Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 16ème siècle > Baccio della Porta dit Fra Bartolomeo di San Marco

Baccio della Porta dit Fra Bartolomeo di San Marco

vendredi 16 octobre 2020, par ljallamion

Baccio della Porta dit Fra Bartolomeo di San Marco (1472-1517)

Peintre italien qui devint religieux Dominicain

Sa vie est intimement liée à sa ville, Florence [1], et son œuvre, à la période de la Première Renaissance [2]. Son style caractérise le début du cinquecento florentin [3], une culture qui hésite entre le classicisme de Raphaël et le premier Maniérisme. Le thème de ses œuvres est constant : la méditation religieuse.

Né à Soffignano, près de Florence. Sa formation artistique débute en 1484, quand il entre dans l’atelier de Cosimo Rosselli, peintre fortement influencé par Ghirlandajo.

Mariotto Albertinelli, l’un des autres apprentis de l’atelier, va très vite travailler avec Baccio. La première œuvre de Baccio est sans doute une Annonciation [4] ; elle est terminée par Albertinelli. En 1490, quand Baccio quitte Cosimo pour ouvrir son propre atelier, Albertinelli le suit : les deux amis vont former un partenariat qui se prolongera jusqu’à l’entrée de Baccio chez les dominicains [5].

Bartolomeo a déjà obtenu de grands succès dans son art lorsqu’il fait la connaissance de Savonarole alors qu’il travaille au couvent de Saint-Marc à Florence. Le prédicateur, qui dénonce les mœurs délétères de la Renaissance, acquiert rapidement une grande influence sur Bartolomeo : il jettera au bûcher des œuvres séculaire ou mythologiques. Sa peinture se fait didactique, son style grandiloquent est au service de la glorification des personnages bibliques.

Il quitte le pinceau, peu après l’exécution de Savonarole en 1498, pour se faire religieux. Il prend en 1500 l’habit des dominicains dans le couvent San Marco de Florence, et il ne consacre plus son talent qu’à des sujets religieux aidé en cela par son ami Fra Ambrogio della Robbia . Sur l’ordre de son supérieur, il quitte le monastère.

Son Jugement dernier attire l’attention de Raphaël qui est son cadet de 8 ans. Le contact avec Raphaël et le court séjour qu’il fit à Venise [6] en 1508, modifient son style. Du jeune artiste, il apprend les règles de la perspective ; en retour, c’est à son contact que Raphaël améliore son sens de la couleur et des drapés.

Raphaël, Michel-Ange et Leonardo ont tous quitté Florence avant la fin de la première décennie du siècle. Durant la seconde décennie, Fra Bartolomeo n’avait plus d’autre rival que Andrea del Sarto. Le Mariage de sainte Catherine, peint en 1512, marque l’apogée de sa recherche et de son association avec Albertinelli : simplification des masses et adoucissement des contours par un usage du clair-obscur. Il excelle dans le coloris et le relief, et dans l’art du drapé. Il est le premier qui fait usage du mannequin à ressort.

En 1517, à la suite d’une paralysie partielle, il se rend aux bains de San Filippo. Grand amateur de fruits, désœuvré, c’est là qu’il consomme des figues qui lui seront fatales. Après avoir consommé une grande quantité de figues fraîches, il est pris de fièvre et en meurt le 31 octobre 1517.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Fra Bartolomeo/ Portail de Florence/ Catégories : Peintre italien du XVe siècle/ Peintre italien de la première Renaissance/ Peintre d’art sacré/ Peintre de l’école florentine

Notes

[1] Florence est la huitième ville d’Italie par sa population, capitale de la région de Toscane et siège de la ville métropolitaine de Florence. Berceau de la Renaissance en Italie, capitale du royaume d’Italie entre 1865 et 1870

[2] En histoire de l’art, on appelle Première Renaissance (Primo Rinascimento en italien) la période du Quattrocento qui, s’étendant des années 1420 à 1500, marque la rupture avec l’art de la pré-Renaissance.

[3] Le Cinquecento est le 16ème siècle italien, époque à laquelle survient la Haute Renaissance. A cette époque, l’Italie est un territoire profondément divisé en États souvent concurrents et dont certains sont dominés par des puissances étrangères. Les guerres ravagent le pays.

[4] dôme de Volterra

[5] L’ordre des Prêcheurs ou des Frères Prêcheurs, plus connu sous le nom d’ordre dominicain, est un ordre catholique né sous l’impulsion de saint Dominique en 1215. Il appartient, comme l’ordre des Frères mineurs ou franciscains, à la catégorie des ordres mendiants. Suivant la règle de saint Augustin, ainsi que ses propres Constitutions, en partie inspirées de celles des prémontrés, il s’est donné pour mission l’apostolat et la contemplation. Les dominicains sont des religieux mais pas des moines : ils ont la particularité de ne prononcer qu’un seul vœu, celui d’obéissance, dans les mains du maître de l’ordre (ou de son représentant), les vœux de pauvreté et de chasteté étant implicitement inclus. Ils ne font, par contre, pas vœu de stabilité comme les moines. Ils vivent dans des couvents et non dans des monastères. Leur vocation étant de prêcher, leurs couvents sont souvent situés dans de grandes villes.

[6] Venise est une ville portuaire du nord-est de l’Italie, sur les rives de la mer Adriatique. Elle s’étend sur un ensemble de 121 petites îles séparées par un réseau de canaux et reliées par 435 ponts. Située au large de la lagune vénète, entre les estuaires du Pô et du Piave, Venise est renommée pour cette particularité, ainsi que pour son architecture et son patrimoine culturel