Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Renaud III de Bourgogne ou Rainaud

Renaud III de Bourgogne ou Rainaud

vendredi 13 août 2021, par ljallamion

Renaud III de Bourgogne ou Rainaud (vers 1093-1148)

Comte de Bourgogne-Comte de Mâcon et comte de Vienne

Fils du comte Étienne 1er de Bourgogne , il est le père de la comtesse Béatrice 1ère de Bourgogne et le neveu par son père du pape Calixte II

En 1102 à l’âge de 9 ans, il succède en tant que comte de Mâcon [1] à son père qui meurt en croisades à l’âge de 37 ans.

En 1127, il devient comte palatin de Bourgogne [2] à la suite de l’assassinat de son cousin Guillaume III de Bourgogne

En 1130, il épouse Agathe de Lorraine fille du duc Simon 1er de Lorraine et d’ Adélaïde de Louvain ou de Supplimbourg.

Il voulut s’affranchir de la tutelle de l’empereur du Saint Empire romain germanique Conrad III de Hohenstaufen, mais il fut défait par le duc Conrad 1er de Zähringen et dut abandonner toutes ses terres à l’est du massif du Jura. À la suite de cet évènement il fut surnommé le franc-comte lequel serait à l’origine de nom de la région Franche-Comté.

Il décède en 1148 à l’âge de 55 ans. Sa fille unique la comtesse Béatrice 1ère de Bourgogne lui succède et devient en 1156 impératrice du Saint Empire romain germanique par mariage avec l’empereur germanique Frédéric Barberousse. Elle apporte en dot le comté de Bourgogne Cisjurane [3] et la Provence.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Renaud III de Bourgogne/ Portail de la Bourgogne/ Catégories : Comte de Bourgogne/ Comte de Mâcon/ Comte de Vienne

Notes

[1] Le comté de Mâcon rattaché à la ville de Mâcon en Saône-et-Loire (Mâconnais) dans la partie sud-est de la Bourgogne au Moyen Âge. À l’époque carolingienne, le pagus devient un comté. Sans postérité, le dernier comte, Jean de Dreux et de Braine, et sa veuve, Alix, comtesse de Mâcon et de Vienne, vendent le comté au roi de France, Saint Louis, qui l’incorpore au domaine royal, tandis que le titre de comte de Vienne reste aux oncles d’Alix. Rendu au duché de Bourgogne en 1435 dans le cadre du traité d’Arras, le comté de Mâcon est définitivement annexé au royaume avec l’ensemble de la Bourgogne après 1477, année de la défaite et de la mort du duc Charles le Téméraire vaincu par Louis XI. Jusqu’à la Révolution française, le Mâconnais, rattaché à la Bourgogne avec le statut de comté adjacent, disposait de ses propres États : les États particuliers du Mâconnais.

[2] Le comté de Bourgogne, appelé aussi Franche Comté de Bourgogne, est un important comté fondé en 982 par le duc Henri 1er de Bourgogne pour son fils adoptif le comte Otte-Guillaume de Bourgogne. Il est un État du Saint Empire romain germanique durant 646 ans, de 1032 à 1678

[3] Le Royaume de Provence (ou royaume de Basse-Bourgogne ou Bourgogne Cisjurane) était un État féodal qui a existé au 10ème siècle. Issu de la partition de la Bourgogne impériale lors du Traité de Prüm de 855 (elle-même issue de la division du Royaume de Bourgogne à la suite du traité de Verdun de 843), son territoire s’étendait du Lyonnais à la mer Méditerranée.nVers 933, sous le règne de Rodolphe II, roi de la Bourgogne transjurane, le royaume de Haute-Bourgogne et le royaume de Provence s’unissent. Le royaume ainsi formé prend le nom de « Royaume des Deux-Bourgognes », et se place sous la suzeraineté du Saint Empire romain germanique à partir de 1032.