Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Archidamos II

mardi 19 janvier 2021, par ljallamion

Archidamos II

Roi de Sparte vers 469 av. jc

Issu de la famille royale des Eurypontides [1], Archidamos met fin a la troisième guerre de Messénie [2] en 462 av. jc avec l’aide d’Athènes.

Ami de Périclès, réputé pour sa prudence, Archidamos tente d’éviter la guerre du Péloponnèse [3], puis en 431 envahit l’Attique [4] sans parvenir à bloquer sérieusement Athènes. A cette occasion, il interdit à ses soldats d’endommager les domaines de Périclès. Il s’empare de la ville de Platées [5] en 427 av. jc après un siège de 2 ans.

Il est le père d’Agis II et d’Agésilas II et le grand-père d’Archidamos III. Il cède le trône à son fils Agis II vers 425 av. jc et meurt en 422 av. jc.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Archidamos II/ Portail de la Grèce antique/ Roi de Sparte

Notes

[1] À partir de la réforme de Lycurgue au viie siècle av. J.-C., Sparte possède deux rois représentant l’un la famille des Agiades, l’autre celle des Eurypontides. Ils exercent conjointement des pouvoirs essentiellement militaires et religieux.

[2] La Messénie est une région au sud-ouest de la péninsule du Péloponnèse en Grèce. Elle constitue un district régional de la périphérie du Péloponnèse, dont la capitale est Kalamata.

[3] La guerre du Péloponnèse est le conflit qui oppose la ligue de Délos, menée par Athènes, et la ligue du Péloponnèse, sous l’hégémonie de Sparte. Le déroulement du conflit est principalement connu à travers les récits qu’en ont fait Thucydide et Xénophon. Provoquée par trois crises successives en peu de temps, la guerre est cependant principalement causée par la crainte de l’impérialisme athénien chez les alliés de Sparte. Ce conflit met fin à la pentécontaétie et s’étend de 431 à 404 en trois périodes généralement admises : la période archidamique de 431 à 421, la guerre indirecte de 421 à 413, et la guerre de Décélie et d’Ionie, de 413 à 404.

[4] L’Attique est la région qui entoure Athènes. L’Attique s’est d’abord appelée Mopsopie L’Attique est découpée en 139 dèmes et parallèlement, en trois grands secteurs : la ville, la côte et l’intérieur. Les dèmes sont regroupés en trittyes qui elles-mêmes sont regroupées trois par trois, une de chaque secteur, pour constituer une tribu. Durant l’Antiquité, il s’agissait de l’une des plus importantes régions productrices d’huile d’olive ; huile qui était ensuite exportée par exemple vers l’Étrurie. La céramique d’Attique au 6ème siècle av. jc connaît également un certain succès.

[5] Platées ou Platée est une cité de Béotie sur le versant nord du Cithéron, au sud-ouest de Thèbes, qui a joué un rôle important lors des guerres médiques. Au 6ème siècle av. jc, Platées est l’une des cités béotiennes qui préfèrent l’alliance avec Athènes à la domination de Thèbes au sein de la première confédération béotienne. Près d’un millier de ses citoyens participent à la bataille de Marathon aux côtés d’Athènes en 490 av. jc. En 479 av. jc les Grecs dirigés par le Lacédémonien Pausanias et par l’Athénien Aristide battent complètement le général perse Mardonios lors de la dernière grande bataille terrestre des guerres médiques, la bataille de Platées. Tout au long du 5ème siècle av. jc, les Platéens défendent avec acharnement leur indépendance contre la volonté hégémonique de Thèbes alliée de Sparte. Au cours de la guerre du Péloponnèse, ils soutiennent un siège héroïque de 3 ans entre 429 et 427 av. jc, et ne se rendent que contraints par la famine. Sparte fait raser la ville et de nombreux Platéens se réfugient à Athènes où ils reçoivent le droit de cité. La paix d’Antalcidas en 386 av. jc les autorise, du moins leurs descendants, à rebâtir leur cité mais celle-ci est de nouveau détr