Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 4ème siècle > Paulin de Nole ou saint Paulin

Paulin de Nole ou saint Paulin

lundi 15 février 2021, par ljallamion

Paulin de Nole ou saint Paulin (vers 353-431)

Poète et un ecclésiastique latin-Évêque de Nole de 409 à sa mort

Né à Bordeaux [1], il est contemporain de saint Augustin et de Martin de Tours, qui l’encouragea dans sa vocation religieuse.   Né sous le nom de Pontius Meropius Anicius, il faisait partie d’une des plus riches familles de Bordeaux. Il eut pour précepteur le poète Ausone. Il fut consul suffect [2] en 379.   Comme saint Ambroise de Milan, il passa de la carrière politique à la vocation ecclésiastique. Sous l’influence de ce dernier, de saint Martin de Tours et d’autres comme saint Amand de Bordeaux, successeur de saint Delphin au siège épiscopal de Bordeaux en 403, il se consacra à évangéliser son diocèse, il le convertit et le baptisa.   Saint Paulin quitta le « monde » et se dirigea vers le monachisme. En accord avec son épouse et malgré l’opposition de toute l’aristocratie bordelaise, en particulier de son maître Ausone, il se sépara de ses biens et se retira près de la tombe de Félix de Nole dit saint Félix à Nole [3], en Campanie [4], en 394. Il y avait déjà fondé un hôpital lorsqu’il était gouverneur de cette province. Il y fit désormais construire un complexe religieux dédié au culte du saint local. Vers 409, il devint évêque de Nole [5].   Paulin a su adapter la tradition poétique païenne reçue de son maître Ausone à des horizons chrétiens. Dans ce processus d’adaptation, il s’est inspiré de son contemporain le poète Prudence , qu’il a probablement rencontré. Avec Prudence, saint Paulin de Nole est l’un des plus grands poètes latins chrétiens.   On a conservé de lui 35 poèmes, très élégants, la plupart en hexamètres dactyliques. De Paulin est aussi conservé un ensemble de 49 lettres de forme très ornée, témoignant de sa piété et de sa sensibilité personnelle, ainsi que du goût littéraire de l’époque.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de histoire de Paulinus Nolanus, Carmina, ed. F. Dolveck, Corpus Christianorum. Series Latina, 21, Turnhout, Brepols Publishers, 2015 (ISBN 978-2-503-55807-3).

Notes

[1] Bordeaux est une commune du Sud-Ouest de la France. Capitale de la Gaule aquitaine sous l’Empire romain pendant près de 200 ans. Au début du 5ème siècle, Bordeaux fut prise par les Wisigoths, puis par les Francs de Clovis un siècle plus tard. Au plus tard après la division de la partie du royaume de Caribert de Paris, en 567, Bordeaux appartenait à la Neustrie. Après le mariage du roi neustrien Chilperic, la ville, ainsi que Cahors, Béarn et Bigorre, furent cependant offerts en guise de dot à son épouse Galswinthe. Ces villes étaient situées stratégiquement dans la région du beau-père Athanagild, le roi des Wisigoths. Après que Chilpéric eut ordonné l’assassinat de sa femme, cet héritage est passé au royaume d’Austrasie, selon un règlement d’un Malberg convoqué par Gontran, roi de Bourgogne. Finalement, en 573, Chilpéric, avec son fils Clovis en tant que commandant de l’armée, tente de reprendre les villes. Bien que la conquête de Bordeaux ait réussi à court terme, les troupes de Clovis furent de nouveau expulsées un mois plus tard par le margrave austrasien Sigulf. À la fin du 7ème siècle, Bordeaux devient la capitale du duché d’Aquitaine.

[2] Parfois, un consul décède ou démissionne avant la fin de son mandat de douze mois. Le consul restant rétablit la collégialité par l’élection intermédiaire si le délai restant le permet ou par la désignation directe d’un consul suffectus (du participe passé du verbe sufficere, « remplacer »). Ce consul entre en fonction immédiatement, il a les mêmes privilèges et les mêmes pouvoirs que le consul remplacé mais il n’est en charge que pour la durée du mandat qui reste à couvrir. Enfin, le consul suffect ne donne pas son nom à l’année, à l’inverse du consul dit ordinaire.

[3] Nola, ou Nole en français, est une ville de la ville métropolitaine de Naples, en Campanie (Italie), dont le centre est situé à 23 km à l’est du centre de Naples, et à 20 km au nord de Pompei.

[4] La région de Campanie, plus couramment appelée la Campanie, est une région d’Italie méridionale. Elle fut associée au Latium, une des 11 régions de l’Italie romaine créées par l’empereur Auguste au 1er siècle av.jc Érigée en province à part entière au début du 4ème siècle au temps de l’empereur Dioclétien, la Campanie fut ensuite sous domination lombarde puis byzantine. Elle fut ensuite morcelée par l’indépendance que quelques-unes de ses villes adoptèrent.

[5] Le diocèse de Nole est un diocèse de l’Église catholique en Italie, suffragant de l’archidiocèse de Naples et appartenant à la région ecclésiastique de Campanie. La tradition fonde l’origine du diocèse de Nola au 1er siècle avec saint Félix de Nole. Il est présumé que le diocèse est érigé entre la fin du 2ème siècle et le début du 3ème siècle les évêques saint Maxime et saint Quint sont les 1ers évêques dont on possède des informations documentées. L’évêque qui marque l’église de Nole est saint Paulin un des plus grands poètes chrétiens de langue latine, on lui doit aussi la création d’un sanctuaire dédié à saint Félix de Nole.