Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Jean-Gaston de Médicis

lundi 19 octobre 2020, par ljallamion

Jean-Gaston de Médicis (1671-1737)

Dernier grand-duc de Toscane de la lignée des Médicis de 1723 à 1737

Second fils du grand-duc Cosme III et de la grande-duchesse, née Marguerite-Louise d’Orléans , petite-fille de France. Ses parents se séparent peu après sa naissance, sa mère retournant vivre en France. Il est un descendant direct du roi Henri IV.

Soucieux de donner une descendance à sa dynastie après les mariages stériles de ses 2 aînés, le grand-duc fait épouser à Jean-Gaston, en 1697, Anne-Marie-Françoise de Saxe-Lauenbourg , une des princesses les plus fortunées d’Europe, belle-sœur de l’empereur Léopold 1er, veuve du duc Philippe-Guillaume-Auguste de Palatinat-Neubourg et déjà mère d’une petite fille.

Le prince part pour la Bohême [1] habiter chez son épouse au château de Ploschkowitz [2], mais le couple ne s’entend pas et n’a pas d’enfants. Désespéré, le prince devient alcoolique et s’abandonne de plus en plus ouvertement à ses tendances homosexuelles, sombrant dans l’alcool et la débauche, fréquentant les bas-fonds et s’entourant d’une "faune" qui exploite ses faiblesses.

Revenu en Toscane [3], Jean-Gaston succède à son père sur le trône en 1723, mais se laisse gouverner par ses mignons, souvent présentés par Giuliano Dami . Il accueille l’infant d’Espagne don Carlos dit Charles III en 1731, comme l’héritier présomptif de la couronne de Toscane.

Cependant, à l’issue de la guerre de Succession de Pologne [4], un autre arrangement international dispose du grand-duché. Par une habile manœuvre du cardinal de Fleury , Premier ministre français, les préliminaires du traité de Vienne [5] mettent fin à la guerre en 1738, et disposent notamment que le grand-duché de Toscane, sans héritier direct, soit attribué à François III Étienne, duc de Lorraine et de Bar ? lequel doit en retour céder ses duchés à Louis XV au profit du roi de Pologne détrôné, Stanislas Leszczyński, beau-père du roi de France.

Jean-Gaston de Médicis s’éteint le 9 juillet 1737, sans descendance. François de Lorraine, gendre de l’empereur Charles VI , lui succède comme convenu sous le nom de François II. Lorsque, comme époux de l’archiduchesse Marie-Thérèse d’Autriche (1717-1780 ?) , héritière des Habsbourg d’Autriche, il est lui-même élu empereur en 1745, la Toscane reste dans la maison d’Autriche ou Habsbourg-Lorraine [6], jusqu’à l’unification du royaume d’Italie en 1860.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Paul Strathern, The Medici : Godfathers of the Renaissance, Vintage, Londres, 2003. (ISBN 978-0-09-952297-3).

Notes

[1] Le royaume de Bohême était un royaume situé dans la région de la Bohême, en Europe centrale, dont la plupart des territoires se trouvent actuellement en République tchèque. Devenu une possession héréditaire des Habsbourg en 1620, le royaume a fait partie du Saint Empire jusqu’à sa dissolution en 1806, après quoi il est devenu une partie de l’Empire d’Autriche, puis de l’Empire austro-hongrois.

[2] Ploskovice est une commune du district de Litoměřice, dans la région d’Ústí nad Labem, en République tchèque. Entre 1545 et 1575 l’ancienne forteresse fut convertie en château Renaissance, qui souffrit d’incendies pendant la Guerre de Trente Ans. C’est à cette époque que la famille von Schlick devint propriétaire du village. La comtesse Marie-Sidonie von Schlick fit reconstruire le château en 1650. Celui-ci fut acquis en 1663, deux ans avant sa mort, par le duc Jules-Henri de Saxe-Lauenbourg. Il passa ensuite à Anne-Marie-Françoise de Saxe-Lauenbourg, future grande-duchesse de Toscane et épouse de Jean-Gaston de Médicis, qui hérita des terres. Elle en fit sa résidence d’été entre 1720 et 1725, et le reconstruisit en style baroque, puis y accueillit son époux qui ne s’y plut pas et retourna en Italie.

[3] La Toscane, dirigée d’abord par des margraves et des marquis aux 9ème et 10ème siècles, devint un ensemble de cité-États à statut républicain-oligarchique. Au 15ème siècle, avec Cosme de Médicis, elle est progressivement réunifiée dans une seule entité politique et passe entre les mains de la famille des Médicis, l’une des plus puissantes durant la Renaissance. Cette famille a gouverné la Toscane du 15ème au 18ème siècle.

[4] La guerre de Succession de Pologne eut lieu de 1733 à 1738. À la mort d’Auguste II en 1733, son fils, Auguste III, et Stanislas 1er, ancien roi de Pologne déchu en 1709, beau-père de Louis XV, se disputent le trône.

[5] Le traité de Vienne de 1738 signé le 18 novembre 1738 entre l’Autriche et la France met fin entre ces deux pays à la Guerre de Succession de Pologne. Il comporte plusieurs dispositions dynastiques qui modifient la carte politique de l’Europe et assurent un nouvel équilibre entre les deux puissances.

[6] Seule branche légitime actuellement subsistante de la maison de Lorraine, les membres de la maison impériale et royale de Habsbourg-Lorraine sont issus du mariage de François III, duc de Lorraine et de Bar, et de Marie-Thérèse de Habsbourg, « roi » de Hongrie et de Bohême et archiduchesse souveraine d’Autriche, célébré à Vienne le 12 février 1736. Les membres de cette branche, héritant des possessions patrimoniales des Habsbourg et de leur vocation à l’Empire, mais descendant en ligne mâle de la maison de Lorraine, accolent les deux noms. Ainsi, à l’ouverture de son procès, la reine de France Marie-Antoinette d’Autriche se présente comme « Marie-Antoinette de Lorraine d’Autriche ».