Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Alphonse IX de León

vendredi 24 juin 2022, par ljallamion

Alphonse IX de León (1171-1230)

Roi de León et de Galice de 1188 à 1230

Fils de Ferdinand II, roi de León [1] et de Galice [2] et régent de Castille [3] durant la minorité d’Alphonse VIII de Castille, et d’ Urraque de Portugal .

Il épousa en secondes noces sa proche cousine Bérengère de Castille , régente puis reine de Castille, fille d’Alphonse VIII, mais, pour cause de non-respect des canons sur la consanguinité, dut se séparer d’elle après la naissance de plusieurs enfants.

L’un des points forts de son règne sera une réunion des Cortes de Léon [4] en 1188 dans la Basilique de San Isidoro de León [5], en présence des trois états : la noblesse, le clergé et des représentants des villes.

La situation économique difficile dans le royaume de Léon justifia sans doute la convocation des représentants des villes qui jouissaient d’une bonne situation économique. Cette assemblée est considérée comme l’un des premiers parlements en Europe avec des représentants de tous les secteurs, ce parlement est antérieur au Parlement d’Angleterre.

Par pression exercée par l’Eglise et le fait que le pape Célestin III, à cause de ce mariage entre cousins germains, sans dispense papale, avait excommunié les rois de Léon et avait lancé un interdit sur le royaume de León, en 1195 les deux conjoints avaient été séparés et, en 1198, le mariage fut annulé.

En 1197, Alphonse IX est allé à la guerre avec son oncle et beau-père Sanche 1er du Portugal , qui est entré dans le sud de la Galice et a occupé la ville de Tui [6] pendant 2 ans et après la paix fait construire la ville de Guarda [7] pour la protection des frontières de l’Est.

Vers le milieu de Décembre 1197, après que les relations avec le royaume de Castille, se soit amélioré, Alhonse IX épousa Berengère de Castille.

A la suite de ce mariage, les relations entre les royaumes de León et de Castille s’améliorent au point qu’il s’allient avec le roi d’Aragon [8], Pierre II, et Alphonse VIII, et en 1200, profitant du fait que le roi de Navarre [9], Sanche VII se battait à Murcie [10], en Andalousie [11] et en Afrique du Nord, allié aux Almohades [12], pour l’attaquer et enlever Álava [13], Guipúzcoa [14], au profit de la Castille et confirmée ensuite par le Traité de Guadalajara [15] en 1207.

Brouillé avec son fils Ferdinand III de Castille après l’accession de celui-ci au trône de Castille en 1217, il voulut le déshériter, mais ses volontés ne furent pas respectées.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Alphonse IX de León/ Portail de la Galice/ Catégories : Personnalité espagnole du XIIe siècle/ Personnalité espagnole du XIIIe siècle/ Roi de León

Notes

[1] e royaume de León, une des 15 grandes anciennes divisions de l’Espagne et du Portugal, fut un des royaumes médiévaux de la Péninsule Ibérique, successeur du royaume des Asturies, qui eut un rôle dans la Reconquista et la formation des royaumes chrétiens successifs de l’occident péninsulaire.

[2] Le royaume de Galice a été une entité politique du 5ème siècle à 1833 du Sud-Ouest de l’Europe et du Nord-Ouest de la péninsule Ibérique. Héritier du royaume suève, lui-même né de l’ancienne province romaine Gallaecia, le royaume de Galice est considéré comme le noyau d’origine des royaumes chrétiens nés dans le Nord de la péninsule Ibérique au fur et à mesure de la Reconquista. Jusqu’au 13ème siècle, le royaume est au centre du pouvoir des royaumes chrétiens, seul pour commencer puis au sein de l’ensemble formé par la Galice et le royaume de León. Au 12ème siècle, la Galice connaît un premier affaiblissement avec la sécession du Sud du royaume qui devient le royaume de Portugal. La montée en puissance du royaume de Castille, à l’origine simple comté du royaume, qui va de pair avec ses conquêtes territoriales sur Al Andalus, dilue progressivement la Galice au sein de la Couronne.

[3] Le royaume de Castille est un ancien royaume du Moyen Âge qui trouve ses origines au nord de la péninsule Ibérique, dans l’actuelle Espagne. À la fin du Moyen Âge, le royaume de Castille s’étend depuis le golfe de Gascogne au nord jusqu’à l’Andalousie au sud et comprend la majeure partie du centre de la péninsule Ibérique. En 1037, date à laquelle Ferdinand 1er fonde le Royaume uni de Castille et León. En 1058, Ferdinand est à l’origine d’une série de guerres contre les Maures, se lançant à la conquête de ce qui allait devenir la Nouvelle-Castille (bataille d’Alarcos et bataille de Las Navas de Tolosa). La région s’agrandit particulièrement sous le règne d’Alphonse VI (1065-1109) et d’Alphonse VII (1126-1157). Sous Alphonse X, la vie culturelle du royaume se développe, mais une longue période de conflits internes suit. En 1469, le mariage de Ferdinand II d’Aragon (plus tard Ferdinand V de Castille) et d’Isabelle 1ère de Castille initie l’union des royaumes d’Aragon et de Castille et, par la suite, de l’ensemble de l’Espagne.

[4] Dans les pays de la péninsule Ibérique (Espagne et Portugal), les Cortes ou Cortès sont les assemblées des états et royaumes, de même qu’il y a des Cortes de Castille, d’Aragon, de Valence, etc. Elles sont convoquées par le roi. Au Moyen Âge, on trouve en Espagne les Cortes de León réunies par le roi Alphonse IX dans le cloître de la basilique de San Isidoro de León avec des représentants des trois états, la noblesse, le clergé et les représentants des villes. Elles sont considérées comme l’un des premiers parlements en Europe.

[5] La basilique Saint-Isidore ou plus précisément la basilique collégiale royale Saint-Isidore est un édifice religieux catholique espagnol, situé dans la ville de León en communauté de Castille-et-León. Elle constitue un des ensembles architecturaux d’art roman les plus remarquables d’Espagne, par son histoire, son architecture, ses sculptures, ses objets saints qui ont pu être conservés. Elle présente également la particularité de disposer d’un panthéon royal situé aux pieds de l’église, avec des peintures murales romanes et des chapiteaux exceptionnels, ce qui en fait une pièce unique du monde roman. L’ensemble a été construit et agrandi au cours des 11ème et 12ème siècles.

[6] Tui est une commune de la province de Pontevedra en Galice (Espagne) appartenant à la comarque du Baixo Miño. Tui est une ville frontière entre l’Espagne et le Portugal.

[7] Guarda est une municipalité du Portugal, située dans le district de Guarda et la région Centre, sous-région Beira intérieure Nord. Culminant à 1 060 mètres d’altitude sur un contrefort oriental de la serra da Estrela, la municipalité de Guarda a une superficie de 717,88 km²

[8] Le royaume d’Aragon est une entité politique du nord-est de la péninsule Ibérique, née en 1035 de l’union des comtés d’Aragon, du Sobrarbe et de la Ribagorce et disparue en 1707 avec son intégration au sein du royaume d’Espagne par les décrets de Nueva Planta.

[9] Le royaume de Navarre est un royaume médiéval fondé en 824 par les Vascons, dont le premier roi est Eneko Arista, premier d’une lignée de seize rois basques qui régneront sur le Royaume jusqu’en 1234. Attaquée depuis trois siècles au nord des Pyrénées, dans le duché de Vasconie par les Francs, et au sud par les Wisigoths, puis les Omeyyades (musulmans), la Vasconie est réduite au petit Royaume de Pampelune, terres ancestrales du Saltus Vasconum. La Haute-Navarre fut conquise en 1512 par le royaume d’Aragon et fut intégrée en 1516 dans l’actuel royaume d’Espagne et l’autre partie (Basse-Navarre), restée indépendante, fut unie à la couronne de France à partir de 1589 d’où le titre de « roi de France et de Navarre » que portait Henri IV

[10] Murcie est une commune du sud de l’Espagne et la capitale de la région de Murcie (communauté constituée d’une seule province). Elle est située à 350 km au sud-est de Madrid et à 35 km de la mer Méditerranée.

[11] L’Andalousie est une région située dans le sud de l’Espagne. Elle constitue l’une des dix-neuf communautés autonomes du pays. Dans l’Antiquité, l’Andalousie est peuplée par les Ibères, les Phéniciens (venus de l’actuel Liban), les Carthaginois (anciens habitants de l’actuelle Tunisie) et les Tartessiens. L’Andalousie reçoit des colonies grecques et des comptoirs phéniciens. Elle est ensuite sous l’obédience des Carthaginois, des Ibères, puis des Romains. Dans ce territoire se sont également établis les Vandales et Wisigoths, puis les Arabes et les Berbères.

[12] Les Almohades sont un mouvement religieux fondé au début du 12ème siècle, dont est issue la dynastie éponyme d’origine berbère qui gouverne le Maghreb et al-Andalus entre le milieu du 12ème siècle et le 13ème siècle. Le mouvement religieux des Almohades est fondé vers 1120 à Tinmel par Mohammed ibn Toumert, appuyé par un groupe de tribus masmoudiennes du Haut Atlas marocain principalement des Masmoudas. Ibn Toumert prône alors une réforme morale puritaine et se soulève contre les Almoravides au pouvoir à partir de son fief de Tinmel. À la suite du décès d’Ibn Toumert vers 1130, Abd al-Mumin prend la relève, consolide sa position personnelle et instaure un pouvoir héréditaire, en s’appuyant sur les Koumyas de la région de Nedroma dans l’ouest algérien (située alors dans l’est de l’empire Almoravide) ainsi que les Hilaliens. Sous Abd al-Mumin, les Almohades renversent les Almoravides en 1147, puis conquièrent le Maghreb central hammadide, l’Ifriqiya (alors morcelée depuis la chute des Zirides) et les Taïfas. Ainsi, le Maghreb et l’al-Andalus sont entièrement sous domination almohade à partir de 1172. À la suite de la bataille de Las Navas de Tolosa en 1212, les Almohades sont affaiblis et leur empire se morcelle au profit des rois des Taïfas en al-Andalus des Zianides du Maghreb Central et des Hafsides, et voit l’émergence des Mérinides au Maghreb al-Aksa qui prennent Fès en 1244. Les Almohades, qui doivent désormais payer tribut aux Mérinides et ne contrôlent plus que la région de Marrakech, sont finalement éliminés par ces derniers en 1269.

[13] L’Alava, dans le nord de l’Espagne, est l’une des trois provinces de la communauté autonome du Pays basque et l’une des sept provinces historiques du Pays basque, héritière de l’ancienne seigneurie de Biscaye. Sa capitale, Vitoria-Gasteiz, est aussi le siège des principales institutions de la communauté autonome du Pays Basque

[14] Le Guipuscoa est l’une des trois provinces de la communauté autonome du Pays basque, dans le nord de l’Espagne. Sa capitale est la ville de Saint-Sébastien.

[15] Guadalajara est une commune d’Espagne et la capitale de la province de Guadalajara dans la communauté autonome de Castille-La Manche.