Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Tostig Godwinson

jeudi 25 novembre 2021, par ljallamion

Tostig Godwinson (vers 1026-1066)

Comte de Northumbrie

Frère d’Harold II, le dernier roi saxon d’Angleterre, troisième enfant de Godwin, comte de Wessex [1] et de Kent [2], et de Gytha Thorkelsdóttir .

En 1051, il épouse Judith de Flandre , la fille de Baudouin IV de Flandre, qui est également la tante maternelle de Mathilde, l’épouse de Guillaume le Conquérant.

Toujours en 1051, Tostig et son frère sont bannis de Northumbrie [3]. Ils y retournent en force en 1052. Trois ans plus tard, en 1055, à la mort du comte Siward, Tostig devient comte de Northumbrie. Dans le but de conforter son emprise sur la partie nord du comté, il décrète la loi martiale. Ceux qui violent son autorité se retrouvent sévèrement punis, ce qui rend Tostig extrêmement impopulaire.

Les Northumbriens se révoltent contre Tostig en 1065 et le remplacent par Morcar , le frère du comte Edwin de Mercie , qui déclare Tostig hors la loi. Les rebelles forcent Tostig à fuir vers le sud, où ils le suivent jusqu’à ce qu’ils rencontrent son frère Harold à Oxford [4]. Ce dernier, pour servir ses ambitions, apporte son soutien aux rebelles, contraignant son propre frère à connaître à nouveau l’exil.

Tostig part d’abord pour les Flandres, puis il rejoint en Normandie Guillaume le Conquérant, qui prépare l’invasion de l’Angleterre. Tostig apporte son soutien à Guillaume contre son frère et mène quelques raids contre l’île de Wight [5] et les côtes du Kent. Plus tard, il part pour la Norvège, où il rejoint le roi Harald III qui est temporairement allié avec Guillaume.

Ils traversent ensemble la mer du Nord et portent leurs forces en Northumbrie. Les comtes Morcar et Edwin sont battus à Fulford [6], ce qui assure la revanche de Tostig sur les Northumbriens. Il continue à suivre les Vikings d’Harald au travers du Yorkshire [7], où ils remportent d’autres victoires et prennent la ville d’York [8].

Toutefois, Harold marche vers le nord avec son armée et arrête l’invasion non loin de York. La bataille de Stamford Bridge [9] voit l’affrontement des deux armées, le 25 septembre 1066. Tostig et Harald y perdent la vie. Harold, victorieux, doit alors repartir vers le sud affronter Guillaume, dont les troupes viennent de débarquer.

Après la mort de Tostig, ses deux fils se réfugient en Norvège, tandis que Judith se remarie avec le duc Welf IV de Bavière dit Welf 1er de Bavière .

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Tostig Godwinson / Portail des Anglo-Saxons/ Catégories : Comte de Northumbrie

Notes

[1] Comte de Wessex (Earl of Wessex) est un titre de noblesse qui a été créé deux fois dans l’histoire britannique : la première fois de 1019 à 1071, pendant la période anglo-saxonne antérieure à la conquête normande, et une seconde fois en 1999, dans la pairie du Royaume-Uni. Le Wessex est l’un des principaux royaumes anglo-saxons du Haut Moyen-Âge. Après l’unification du royaume d’Angleterre sous l’égide de la maison de Wessex, la région conserve une certaine importance.

[2] Le titre de comte de Kent a été créé plusieurs fois dans la pairie d’Angleterre, et une fois dans la pairie du Royaume-Uni. Le comté de Kent est situé au sud-est de l’Angleterre, face à la France.

[3] Le titre de comte de Northumbrie fut un titre de la période anglo-danoise, puis de la fin de la période anglo-saxonne, et enfin du début de la période anglo-normande de l’Angleterre. Le comté de Northumbrie succéda au comté de Bambourg, lui-même étant le successeur d’une Bernicie indépendante. Sous le Royaume viking d’York, il y eut des comtes de Deira. Finalement, toute la Northumbrie fut réunie sous la dynastie bernicéenne. Cette dynastie se maintint en Bernicie jusqu’en 1041, mais à partir de 1016, il y eut d’autres comtes à York qui furent appointés par le roi Knut le Grand pour toute la Northumbrie. Celle-ci fut dissoute au début de la période normande, en comtés d’York et Northumberland, avec une grande partie des terres allant aux princes-évêques de Durham.

[4] Oxford est une ville britannique située à 90 km au nord-ouest de Londres. Elle est le centre administratif du comté de l’Oxfordshire dans l’Angleterre du Sud-Est, et en tant que ville régionale dessert un arrière-pays s’étendant aux Cotswolds. La célèbre université d’Oxford, la plus ancienne université du monde anglo-saxon, y est basée.

[5] L’île de Wight est une île de la côte sud de l’Angleterre au Royaume-Uni qui se situe dans la Manche, face à l’embouchure du Southampton Water et de la ville de Portsmouth qui se trouvent sur l’île de Grande-Bretagne, dont elle est séparée par un bras de mer : le Solent. Elle a un riche passé historique et a même été brièvement indépendante durant le 15ème siècle. Sa capitale administrative, Newport, se trouve au centre de l’île.

[6] La bataille de Fulford se déroule le 20 septembre 1066 près du village de Fulford, dans le Yorkshire. Elle oppose le roi norvégien Harald Hardrada aux comtes anglais Edwin de Mercie et Morcar de Northumbrie et se solde par une victoire du premier.

[7] Le Yorkshire est un comté traditionnel d’Angleterre. Ce comté, le plus vaste du Royaume-Uni, est administrativement divisé entre quatre comtés cérémoniaux : le Yorkshire du Nord, le Yorkshire de l’Ouest, le Yorkshire du Sud et le Yorkshire de l’Est. Malgré cela, le Yorkshire est toujours considéré comme une entité culturelle et géographique unique.

[8] York est une ville du nord de l’Angleterre. Située à la confluence de deux rivières, l’Ouse et la Foss, elle donne son nom au comté du Yorkshire. Fondée par les Romains sous le nom d’Eboracum, elle est l’une des villes majeures du royaume anglo-saxon de Northumbrie, puis la capitale du royaume viking de Jórvík. Elle est également le siège d’un archevêché de l’Église d’Angleterre. Après l’arrivée des Anglo-Saxons, York devint l’une des principales villes du royaume de Northumbrie sous le nom vieil anglais Eoforwic. Le roi Edwin y fut baptisé en 627. Elle devint le siège d’un évêché, puis d’un archevêché en 735. Tombée aux mains de la Grande Armée en 866, elle fut la capitale d’un royaume viking de 876 à 954 sous le nom de Jórvík, date de sa conquête définitive par le royaume d’Angleterre. Le 20 septembre 1066, Harald Hardrada s’empara de la ville, mais fut tué cinq jours plus tard par le roi Harold Godwinson à la bataille de Stamford Bridge, vainqueur qui devait périr à son tour à la bataille de Hastings peu de temps après. En 1190, Richard de Malbis et d’autres nobles d’York qui envisageaient de se joindre à Richard dans la troisième croisade profitèrent d’un incendie qui avait éclaté en ville pour faire courir une rumeur contre les Juifs. Les maisons de Benoît et Joce furent attaquées et ce dernier obtint la permission du gardien du château d’York d’y évacuer sa famille et l’ensemble des Juifs, probablement dans la tour de Clifford. Assaillis par la foule, les Juifs prirent peur et ne laissèrent pas rentrer le gardien qui avait quitté la tour. Il en appela au shérif, qui fit venir la milice du Comté. La tour de Clifford fut assiégée plusieurs jours. Un moine fit la cérémonie de sacrement chaque matin autour des murs comme pour sacraliser la lutte. Il fut écrasé d’une pierre jetée par les Juifs assiégés ; la colère de la foule devint alors une folie forcenée. Quand les Juifs de la tour de Clifford virent qu’ils n’avaient aucune alternative autre que de se soumettre au baptême ou périr aux mains de la foule, Yom-Tob ben Isaac de Joigny, tossafiste français et nouveau chef de la communauté, les exhorta à se tuer eux-mêmes plutôt que de succomber à la cruauté de leurs ennemis. Ceux qui étaient en désaccord furent autorisés à se retirer. Les autres se donnèrent la mort, après avoir mis le feu à leurs vêtements et marchandises pour éviter que ceux-ci ne tombent dans les mains de la foule.

[9] La bataille de Stamford Bridge se déroule le 25 septembre 1066 près du village de Stamford Bridge, dans le Yorkshire. Elle oppose l’armée anglaise menée par Harold Godwinson aux forces du roi de Norvège Harald Hardrada, qui cherche à s’emparer du trône d’Angleterre avec l’aide de Tostig, le frère exilé de Harold. Ce dernier sort vainqueur de l’affrontement, durant lequel Harald et Tostig trouvent la mort. Cette bataille contribue indirectement à la conquête normande de l’Angleterre. En apprenant le débarquement de Guillaume de Normandie dans le Sussex, Harold doit ramener ses troupes diminuées vers le sud à marche forcée. Il est à son tour vaincu et tué le 14 octobre à Hastings.