Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 7ème siècle > Ghislain de Mons dit Saint Ghislain de Mons

Ghislain de Mons dit Saint Ghislain de Mons

mardi 8 février 2022, par ljallamion

Ghislain de Mons dit Saint Ghislain de Mons (mort en 681)

Moine dans le Hainaut

En Belgique, près de Mons [1], l’agglomération qui se développa auprès de son abbaye prit le nom de Saint-Ghislain [2].

L’histoire de saint Ghislain nous est parvenue par des sources multiples datant des 9ème et 10ème siècles. Selon les hagiographies [3] les plus anciennes, Ghislain est né en Grèce, dans l’Attique [4], au début du 7ème siècle. Son nom d’origine franque laisse penser que Ghislain est originaire d’une noble famille gauloise ou du moins, qu’il descend des Francs qui s’établirent en Grèce pendant les invasions barbares et qui assurèrent les fonctions d’ambassadeurs des premiers chefs mérovingiens.

Ghislain fait de brillantes études qui l’envoient à Athènes [5], mère des Arts et des Belles-Lettres. Il y découvre l’exemple des saints Grégoire de Nazianze et Basile qui sont à l’origine de sa grande piété. À l’issue de ses études, Ghislain embrasse la vie religieuse dans un monastère de l’Ordre de saint Basile, où il est ordonné prêtre.

Un soir, Ghislain fait un songe dans lequel il reçoit un appel à se rendre à Rome pour y vénérer les tombeaux des saints apôtres Pierre et Paul. Accompagné de quelques frères, il se rend en pèlerinage à Rome en 648 comme le précise une antique tradition grecque. Il rencontre le Pape qui le conduit à travers les lieux saints. Lors de son pèlerinage, Ghislain a une apparition de saint Pierre qui l’envoie évangéliser la Gaule Belgique et bâtir une chapelle en son honneur et en celui de saint Paul. Saint Pierre lui promet qu’il gagnera beaucoup d’âmes à Dieu.

Ghislain se rend donc dans la province du Hainaut-Cambrésis accompagné des saints Lambert et Bellère. Sur la route, il s’arrête à Maastricht [6] pour y rencontrer l’évêque saint Amand avec qui il se lie d’amitié. Le saint évêque lui accorde sa bénédiction pour la fondation de son monastère. Quelques semaines plus tard, saint Amand rendra visite à Ghislain. Le saint le recevra avec beaucoup de respect et de vénération, mais il sera affligé de ne pouvoir lui offrir à manger. Comme ils se promèneront le long de la rivière, un brochet en sortira et sautera jusqu’à leurs pieds. Ils ne pourront cependant s’accorder sur la cause du miracle, Ghislain l’attribuant à Amand, ce dernier l’attribuant à Ghislain.

Ghislain s’installe à Ursidongus [7]. Il bâtit un monastère quelques cellules et un oratoire soumis à la Règle de saint Basile. Peu de temps après, son rayonnement attire à lui des habitants de toute la région à qui il enseigne les valeurs chrétiennes : certains s’engagent même à vivre sous sa conduite.

L’évêque de Cambrai [8], saint Aubert ou Ablebert de qui dépendait Ursidongus reçoit des échos de l’apostolat du saint et souhaite le rencontrer. Ghislain se met en route et passe la nuit chez un habitant de Roisin qui lui offre l’hospitalité. Le seigneur de Roisin trouve aussi chez Ghislain un guide spirituel et le convie à revenir chez lui quand il le voudra. Quelques jours plus tard, Ghislain se présente à l’évêque de Cambrai et lui demande sa bénédiction pour continuer son œuvre. Le saint évêque promet sa protection à Ghislain.

Sur le chemin du retour, Ghislain passe à nouveau la nuit chez son hôte à Roisin. Il le trouve tout en larmes : son épouse est sur le point d’accoucher et en grand péril de mort. Aussitôt Ghislain propose au seigneur de prendre sa ceinture et d’en ceindre son épouse. Elle et l’enfant qu’elle porte sont sauvés sur l’instant. Ce miracle fait la réputation de Ghislain. Il baptise l’enfant dans la chapelle du château sous le nom de Baudry, en souvenir du baudrier qui lui a sauvé la vie. Le seigneur de Roisin, reconnaissant, lui offre une partie de ses biens pour achever la construction de l’oratoire de son monastère.

En 653, saint Aubert, accompagné de saint Amand, consacre son église aux saints apôtres Pierre et Paul. Le lieu prend alors le nom de Celle-Saint-Pierre. Parmi les nombreuses personnes présentes, lecomte Mauger ou comte de Madelgaire futur saint Vincent de Soignies, époux de sainte Waudru, prend la résolution de quitter le monde pour vivre une vie de prière. Il en sera de même de Waudru qui, sous la conduite de Ghislain, décidera de fonder et de s’installer dans un monastère à Mons. Sa sœur, Aldegonde, suivra le même destin et fondera le monastère de Maubeuge [9] dont elle deviendra abbesse et où elle se cloîtrera avec Adeltrude de Maubeuge et Madelberte de Maubeuge , les filles de Waudru qui lui succèderont à la crosse. Ghislain et Waudru garderont toujours une grande amitié l’un pour l’autre et se rencontreront régulièrement jusqu’à leur vieillesse où, ne pouvant plus faire le voyage entre Celle et Mons, ils bâtiront un petit oratoire en l’honneur du saint martyr Quentin, dans un lieu appelé Quaregnon, où ils se retrouveront jusqu’à la fin de leurs jours.

Vers 685, saint Ghislain sentant la mort arriver se communie lui-même pour s’y préparer. Il est ensuite attaqué par la fièvre et meurt dans les bras de ses frères.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de histoire de Saint Ghislain/ Nominis/

Notes

[1] Mons est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne. Ancienne capitale des comtes de Hainaut, chef-lieu de la province de Hainaut, ville principale de l’arrondissement de Mons, elle est le siège d’une des cinq cours d’appel du pays.

[2] Saint-Ghislain est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Hainaut, au nord de la région du Borinage. La ville se situe géographiquement à une dizaine de kilomètres à l’ouest du centre de Mons et, approximativement, entre les villes françaises de Maubeuge et Valenciennes, près de Bavay.

[3] L’hagiographie est l’écriture de la vie et/ou de l’œuvre des saints. Pour un texte particulier, on ne parle que rarement d’« une hagiographie », mais plutôt d’un texte hagiographique ou tout simplement d’une vie de saint. Le texte hagiographique étant destiné à être lu, soit lors de l’office des moines soit en public dans le cadre de la prédication. Un texte hagiographique recouvre plusieurs genres littéraires ou artistiques parmi lesquels on compte en premier lieu la vita, c’est-à-dire le récit biographique de la vie du saint. Une fresque à épisode est également une hagiographie, de même qu’une simple notice résumant la vie du bienheureux. Par rapport à une biographie, l’hagiographie est un genre littéraire qui veut mettre en avant le caractère de sainteté du personnage dont on raconte la vie. L’écrivain, l’hagiographe n’a pas d’abord une démarche d’historien, surtout lorsque le genre hagiographique s’est déployé. Aussi les hagiographies anciennes sont parsemées de passages merveilleux à l’historicité douteuse. De plus, des typologies de saints existaient au Moyen Âge, ce qui a conduit les hagiographes à se conformer à ces modèles et à faire de nombreux emprunts à des récits antérieurs.

[4] L’Attique est la région qui entoure Athènes. L’Attique s’est d’abord appelée Mopsopie L’Attique est découpée en 139 dèmes et parallèlement, en trois grands secteurs : la ville, la côte et l’intérieur. Les dèmes sont regroupés en trittyes qui elles-mêmes sont regroupées trois par trois, une de chaque secteur, pour constituer une tribu. Durant l’Antiquité, il s’agissait de l’une des plus importantes régions productrices d’huile d’olive ; huile qui était ensuite exportée par exemple vers l’Étrurie. La céramique d’Attique au 6ème siècle av. jc connaît également un certain succès.

[5] Athènes est l’une des plus anciennes villes au monde, avec une présence humaine attestée dès le Néolithique. Fondée vers 800 av. jc autour de la colline de l’Acropole par le héros Thésée, selon la légende, la cité domine la Grèce au cours du 1er millénaire av. jc. Elle connaît son âge d’or au 5ème siècle av. jc, sous la domination du stratège Périclès

[6] Maastricht est une ville des Pays-Bas, située dans le sud de la province du Limbourg dont elle est le chef-lieu. Anciennement, en français, la ville était appelée Maëstricht ou Maestricht. Au 16ème siècle Maastricht est une des plus grandes villes des Pays-Bas. En 1521, Charles Quint, qui entend défendre la religion catholique contre le Protestantisme, interdit la diffusion de la nouvelle doctrine dans tous les Pays-Bas, et en 1535 15 anabaptistes sont brûlés sur un bûcher place du Vrijthof. Lors de la Furie iconoclaste de 1566, les icônes et mobiliers des églises et chapelles de Maastricht furent en partie détruits. Dans ces années l’économie de la ville se ralentit, et la pauvreté s’étendit. En 1579, l’armée espagnole, commandée par Alexandre Farnese, duc de Parme, assiégea la ville et la prit le 1er juillet de cette année, après quoi la re-catholisation de la ville commença. En 1632, Frédéric-Henri d’Orange-Nassau conquit la ville après l’avoir assiégée durant 74 jours. Le gouverneur de la ville, Frédéric-Henri, permit alors à Maastricht de s’intégrer aux Provinces-Unies protestantes. Le condominium entre le duc de Brabant et Liège fut rétabli. Les conditions de la paix furent de donner aux protestants et aux catholiques les mêmes droits et la liberté religieuse. En 1673, la ville est prise par Vauban sur l’ordre de Louis XIV. Lors de ce siège mourut d’Artagnan, tué d’une balle de mousquet reçue dans la gorge, le 25 juin. La ville reste sous domination française jusqu’en 1678

[7] ou Ursidongue qui signifie buisson de l’ourse

[8] Le diocèse puis archidiocèse de Cambrai est une circonscription de l’Église catholique romaine en France. De sa création à 1559, l’évêché comprenait toute la rive droite de l’Escaut jusqu’à son embouchure dans la mer du Nord. Il était bordé au nord et à l’est par le diocèse de Liège, au sud par les diocèses de Laon et de Noyon et à l’ouest par les diocèses d’Arras, réuni à Cambrai jusqu’en 1094, et de Tournai. Il était un des trois diocèses de Basse Lotharingie, avec ceux de Liège et d’Utrecht et comptait six archidiaconés : Cambrai, Brabant, Bruxelles, Hainaut, Valenciennes et Anvers, recouvrant approximativement l’ancien territoire des Nerviens. C’est en 1094, à l’initiative d’Urbain II, au cours de la querelle des Investitures, que l’ancien diocèse d’Arras, uni pendant longtemps à celui de Cambrai, en fut séparé et considéré comme un ressort distinct

[9] L’abbaye de Maubeuge est une abbaye de chanoinesses fondée en 661 et située dans la commune de Maubeuge dans le département du Nord. En 661, Sainte Aldegonde fonda le cloître mixte de l’abbaye de Maubeuge, dont elle devint la première abbesse. Des parchemins et une charte de dotation de l’abbaye de sont aux archives de l’État de Liège. L’Abbaye obtient le titre d’abbaye royale en 864, après le traité de Metz qui la situe en Lotharingie.