnelle entre les moitiés nord et sud de l’Irlande, dans l’actuel comté de Meath. Elle est proche du village de Clonard. Fondée par Finien de Clonard vers 520 sur la rivière Boyne, le site originel ne consistait qu’en une seule cellule qui se trouvait peut-être à Ard Relec, proche. L’abbaye était située à côté de l’Esker Riada, levée de terre naturelle servant de route principale d’est en ouest de l’Irlande. Cet emplacement ajoutait à sa proéminence ; mais elle était aussi à la frontière des royaumes de Leinster et de Meath, occasionnellement en guerre l’un contre l’autre. Elle fut au début du Moyen Âge un centre d’enseignement monastique d’importance en Irlande. Dans le courant du 6ème siècle elle vit passer les plus grands noms de l’histoire chrétienne irlandaise, dont les Douze apôtres de l’Irlande. Vers le milieu du 9ème siècle c’était l’église principale des midlands irlandais.

[5] Les Annales d’Ulster sont des chroniques de l’histoire médiévale irlandaise. Les entrées couvrent la période allant de 431 à 1540. Celles allant jusqu’à l’année 1489 furent compilées à la fin du 15ème siècle par le scribe Ruaidhri Ó Luinín, sous le patronage de Cathal Óg Mac Maghnusa, sur l’île de Belle Isle sur le lac Lough Erne, dans la province d’Ulster. Les entrées plus tardives furent rajoutées par d’autres auteurs.

[6] aujourd’hui Kileen Cormac dans le comté de Kildare

[7] Le clarissimat est une distinction d’abord honorifique puis hiérarchique qui apparaît au début du Haut Empire. Elle est liée à la fonction sénatoriale et témoigne d’une hiérarchisation grandissante parmi les classes dirigeantes de l’Empire.

[8] Aberdeen. La ville a commencé avec deux burghs séparés : le Vieil Aberdeen (Old Aberdeen), à l’embouchure de la rivière Don, et le nouveau Aberdeen (New Aberdeen), lieu de pêche et de commerce, où la voie navigable Denburn entre dans l’estuaire de la rivière Dee. La première charte a été accordée par Guillaume 1er en 1179 et confirma les droits commerciaux accordés par David 1er. En 1319, la Grande Charte de Robert 1er transforme Aberdeen en une communauté indépendante financièrement et propriétaire unique.

[9] Le Kincardineshire, ou les Mearns, était un comté d’Écosse jusqu’en 1975 et une région de lieutenance. Sa capitale la plus récente était Stonehaven.