Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 400 à 300 avant Jésus Christ > Marcus Furius Camillus dit Camille

Marcus Furius Camillus dit Camille

samedi 11 décembre 2021, par ljallamion

Marcus Furius Camillus dit Camille

Général et homme d’État romain du 4ème siècle av. jc

Issu d’une famille patricienne [1] sans renommée particulière. Plutarque lui consacre une biographie dans “ses Vies parallèles des hommes illustres” et Tite-Live le présente comme un des plus brillants chefs d’armée que la République romaine ait connu.

Ses nombreuses victoires et la prise de Véies [2], cité étrusque [3] rivale de Rome, marquent le début de la lente mais inexorable expansion territoriale romaine.

Fils de Lucius Furius Medullinus , tribun consulaire [4] en 432, 425 et 420 av. jc, et le petit-fils de Spurius Furius Medullinus Fusus , consul en 464 av. jc.

Il est le père de Lucius Furius Camillus, consul en 349 av. jc et de Spurius Furius Camillus, préteur [5] en 366 av. jc.

Selon Tite-Live, Camille a pu être élu tribun consulaire en 403 av. jc mais il paraît plus probable qu’il ait été élu censeur [6] ou tribun consulaire à pouvoirs censoriaux, avec Marcus Postumius Albinus Regillensis pour collègue.

Les deux censeurs incitent les célibataires romains à épouser les veuves, nombreuses à cause des guerres fréquentes, sous peine d’amende et accroissent les ressources publiques en supprimant la dispense d’impôt dont bénéficient les orphelins.

Selon Plutarque, ces mesures ont surtout pour objectif de renflouer le trésor public vidé après les nombreuses campagnes militaires de ces dernières années

En 401 av. jc, Camille est élu tribun militaire à pouvoir consulaire avec 5 autres collègues, tous patriciens. Les tribuns reprennent et partagent les commandements militaires et poursuivent la longue guerre contre Véies et ses alliés étrusques. Tandis que ses collègues affrontent les Véiens, les Volsques [7] d’Anxur [8] et les Capénates [9], Camille mène une campagne contre Faléries [10].

En 398 av. jc, Camille est tribun consulaire pour la deuxième fois, avec cinq autres collègues, de nouveau tous patriciens. La plupart des tribuns sont appelés à relever les commandants du siège infructueux de Véies, sans parvenir à y mettre eux-mêmes un terme. Pendant ce temps, Camille mène une campagne contre les Capénates, alliés des Véiens, et se taille une réputation d’habile général en revenant chargé de butin.

Le collège de tribuns consulaires en exercice en 397 av. jc est contraint d’abdiquer avant la fin du mandat annuel à cause d’une élection jugée irrégulière. Des interrois [11] se succèdent, dont Camille, pour organiser de nouvelles élections

Les tribuns consulaires de 396 av. jc subissent des revers militaires face aux Falisques [12] et aux Capénates, entraînant la mort de l’un d’eux, Cnaeus Genucius Augurinus. Le Sénat recourt à la dictature [13] pour prendre en main les différentes opérations militaires et mettre un terme au siège de Véies. Il choisit Camille qui s’est fait remarquer avec ses victoires sur les Capénates 2 ans plus tôt. Ce dernier nomme Publius Cornelius Maluginensis comme maître de cavalerie [14].

Camille, présenté comme l’instrument du destin menant à bien une mission religieuse, défait les Falisques et les Capénates et s’empare de la ville de Véies qu’il met à sac, après un siège de 10 ans. Il ordonne que les prisonniers de Véies soient mis en vente en tant qu’esclaves, ce qui constitue peut-être la première réduction en esclavage massive de l’histoire romaine. De retour à Rome, Camille célèbre un triomphe en grande pompe. En tant que dictateur, il choisit un emplacement sur l’Aventin [15] pour un temple dédié à Junon Reine et dédie le temple de Mater Matuta selon deux vœux prononcés avant la bataille de Véies, puis il abdique.

La répartition du butin ternit cette victoire. Camille avec l’assentiment du Sénat, a laissé ses soldats et les citoyens romains volontaires s’emparer de tout le butin de la prise de Véies. Or il avait fait avant la bataille la promesse de consacrer à Apollon le dixième du butin. Ne pouvant honorer sa promesse étant donné que le butin se retrouve dispersé parmi le peuple, les pontifes [16] décident que chacun rapporterait le dixième de son butin personnel pour se libérer de l’engagement fait au dieu, mesure qui rend Camille impopulaire. Finalement, devant les difficultés soulevées par l’application de cette décision, les pontifes déclarent que ceux qui veulent se libérer, eux et leur famille, de cette dette de religion peuvent estimer eux-mêmes la valeur de leur butin et en rapporter le dixième du prix au trésor

Camille est tribun consulaire pour la troisième fois en 394 av. jc. Tandis que deux de ses collègues mènent une campagne contre les Èques [17], Camille contraint la ville de Faléries à la reddition. Selon la tradition, Camille s’empare de Faléries sans combat, grâce au sens de la justice dont il fait preuve au cours de l’épisode du maître d’école durant lequel Camille refuse que lui soient livrés en otages les fils des principaux dignitaires de la cité assiégée.

Toutefois, ce succès diplomatique provoque un fort ressentiment parmi les troupes romaines qui se voient privées de butin, la ville n’ayant pas été mise à sac

À la fin de 392 av. jc, Camille est un des trois interrois qui se succèdent pour mener à bien les élections consulaires. Après deux années de rétablissement du consulat, les nouvelles élections débouchent à nouveau sur la formation d’un collège de tribuns consulaires. Le consulat n’est rétabli qu’en 367 av. jc

En 391 av. jc, Camille est accusé de s’être illégalement approprié une part du butin de Véies, une porte en bronze qui aurait été vue chez lui, par le questeur [18] Spurius Carvilius. Malgré ses succès électoraux et militaires, Camille ne bénéficie plus du soutien du peuple après le vœu oublié et l’issue pacifique du siège de Faléries.

Il est poursuivi en justice par le tribun de la plèbe [19] Lucius Apuleius pour l’affaire du butin et choisit l’exil avant que sa condamnation ne soit prononcée. Alors qu’il quitte la ville, Tite-Live et Plutarque lui prêtent un discours menaçant envers ses concitoyens, en appelant aux dieux pour que les Romains regrettent bientôt de lui avoir fait subir cette injustice.

En 390 av. jc, la victoire des Gaulois à la bataille de l’Allia [20] leur ouvre la route de Rome qui est assiégée. Selon la tradition, les Romains parviennent à se retrancher sur le Capitole et à repousser les assauts ennemis grâce à l’action de Marcus Manlius Capitolinus . Toutefois, il est probable que les Gaulois aient en fait réussi à s’emparer de la citadelle romaine.

Il semble que le procès de Camille qui se conclut par son exil, c’est-à-dire sa disparition temporaire de la scène politique romaine, soit une invention de l’annalistique romaine pour dissocier le héros romain du désastre de l’Allia. Il peut ainsi être présenté comme l’homme providentiel rappelé officiellement d’exil par le Sénat afin d’être nommé dictateur et reprendre en main les opérations militaires contre les Gaulois.

Tite-Live le fait donc intervenir à la tête d’une armée composée de survivants du désastre de l’Allia, arrivant à Rome au moment où Brennus, le chef gaulois, exige depuis le Forum des Romains réfugiés au Capitole qu’ils lui versent une somme d’or déterminée par une balance sur le contrepoids duquel il ajoute le poids de son épée.

Camille aurait ainsi sauvé l’honneur militaire des Romains en récupérant la rançon, leur évitant une des plus grandes humiliations de l’histoire romaine. Cette version des faits permet à l’auteur antique de confronter Brennus à Camille et de souligner le tempérament belliqueux du premier face à l’attitude artificiellement calme du deuxième.

Selon la tradition, Rome est entièrement dévastée, sauf le Capitole qui a résisté aux Gaulois. Le peuple et les tribuns de la plèbe envisagent d’abandonner le site et de s’installer à Véies. Camille les en dissuade, plaidant l’impossibilité de quitter le sol consacré aux dieux protecteurs de Rome et encourage la reconstruction des temples et des maisons.

Alors que commence la reconstruction de Rome, Camille est nommé une nouvelle fois dictateur en 389 av. jc avec Caius Servilius Ahala pour maître de cavalerie. Il défait successivement les Volsques, les Èques et les Étrusques qui viennent de s’emparer de Sutrium. Ce triple succès militaire lui vaut l’honneur de célébrer un triomphe et permet aux Romains d’annexer une partie du territoire des Volsques.

En 386 av. jc, il est élu tribun militaire à pouvoir consulaire avec cinq collègues, tous patriciens. Ces derniers lui confient le commandement pour combattre une nouvelle coalition composée d’éléments étrusques, volsques, herniques [21] et latins [22]. Camille prend d’assaut la ville volsque de Satricum [23] puis reprend les cités de Sutrium [24] et de Népété [25] aux étrusques.

Camille est tribun consulaire pour la cinquième fois en 384 av. jc. Il fait transférer le tribunal jugeant Marcus Manlius Capitolinus, arrêté l’année précédente pour “perduellio”, dans le bois Pétilien, afin que les débats se déroulent hors de la vue du Capitole, associé dans l’esprit des Romains aux exploits passés de Capitolinus. Les tribuns de la plèbe Marcus Menenius et Quintus Publilius qui mènent l’accusation obtiennent la condamnation et l’exécution de Capitolinus pour haute trahison.

Camille est élu tribun militaire à pouvoir consulaire une sixième et dernière fois en 381 av. jc. Il reprend en main la campagne contre les Volsques après l’échec de son collègue Lucius Furius Medullinus. Il défait les Volsques et ramène Tusculum [26] dans l’alliance romaine.

L’œuvre de Camille ne se limite pas aux champs de bataille. Il est désigné dictateur pour la 4ème fois en 368 av. jc en raison de son prestige, pour empêcher le vote en force des lois licinio-sextiennes [27].

Selon Tite-Live, Camille ne parvient pas à faire fléchir la résolution des tribuns de la plèbe Caius Licinius Stolon et Lucius Sextius Lateranus malgré sa menace de lever une armée et d’enrôler tout le peuple sous l’autorité militaire. Camille démissionne de sa dictature.

L’année suivante en 367 av. jc, de nouveau dictateur malgré son grand âge, Camille mène sa dernière action militaire : il défait à Albanum [28] des Gaulois qui ont de nouveau envahi l’Italie, mettant temporairement un coup d’arrêt aux tentatives d’invasions gauloises.

Selon Plutarque, Camille a préparé cette bataille en améliorant l’armement du soldat romain : casque en métal, bouclier renforcé de métal et usage des javelots même dans les combats au corps à corps, pour parer les coups d’épée.

Toujours dictateur, Camille doit faire face à Rome à une nouvelle tentative du tribun Caius Licinius Stolon de faire passer ses projets de loi. Selon Tite-Live qui donne peu de détails sur cet épisode, Camille est impuissant à lui faire barrage. Plutarque présente une version plus favorable : quittant le Forum sous la pression de la foule, Camille fait le vœu d’élever un temple à la Concorde si la paix civile revient, ce qui arriva

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Dominique Briquel, « Le tournant du ive siècle », dans François Hinard (dir.), Histoire romaine : des origines à Auguste, Fayard, 2000, 1075 p. (ISBN 978-2-213-03194-1)

Notes

[1] Un patricien est durant la période romaine un citoyen qui appartient, par sa naissance, à la classe supérieure ancienne et traditionnelle, et par ce rang détient diverses prérogatives politiques et religieuses. La classe des patriciens se distingue à Rome du reste de la population dite plébéienne.

[2] Puissante cité étrusque située à la frontière sud de l Étrurie, dans la campagne falisque, à 16 km au nord de Rome sur le territoire de la commune de Formello. Elle était considérée comme la plus riche des villes de la Ligue étrusque.

[3] étrusque

[4] Un tribun militaire à pouvoir consulaire est un magistrat romain disposant d’un niveau d’imperium presque équivalent aux consuls qu’il remplace de façon irrégulière au début de la République romaine, entre 444 et 367 av. jc. Après cette date, le tribunat consulaire est définitivement abandonné.

[5] Le préteur est un magistrat de la Rome antique. Il était de rang sénatorial, pouvait s’asseoir sur la chaise curule, et porter la toge prétexte. Il était assisté par 2 licteurs à l’intérieur de Rome, et 6 hors du pomerium de l’Urbs. Il était élu pour une durée de 1 an par les comices centuriates. La fonction de préteur fut créée vers 366 av. jc pour alléger la charge des consuls, en particulier dans le domaine de la justice. Le premier préteur élu fut le patricien Spurius Furius, le fils de Marcus Furius Camillu. Égal en pouvoir au consul, auquel il n’a pas de compte à rendre, le préteur prêtait le même serment, le même jour, et détenait le même pouvoir. À l’origine, il n’y en avait qu’un seul, le préteur urbain, auquel s’est ajouté vers 242 av. jc le préteur pérégrin qui était chargé de rendre la justice dans les affaires impliquant les étrangers. Cette figure permit le développement du ius gentium, véritable droit commercial, par contraste avec le ius civile applicable uniquement aux litiges entre citoyens romain. Pour recruter, pour former ou pour mener des armées au combat ; sur le terrain, le préteur n’est soumis à personne. Les préteurs ont aussi un rôle religieux, et doivent mener des occasions religieuses telles que sacrifices et des jeux. Ils remplissent d’autres fonctions diverses, comme l’investigation sur les subversions, la désignation de commissionnaires, et la distribution d’aides. Lors de la vacance du consulat, les préteurs, avant la création des consuls suffects, pouvaient remplacer les consuls : on parle alors de préteurs consulaires.

[6] Le censeur est un magistrat romain. Deux censeurs sont élus tous les cinq ans parmi les anciens consuls par les comices centuriates. Le pouvoir des censeurs est absolu : aucun magistrat ne peut s’opposer à leurs décisions, seul un autre censeur qui leur succède peut les annuler. Après 18 mois de mandat, ils président une grande cérémonie de purification, le lustrum, à la suite de laquelle ils abdiquent. La censure est la seule magistrature romaine qui n’autorise pas la réélection. Les censeurs ne sont plus élus à partir de la dictature de Sylla, et leurs pouvoirs sont repris par les empereurs romains.

[7] Les Volsques appartiennent aux anciens peuples italiques installés dans le sud du Latium. Leur nom avec sa terminaison en « -cus » les classe avec les autres tribus dont le nom se termine en « -cus », comme les Herniques, qui sembleraient être les premiers habitants indo-européens de la côte occidentale de l’Italie

[8] Terracine (en italien Terracina) est une ville italienne de la province de Latina dans la région Latium en Italie. Terracine est située sur la côte de la mer Tyrrhénienne. La ville s’est développée entre la mer et des hauteurs qui ne livrent qu’un étroit passage côtier à la via Appia, à mi-chemin entre Rome et les cités de la Campanie. Il semble que Terracine soit entrée dans l’orbite du monde romain dès le vie siècle av. jc. Elle est en effet mentionnée dans le premier traité entre Rome et Carthage, rapporté par Polybe. À la fin du même siècle, cependant, la ville était occupée par les Volsques, qui lui donnèrent le nom d’Anxur

[9] Les Capenati (« Capénates » en français) étaient un peuple d’Italie centrale dont la capitale était Capena, petite ville dans la basse vallée du Tibre, sur la rive droite du fleuve, à environ 31 km au Nord du Capitole, non loin de la cité étrusque de Veis, et de Falerii capitale des Falisci.

[10] Faléries (aujourd’hui Civita Castellana, dans la province de Viterbe) est une ville de l’Italie antique se situant à l’ouest du pays et au nord-ouest de Rome. Elle fut la capitale des Falisques, alliés des Étrusques.

[11] L’interroi est un magistrat nommé à titre exceptionnel dans la Rome antique, en cas de vacance du pouvoir, c’est-à-dire après la disparition du roi (selon la tradition légendaire rapportée par Tite-Live) ou des magistrats détenteurs de l’imperium (consul ou tribun militaire à pouvoir consulaire). Le Sénat romain désignait alors l’un des siens qui prenait le titre d’interrex (roi intérimaire ou interroi). Celui-ci recevait l’imperium, pouvoir suprême qui lui donnait droit d’établir les augures, et s’ils étaient favorables de réunir le peuple pour procéder selon les rites à l’élection d’un roi (sous la monarchie) ou des magistrats (sous la République). Sous la République romaine, si au bout de cinq jours les élections n’avaient pas eu lieu, l’interroi désignait son successeur, lui transmettait son imperium et démissionnait. Les interrois se succédaient ainsi, jusqu’à ce que des magistrats soient élus et leur succèdent.

[12] Les Falisques, Falisci en latin, sont un peuple de l’Italie antique, dans le Sud-Est de l’Étrurie, dont la capitale fut Falerii, aujourd’hui Civita Castellana. Peuple souverain, politiquement et socialement, son histoire est marquée par la proximité de Rome (Falerii se trouve à 44 km au Nord du Capitole), dont il a dû se défendre au fil des siècles, essayant de contrer son expansionnisme en s’alliant avec les Étrusques, rejoignant la Dodécapole ou Ligue étrusque.

[13] Le dictateur est, durant la République romaine, un magistrat extraordinaire qui détient les pleins pouvoirs (imperium) pour un mandat qui ne peut, à l’origine, excéder six mois. Selon la tradition, le titre a été institué en 501 av. jc pour répondre à une situation d’urgence militaire, mais un magister populi (littéralement « maître du peuple ») existe déjà sous la Royauté romaine.

[14] Le maître de cavalerie est, durant la République romaine, l’assistant qu’un dictateur romain doit nommer, une sorte de chef d’état-major. À partir du 1er siècle av. jc, le titre est utilisé par l’armée romaine comme titre honorifique. Le grade de magister equitum, associé à de véritables pouvoirs de commandement, réapparaît durant le Bas-Empire romain.

[15] L’Aventin est l’une des sept collines de Rome, la plus méridionale, située entre le Tibre, le mont Cælius et le mont Palatin.

[16] Le terme pontife, du latin pontifex, étymologiquement « qui fait le pont (sacré) », est utilisé dans la Rome antique pour désigner les membres de l’un des quatre collèges sacerdotaux de la religion romaine, le collège pontifical. À Rome, les pontifes sont chargés de l’entretien du pont sacré (pont Sublicius) et de surveiller la bonne observance des pratiques religieuses. La charge de pontife est exercée à vie, le recrutement se faisant par cooptation. Cette fonction a varié selon les époques. À l’origine ils jouent le rôle de jurisconsulte, c’est-à-dire qu’ils interprètent les lois existantes en s’aidant des augures pour les problèmes difficiles. Ils créent ainsi la première jurisprudence et écrivent les grands traités et recueils de lois.

[17] Les Èques sont un peuple italique du nord-est du Latium antique et de l’Apennin central. Ils parlent une langue de la branche ombrienne des langues sabelliques. À partir de la fin du 6ème siècle av. jc et pendant le 5ème siècle av. jc, les Volsques et les Èques, deux peuples liés, envahissent le Latium lors de la migration plus générale des peuples sabelliens qui quittent les Apennins pour s’installer dans les plaines d’Italie. Ils occupent alors la partie supérieure de la vallée de l’Anio, du Tolerus (aujourd’hui le Sacco) et de l’Himella, torrent de l’Aia, dans la province de Rieti. À l’est, les cités latines d’importance les plus proches sont Préneste et Tibur. Au sud, les Herniques occupent la vallée du Tolerus. À l’est, sur l’autre rive de l’Anio, se situent les Marses et enfin, au nord, ce sont les terres sabines.

[18] Dans la Rome antique, les questeurs sont des magistrats romains annuels comptables des finances, responsables du règlement des dépenses et de l’encaissement des recettes publiques. Ils sont les gardiens du Trésor public, chargés des finances de l’armée et des provinces, en relation avec les consuls, les promagistrats et les publicains. Maintenue sous le Haut Empire avec son rôle comptable, cette fonction se réduit sous le Bas-Empire à une magistrature honorifique et coûteuse exercée uniquement à Rome.

[19] Dans la Rome antique, les tribuns de la plèbe sont les représentants de la plèbe, élus pour une durée d’un an par le concile plébéien.

[20] La bataille de l’Allia se déroule le 18 juillet 390/389 selon la chronologie varronienne ou 387/386 av. jc selon la chronologie grecque et oppose les Gaulois Sénons de Brennus aux troupes de la République romaine sur les rives de l’Allia, un affluent du Tibre, à seulement 16 kilomètres de Rome. Les Gaulois remportent une victoire écrasante qui leur ouvre la route de Rome. Les Romains ont tout juste le temps de mettre en sûreté à Cæré les vestales et les flamines qui emportent les objets sacrés. Quelques jours plus tard, Rome est investie par les Gaulois et mise à sac.

[21] Les Herniques ou Hernici en latin, sont une population italique du Latium antique. Ils forment une ligue autour de la ville d’Anagnia dans la vallée du Tolerus (aujourd’hui le Sacco), sur la rive gauche de cette rivière. Les autres principales cités herniques sont Aletrium, Verulae et Ferentinum

[22] Le Latium, ou officiellement Lazio en italien, est une région d’Italie centrale. Sa capitale est Rome. Elle est délimitée par la Toscane, l’Ombrie, les Abruzzes, le Molise, la Campanie et la mer Tyrrhénienne. Le Latium est habité depuis le 2ème millénaire av. jc par les Latins qui subissent la domination étrusque. Pour lutter contre celle-ci, ils ont formé la Ligue latine, qui comprenait une trentaine de cités, dont Albe. Au 4ème siècle av. jc, le Latium fut soumis par Rome et ses habitants devinrent des citoyens romains.

[23] Satricum est une cité antique du Latium. Le site archéologique se trouve sur une colline dominant la localité de Le Ferriere, dans la commune de Latina, à une soixantaine de kilomètres au sud-est de Rome.

[24] Sutri est une commune italienne, située dans la province de Viterbe, dans la région Latium, en Italie centrale. Vieille cité étrusque, prise par Camille en 389 av. jc, et devenue ainsi Sutrium sous la Rome antique. Le roi lombard Liutprand la céda avec d’autres villes de la région, au pape Grégoire II en 728, lors de la Donation de Sutri.

[25] Nepi (anciennement Nepet ou Nepetum) est une commune de la province de Viterbe dans le Latium en Italie.

[26] Tusculum, aussi appelée Tusculane, est une ancienne ville du Latium, détruite en 1191, dont il ne reste que des ruines situées à 2 km au sud-est de l’actuelle ville de Frascati, dans la province de Rome. Le point culminant de la ville est à 670 m au-dessus du niveau de la mer. La ville jouit d’un bon point de vue sur la Campanie, avec Rome s’étendant à 20 km au nord-ouest. Son nom reste attaché aux Tusculanes œuvre de Cicéron.

[27] projet qui réserve une des deux magistratures consulaires à un plébéien

[28] Albano (en latin Albanum) est une ville italienne située dans la ville métropolitaine de Rome Capitale, dans la région du Latium, sur les bords du lac d’Albano, en Italie centrale.