Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Manfredi III Chiaromonte

Manfredi III Chiaromonte

mardi 31 mai 2022, par ljallamion

Manfredi III Chiaromonte (mort en 1391)

Comte de Modica-Comte de Mistretta en 1365-Comte de Malte-Grand amiral du royaume de Sicile de 1364 jusqu’à sa mort en 1391

Fils illégitime de Giovanni II Chiaromonte appartenant à la Famille Chiaromonte [1], vicaire [2] de Sicile après la mort du roi Frédéric III. . Il est d’abord affilié au pouvoir des Angevins de Sicile [3]. En 1354 Manfredi est assiégé dans Lentini [4] par les troupes aragonaises [5] de Artale 1er Alagona. Ce dernier parvient à capturer Manfredi par trahison en 1360. Manfredi est emprisonné à Catane [6] mais parvient à s’échapper et à retrouver ses biens.

Il se soumet ensuite au pouvoir Aragonais après la victoire de Pierre III. Il devient alors amiral du Royaume de Sicile [7]. Pour son aide militaire au nouveau pouvoir, il recevra de nombreuses terres et titres en récompense : comte de Mistretta [8] pour son aide à la reconquête de Messine [9], la seigneurie d’Eraclea [10] le 5 mai 1366.

Manfredi est fait comte de Malte [11] le 4 mai 1366 en récompense de son aide militaire. Mais les Maltais sont furieux d’être une fois de plus donnés en cadeau quand ils avaient fini par obtenir leur rattachement au domaine royal. L’agitation est aussi entretenue par Giacomo de Pellegrino , originaire de Messine, qui détient une grande partie du pouvoir économique local grâce à un contrôle sur les exportations de coton doublée d’une activité de corsaire. C’est donc une île en pleine révolte que Manfredi reçoit. La révolte continue tant et si bien que deux galères génoises [12] sont envoyées pour pacifier l’île et mettre fin aux exactions maritimes. Le château est finalement repris et Frédéric III de Sicile se déplace en personne à Malte pour apaiser la révolte. Finalement, en 1375, le roi retire le comtat de Malte à Manfredi pour le céder à son fils illégitime Guillermo d’Aragon en lui ordonnant d’aller lui-même y vivre afin de faire cesser la rébellion.

Après Guillermo d’Aragon, c’est Louis Frédéric d’Aragon qui succéda au titre de comte de Malte à la mort du roi Frédéric III. Mais Manfredi est à ce moment l’homme fort de Sicile. À la mort de Louis Frédéric d’Aragon en 1382, il reprend alors son titre et ses possessions maltaises jusqu’à sa mort. Il utilisera probablement les îles maltaises pour lancer son attaque sur Djerba [13].

À la mort du roi Frédéric III en 1377, Manfredi devient l’un des 4 vicaires, qui gouvernent le royaume au nom de la jeune Marie, reine de Sicile âgée de 14 ans. Mais en 1379, Marie est enlevée par les Aragonais, et forcée d’épouser Martin 1er de Sicile. Manfredi est à ce moment le plus puissant des 4 vicaires et dirige la majeure partie de la Sicile.

Manfredi était gouverneur de Messine et devint seigneur de Djerba, après avoir libéré l’île des pirates arabes en août 1388.

Il tenait sa cour dans le Palazzo Chiaromonte de Palerme [14].Manfredi Chiaramonte meurt à Palerme en 1391.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Manfredi III Chiaromonte/ Portail de la Sicile/ Catégories : Comtes et marquis de Malte

Notes

[1] Les Chiaromonte ou Chiaramonte sont une grande famille italienne d’origine normande. Le nom de cette importante famille médiévale de l’Italie méridionale et de la Sicile vient de Clairmont, Clairemont, ou peut-être même plutôt de Clermont. Dans ce dernier cas, la famille est probablement d’origine picarde, et non issue du duché de Normandie.

[2] Au début du 13ème siècle, l’empereur Frédéric II organisa le regnum Italie ("royaume d’Italie", c’est-à-dire le nord de la péninsule) en plusieurs vicariats. Ces vicariats étaient confiés à des représentants impériaux nommés pour un an et dont les compétences étaient à la fois civiles et militaires. Ces vicaires étaient inspirés de l’organisation qu’il avait mise en place en Sicile. De 1237 à 1240, neuf vicariats impériaux furent fondés

[3] La maison capétienne d’Anjou-Sicile est issue de Charles 1er de Sicile, comte d’Anjou par apanage et roi de Sicile par investiture pontificale. Cette branche régna également sur la Hongrie, la Croatie, la Provence, Durazzo, la Pologne et nominalement sur Jérusalem.

[4] Lentini est une ville italienne de la province de Syracuse en Sicile, Léontines en français, pour la période antique.

[5] Le royaume d’Aragon est une entité politique du nord-est de la péninsule Ibérique, née en 1035 de l’union des comtés d’Aragon, du Sobrarbe et de la Ribagorce et disparue en 1707 avec son intégration au sein du royaume d’Espagne par les décrets de Nueva Planta.

[6] Catane est une ville de la province du même nom en Sicile en Italie. C’est la deuxième ville la plus peuplée de l’île derrière Palerme. Le 4 février 1169, un séisme provoqua la mort de milliers de personnes. L’empereur Frédéric II fit construire le Castello Ursino (fort militaire) entre 1239 et 1250. La ville subit des destructions lors de la guerre des Vêpres siciliennes en 1282. À partir de 1282, sous l’influence aragonaise, Catane devint la capitale du royaume de Sicile. En 1376, les reliques de sainte Agathe furent déposées dans la cathédrale de Catane. La première université sicilienne fut fondée à Catane en 1434.

[7] Le royaume de Sicile, également appelé royaume normand de Sicile, est créé en 1130 par Roger II sur l’île de Sicile, la Calabre, les Pouilles, et Naples. Ce royaume traverse plusieurs phases marquées par les dominations successives des Normands, des Souabes (autre nom pour la dynastie des Hohenstaufen, descendants de Frédéric de Souabe), des Angevins et des Aragonais. Le royaume de Sicile a dans le passé recouvert plusieurs zones géographiques différentes au fil du temps. Le royaume de Sicile ne s’est pas limité à la seule île de Sicile. Il a été l’objet de convoitises de la part des plus grandes familles européennes, qui se sont battues pour s’en assurer la possession. L’histoire du royaume a été particulièrement mouvementée, marquée par des assassinats, des guerres de succession, des séparations. Les rois de Sicile n’ont donc pas tous régné sur un territoire identique. On a même pu parler, lors des périodes au cours desquelles les royaume de Sicile et de Naples ont été réunis, de Royaume des Deux-Siciles

[8] Mistretta est une commune de la province de Messine en Sicile (Italie).

[9] Messine est une ville italienne, chef-lieu de la province de même nom en Sicile. Messine est située à l’extrémité nord-est de la Sicile, sur la rive occidentale du détroit de Messine qui sépare la péninsule italienne (la pointe de Calabre) de la Sicile. La ville de Reggio di Calabria est située de l’autre côté du bras de mer.

[10] aujourd’hui Gela

[11] Après la conquête de Malte par Roger de Hauteville en 1091, l’archipel devient un territoire de la couronne de Sicile en entre dans sa période féodale. En 1192 Malte est élevée en comté puis en marquisat en 1393. Jusqu’à l’arrivée des chevaliers de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1530, Malte sera tantôt sous l’autorité d’un comte, tantôt intégrée au domaine royal et directement administré par des fonctionnaires nommés par la cour de Palerme. Malte est souvent offerte en cadeau à des membres de la famille royale à des nobles pour services rendus à la couronne. Pour cette raison, la chronologie est complexe est parfois peu sûre.

[12] La République de Gênes est l’une des grandes républiques maritimes italiennes (ou thalassocratie) qui a duré près de 8 siècles, du milieu du 11ème siècle à 1797, après l’abdication du dernier doge de Gênes, Giacomo Maria Brignole.

[13] Djerba, parfois orthographiée Jerba est une île de la mer Méditerranée d’une superficie de 514 km² (25 kilomètres sur 20 et un littoral de 150 kilomètres) et située à l’est de la côte orientale tunisienne. Plus grande île des côtes d’Afrique du Nord, localisée au sud-est du golfe de Gabès qu’elle borde par ses côtes orientales et septentrionales, Djerba ferme au sud le golfe de Boughrara.

[14] Le palais Chiaramonte Steri est un palais historique de Palerme, en Sicile (Italie). Le bâtiment a été commencé au début du 14ème siècle, et fut la résidence du puissant seigneur sicilien Manfredi III Chiaramonte. Il a commandé la décoration de la Sala Magna (la Grande Salle), avec un plafond en bois peint par Cecco di Naro, Simone da Corleone et Pellegrino Darena. Andrea Chiaramonte est décapité en public devant son palais, sur ordre de Martin 1er de Sicile le 1er juin 1392. De la fin du 15ème siècle jusqu’en 1517 il a abrité les vice-rois espagnols de Sicile.