Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Babgen d’Otmous

vendredi 22 octobre 2021, par ljallamion

Babgen d’Otmous (mort en 515/516)

Catholicos de l’Église apostolique arménienne de 490/491 à 515/516

Emblème de l'Église apostolique arménienneBabgen est originaire du village d’Otmous (ou Othmous), dans le canton de Vanand [1].

Il succède en 490 ou 491 au catholicos [2] Hovhannès 1er Mandakouni. Comme ce dernier, il collabore étroitement avec le marzpan [3] Vahan 1er Mamikonian.

Babgen est principalement connu pour avoir convoqué le premier concile de Dvin [4] en 505/506, qui réunit à Dvin [5], le siège catholicossal, des évêques arméniens, ibères [6] et albaniens [7]. La raison de cette convocation n’était pas la réception de l’Henotikon [8] de l’empereur byzantin Zénon en 482, alors que l’Église arménienne et l’Église byzantine sont toujours en communion, mais de parer aux changements récents dans l’Église de l’Orient, à savoir l’introduction du nestorianisme [9] par Barsauma.

Babgen a pour successeur Samuel d’Ardzké en 515 ou 516

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Nina G. Garsoïan, L’Église arménienne et le grand schisme d’Orient, Louvain, Peeters, coll. « Corpus scriptorum Christianorum Orientalium » (no 574), 1999, 631 p. (ISBN 978-90-429-0674-7)

Notes

[1] région de Kars, nord-ouest de l’Arménie médiévale

[2] Le titre de catholicos est un titre équivalent à celui de patriarche porté par des dignitaires de plusieurs Églises orthodoxes orientales, notamment les Églises de la tradition nestorienne et les Églises monophysites, en particulier l’Église apostolique arménienne.

[3] Le marzpanat ou marzbanat est le système de gouvernement instauré par les Sassanides en Arménie, en vigueur de 428 à 646. À sa tête est installé un marzpan ou marzban (« gouverneur »).

[4] Le premier concile de Dvin est un concile de l’Église apostolique arménienne qui s’est tenu en 506 dans la ville arménienne de Dvin, lieu de résidence du catholicos d’Arménie.

[5] Dvin ou Dwin est une ancienne capitale de l’Arménie. Elle est située sur le territoire de l’actuelle communauté rurale de Dvin, dans le marz d’Ararat. La ville de Dvin est fondée au 4ème siècle par le roi d’Arménie Khosrov III Kotayk. La ville est située dans la région d’« Aïrarat », et plus précisément dans la province de Vastan Hayots. Khosrov III fait construire la citadelle et le palais royal sur une colline. Par la suite, la ville attire de nombreux habitants de la ville voisine d’Artachat qui vont donc habiter à Dvin. En 470, le Catholicossat est déplacé de Vagharchapat à Dvin. Elle devient officiellement capitale du pays, ou plutôt « centre administratif » sous les dominations perse et arabe. Elle est détruite en 893 à cause d’un tremblement de terre, mais elle est reconstruite au Moyen Âge et devient un lieu de commerce florissant.

[6] L’Ibérie, aussi connue sous le nom d’Ivérie, est le nom donné par les Grecs et les Romains à l’ancien royaume de Karthlie et correspondant approximativement aux parties méridionale et orientale de l’actuelle République de Géorgie. Les Ibères du Caucase forment une base pour le futur État géorgien et, en même temps que les Colches de Colchide, le noyau de la population géorgienne actuelle. La région n’était, jadis, habitée que par quelques tribus qui faisaient partie du peuple appelé « Ibères ».

[7] L’Aghbanie ou Aghouanie ou Albanie du Caucase est un royaume antique couvrant le territoire actuel de la république d’Azerbaïdjan et le sud du Daguestan.

[8] L’Henotikon (acte d’union), parfois Hénotique en français, est un formulaire rédigé en 482 par Acacius, patriarche de Constantinople, à la demande de l’empereur d’Orient Zénon pour mettre un terme aux controverses christologiques entre Chalcédoniens et Monophysites.

[9] Le nestorianisme est une doctrine christologique affirmant que deux personnes, l’une divine, l’autre humaine, coexistent en Jésus-Christ. Cette thèse a été à l’origine défendue par Nestorius, patriarche de Constantinople de 428 à 431. Après la condamnation de Nestorius et de son enseignement, le nestorianisme devient une hérésie. Les Nestoriens rejettent les formulations dogmatiques issues du concile d’Éphèse et des conciles suivants. Le nestorianisme est une des formes historiquement les plus influentes du christianisme dans le monde durant toute la fin de l’Antiquité et du Moyen Âge à partir de l’Église d’Orient.