Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 17ème siècle > Anne-Sophie de Brandebourg ou Anne Sophie de Hohenzollern

Anne-Sophie de Brandebourg ou Anne Sophie de Hohenzollern

mardi 14 septembre 2021, par ljallamion

Anne-Sophie de Brandebourg ou Anne Sophie de Hohenzollern (1598-1659)

Fille du duc de Prusse [1] et prince Électeur de Brandebourg [2] Jean III Sigismond de Brandebourg et d’ Anne de Prusse.

Durant un moment, la princesse fut destinée au comte palatin Wolfgang-Guillaume de Neubourg , mais ce projet échoua. Elle épousa le duc Frédéric-Ulrich de Brunswick-Wolfenbüttel à Wolfenbüttel [3] le 4 septembre 1614.

À cette occasion Michael Praetorius a composé la musique de la cérémonie de mariage. Le mariage est resté sans enfants. Anne Sophie a entretenu une histoire d’amour avec le duc François Albert de Saxe-Lauenbourg, qui était en service dans l’armée de Tilly. Le duc François a été battu dans une bataille par Christian de Brunswick , qui a trouvé dans les bagages de l’ennemi, une correspondance compromettante entre les deux amants, et la donna à son frère Frédéric Ulrich.

Anne Sophie fut donc forcée de se réfugier à la cour de son frère Georges-Guillaume 1er de Brandebourg . Elle écrit à l’empereur Ferdinand II, alléguant que son mari avait confisqué ses bijoux et effets personnels, tandis que Georges-Guillaume écrit à son beau-frère, lui demandant de prendre sa femme et de rendre les bijoux. Frédéric Ulrich, pour sa part, a interdit le paiement des intérêts de son douaire, et a confisqué ses biens.

Cependant, même si la cour de Wolfenbüttel a convoqué un consistoire pour résoudre le cas, Anne Sophie a refusé de faire une demande de divorce et de permettre un nouveau mariage de son mari. L’empereur Ferdinand, qui aurait eu à arbitrer le conflit, a échoué, laissant le cas en 1626 à l’Électeur Jean-Georges 1er de Saxe.

Celui-ci convoqua, sous la présidence du prédicateur de la cour, Matthias Houe de Hoënegg, les représentants de Brandebourg et Brunswick, sans, toutefois, aboutir à un résultat car au cours des négociations, le duc Frédéric Ulrich est mort.

Anne Sophie a vécu dans son château de Schöningen [4]. Là, elle a fondé une école, qui en son honneur a été appelé Anna-Sophianeum. La duchesse a acheté le bâtiment dans lequel fut construite l’école [5], et l’a agrandie, avec un portail de style baroque surmonté par les armes de la famille de Brandebourg et Brunswick. Anne Sophie a profité de l’aide de Raban de Canstein, qui a été son conseiller, et qui plus tard a fait une carrière à la cour de son frère.

La duchesse, décrite comme extrêmement intelligente, a entrepris par d’habiles négociations avec les différents belligérants de la guerre de Trente Ans [6], de garder son apanage hors du chaos du conflit et de protéger l’Université de Helmstedt [7]. À cette fin, elle a obtenu, le 29 avril, 1629, le transfert de l’administration de la Ville de Calvörde [8], d’abord dans les mains du commissaire impérial, le baron d’honneur David Becker.

Anne Sophie est enterrée dans la crypte des Hohenzollern dans la cathédrale de Berlin [9].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Anne-Sophie de Brandebourg/ Portail du Saint-Empire romain germanique/ Catégories : Maison de Hohenzollern

Notes

[1] La Prusse est à l’origine un territoire d’Europe nord-orientale en partie germanisé sous le contrôle des chevaliers Teutoniques, mais situé hors du Saint-Empire romain germanique. La Prusse est devenue au 16ème siècle possession d’une branche des Hohenzollern, puis elle sera réunie à l’électorat de Brandebourg (la région berlinoise) au 17ème siècle. La Prusse constitue de 1701 à 1871 un élément essentiel du royaume de Prusse, incorporé à l’Empire allemand de 1871 (IIe Reich allemand).

[2] La marche de Brandebourg est un ancien État du Saint Empire romain. Elle tire son nom de l’ancienne résidence des margraves à Brandebourg-sur-la-Havel. Fondée le 11 juin 1157, elle joue un rôle majeur dans l’histoire de l’Allemagne. La Bulle d’or de 1356 confirme le margrave au statut de prince électeur, lui permettant ainsi d’élire le roi des Romains. De ce fait, son margraviat devient plus connu sous le nom d’électorat de Brandebourg. Le territoire englobe la Vieille-Marche à l’ouest du fleuve Elbe, la Moyenne-Marche s’étendant entre l’Elbe et l’Oder, et la Nouvelle-Marche (l’ancien pays de Lubusz) dans l’est, ainsi que la Prignitz et l’Uckermark au nord. La dynastie des Hohenzollern obtient la souveraineté en 1415 et déplace la résidence au château de Berlin. Sous leur règne, le margraviat croît en puissance et s’étend territorialement. À partir de 1618, ils règnent également sur le duché de Prusse en union personnelle ; en 1701, l’État de Brandebourg-Prusse est érigé en royaume de Prusse. Le margraviat devient alors de fait une province

[3] Wolfenbüttel est une ville allemande, le chef-lieu de l’arrondissement du même nom en Basse-Saxe. Elle est bien connue comme l’ancienne résidence des princes de Brunswick-Wolfenbüttel.

[4] Schöningen est une ville de l’arrondissement de Helmstedt, dans le Land de Basse-Saxe en Allemagne. Elle est située au pied des collines au sud-est de Brunswick, près de la frontière avec le Land de Saxe-Anhalt.

[5] aujourd’hui utilisée comme musée

[6] La guerre de Trente Ans est une série de conflits armés qui a déchiré l’Europe de 1618 à 1648. Les causes en sont multiples mais son déclencheur est la révolte des sujets tchèques protestants de la maison de Habsbourg, la répression qui suivit et le désir de ces derniers d’accroître leur hégémonie et celle de la religion catholique dans le Saint-Empire. Ces conflits ont opposé le camp des Habsbourg d’Espagne et du Saint-Empire, soutenus par l’Église catholique romaine, aux États allemands protestants du Saint-Empire, auxquels étaient alliées les puissances européennes voisines à majorité protestante, Provinces-Unies et pays scandinaves, ainsi que la France qui, bien que catholique et luttant contre les protestants chez elle, entendait réduire la puissance de la maison de Habsbourg sur le continent européen.

[7] L’université a été fondée le 15 octobre 1576 par le duc Jules de Brunswick ; son fils Henri-Jules en fut le premier recteur. L’université a considérablement marqué la vie de la ville de 1576 à 1810 qui était même devenue entre-temps membre de la Hanse. Des savants et de grands théologiens ont marqué l’université comme l’humaniste Georgius Calixtus. L’école de philosophie a formé le savant Hermann Conring, spécialiste de la médecine, de la théologie, de la philosophie et juriste en même temps. L’université a influencé le développement de la ville pendant presque 234 ans. Le complexe universitaire, avec le Juleum comme bâtiment principal, constitue un ensemble architectural réputé. D’importantes modifications sont apportées pendant l’occupation française de 1806 à 1813. Jérôme Bonaparte, le frère de Napoléon, régnait alors sur le royaume de Westphalie, où se trouve Helmstedt. Sur son ordre (10 décembre 1809), l’université fut fermée.

[8] Calvörde (anciennement écrit Calvoerde) est une commune allemande de la province de Saxe-Anhalt ; elle fait partie de l’arrondissement de la Börde.

[9] La cathédrale de Berlin est l’église principale protestante historique de Berlin située sur l’île aux Musées à Berlin-Mitte. Traduit en français comme cathédrale, l’église n’est pas une cathédrale dans le sens strict du mot car elle n’a jamais été le siège d’un évêché.