Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Caius Marcius Rutilus

jeudi 4 mars 2021, par ljallamion

Caius Marcius Rutilus

Homme politique romain du milieu du 4ème siècle av. jc

Emblème de la République romaine.Il est peut-être le premier dictateur [1] plébéien [2] de la République romaine. Il atteint en outre 4 fois le consulat et est le premier censeur [3] plébéien.

Tite-Live rapporte qu’en 358 av. jc, Privernum [4] d’abord puis Velitrae [5] ensuite mènent des raids en territoire romain. Les Romains confient l’année suivante le commandement de la guerre contre Privernum à Marcius Rutilus, qui vient d’être élu à son premier consulat.

Le territoire de Privernum a longtemps été en paix et l’armée de Marcius amasse une énorme quantité de butin. Le consul laisse la totalité du butin à ses soldats et ne garde rien pour l’État. Les Privernates ont construit un camp retranché devant leurs murs. Les Romains le prennent d’assaut et s’apprêtent à attaquer la ville lorsque les Privernates se rendent. Les Fasti triumphales [6] rapportent que Marcius Rutilus célèbre un triomphe contre les Privernates le 1er juin 357 av. jc.

En 356 av. jc, le consul Marcus Fabius Ambustus commande l’armée romaine contre les Falisques [7] et les Tarquiniens [8]. Les Étrusques [9] sont dispersés et leur camp capturé. Cela provoque la mobilisation de toute l’Étrurie, sous la direction des Tarquiniens et des Falisques, qui marchent sur les salines romaines à l’embouchure du Tibre [10].

En urgence, les Romains nomment Marcius Rutilus dictateur. Il transporte ces troupes de l’autre côté du Tibre par des radeaux. Après avoir capturé un certain nombre de pillards étrusques, il s’empare du camp étrusque par une attaque surprise et fait 8 000 prisonniers, les autres étant tués ou chassés du territoire romain.

Le peuple de Rome attribue au dictateur plébéien un triomphe, mais celui-ci n’est pas confirmé par le Sénat. Les Fasti triumphales rapportent un triomphe du dictateur Marcius Rutilus sur les Étrusques le 6 mai. Selon Diodore de Sicile, les Étrusques pillent le territoire romain jusqu’au Tibre avant de retourner sur leurs terres.

Il est à nouveau consul en 352, 344 et 342 av. jc et est censeur.

Lors de son dernier consulat en 342 av. jc, lors de la première guerre samnite [11], aucun combat n’est signalé. Au contraire, les sources se concentrent sur une mutinerie de l’armée romaine pendant l’hiver 343/342 av. jc. Celle-ci est rapportée par Tite-Live, mais aussi par Denys d’Halicarnasse et Appien d’Alexandrie. Tite-Live souligne que la mutinerie suivie de la réconciliation est le seul point sur lequel les historiens antiques s’accordent.

Les Campaniens [12] demandent à Rome des garnisons en hiver pour les protéger des Samnites [13]. Subvertis par la vie luxueuse des Campaniens, les soldats en garnison, majoritairement plébéiens et pauvres, complotent et s’érigent en maîtres de la riche Campanie. Cependant, la conspiration est découverte par les consuls, Quintus Servilius Ahala et Marcius Rutilus. Par peur des sanctions, les comploteurs se mutinent.

Les efforts de Marcius Rutilus pour briser la mutinerie sont vains. Ils forment une armée rebelle et marchent sur Rome. Il se peut que Marcus Valerius Corvus soit nommé dictateur pour faire face à la crise, et il réussit, à moins que cela soit les consuls, à convaincre les mutins de déposer les armes sans effusion de sang et une série de réformes économiques, militaires et politiques sont adoptées pour faire face à leurs doléances

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Jacques Heurgon, Rome et la Méditerranée occidentale jusqu’aux guerres puniques, Paris, PUF, coll. « Nouvelle Clio », 3e éd. mise à jour, 1993, 488 p. (ISBN 978-2-13-045701-5)

Notes

[1] Le dictateur est, durant la République romaine, un magistrat extraordinaire qui détient les pleins pouvoirs (imperium) pour un mandat qui ne peut, à l’origine, excéder six mois. Selon la tradition, le titre a été institué en 501 av. jc pour répondre à une situation d’urgence militaire, mais un magister populi (littéralement « maître du peuple ») existe déjà sous la Royauté romaine.

[2] La plèbe est une partie du peuple romain, c’est-à-dire les citoyens romains, distincts des esclaves. La plèbe ou les plébéiens se définissent par opposition aux patriciens. Dans le langage courant, la plèbe désigne le peuple par opposition aux élites de pouvoir.

[3] Le censeur est un magistrat romain. Deux censeurs sont élus tous les cinq ans parmi les anciens consuls par les comices centuriates. Le pouvoir des censeurs est absolu : aucun magistrat ne peut s’opposer à leurs décisions, seul un autre censeur qui leur succède peut les annuler. Après 18 mois de mandat, ils président une grande cérémonie de purification, le lustrum, à la suite de laquelle ils abdiquent. La censure est la seule magistrature romaine qui n’autorise pas la réélection. Les censeurs ne sont plus élus à partir de la dictature de Sylla, et leurs pouvoirs sont repris par les empereurs romains.

[4] Priverno (connue jusqu’en 1927 comme Piperno) est une commune italienne située dans la province de Latina, dans la région Latium, en Italie centrale.

[5] Velletri est une ville italienne de la ville métropolitaine de Rome Capitale dans le Latium. Velletri est connue dans l’Antiquité romaine sous le nom de Velitrae. Elle appartint aux Volsques, et aux Romains en 495 av. jc. Octavia dont était issu l’empereur Auguste en était originaire

[6] Les Fasti triumphales sont des tables de pierre donnant la liste des triomphes effectués par les magistrats de la Rome antique. Elles furent publiées sous Auguste en 12 av. jc avec les fasti Capitolini. Ils contenaient une liste de généraux victorieux depuis la fondation de Rome jusqu’au principat d’Auguste. Ils sont conservés dans une plus ample inscription près des musées du Capitole à Rome

[7] Les Falisques, Falisci en latin, sont un peuple de l’Italie antique, dans le Sud-Est de l’Étrurie, dont la capitale fut Falerii, aujourd’hui Civita Castellana. Peuple souverain, politiquement et socialement, son histoire est marquée par la proximité de Rome (Falerii se trouve à 44 km au Nord du Capitole), dont il a dû se défendre au fil des siècles, essayant de contrer son expansionnisme en s’alliant avec les Étrusques, rejoignant la Dodécapole ou Ligue étrusque.

[8] Tarquinia était l’une des plus anciennes et des plus importantes cités de la dodécapole étrusque. Elle a donné à Rome la dynastie légendaire des rois étrusques : Tarquin l’Ancien, Servius Tullius et Tarquin le Superbe. Par la suite, Tarquinia est entrée plusieurs fois en guerre avec Rome et a été finalement soumise. Sur le littoral de Tarquinia s’est développée la colonie maritime de Gravisca, qui jusqu’à la fondation de Centumcellae (aujourd’hui Civitavecchia) par l’empereur Trajan au 2ème siècle de notre ère, a représenté le port principal de l’Étrurie méridionale, abandonné ensuite en raison des raids des pirates sarrasins au début du Moyen Age.

[9] L’Étrurie était le territoire des Étrusques. Il correspond à l’actuelle Toscane, s’étendant durant la période de son expansion maximum, au-delà de l’Apennin tosco-émilien jusqu’à la plaine du Pô et son embouchure, à Hadria, port antique qui donna son nom à la Mer Adriatique. Au sud, le territoire étrusque s’étendait au-delà de Rome (comprise), jusqu’à Capoue.

[10] Le Tibre est un fleuve italien qui se jette dans la mer Tyrrhénienne. C’est le plus long fleuve d’Italie après le Pô et l’Adige. Il traverse notamment la capitale italienne, Rome, à l’histoire de laquelle il est étroitement lié.

[11] La première guerre samnite est un bref conflit opposant la République romaine et ses alliés campaniens et latins aux montagnards de la confédération samnite vers 343/341 av. jc. Elle fait suite à l’attaque des Samnites contre les Sidicins qui en appellent aux Campaniens. Ces derniers se tournent ensuite vers Rome, pourtant alliée jusque-là aux Samnites. C’est le premier pas de la conquête romaine de l’Italie et la première des guerres samnites. C’est la première fois dans l’histoire que Rome intervient au-delà du Latium et de ses abords.

[12] La région de Campanie, plus couramment appelée la Campanie, est une région d’Italie méridionale. Elle fut associée au Latium, une des 11 régions de l’Italie romaine créées par l’empereur Auguste au 1er siècle av.jc Érigée en province à part entière au début du 4ème siècle au temps de l’empereur Dioclétien, la Campanie fut ensuite sous domination lombarde puis byzantine. Elle fut ensuite morcelée par l’indépendance que quelques-unes de ses villes adoptèrent.

[13] Les Samnites sont des tribus sabelliennes établies dans le Samnium (région montagneuse d’Italie centrale) du 7ème à la fin du 3ème siècle av. jc. La première mention écrite des Samnites remonte à 354 av. jc dans un traité conclu avec les Romains.