Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Jeanne Enríquez

jeudi 15 octobre 2020, par ljallamion

Jeanne Enríquez (1425-1468)

Reine consort de Navarre et d’Aragon

Née à Torrelobatón [1]. Fille de Fadrique Enríquez de Mendoza , amiral de Castille [2] et de Merina de Cordoue , elle épouse Pierre de Coimbra, connétable de Portugal [3] et éphémère comte de Barcelone [4] puis, en secondes noces, le roi Jean II d’Aragon et de Navarre en 1444.

Le grand-père de Jeanne Enríquez est Alphonse Enríquez, seigneur de Medina de Rioseco [5] , fils de Fadrique de Castille .

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Jeanne Enríquez/ Portail de la Navarre / Catégories : Reine consort d’Aragon/ Reine consort de Navarre

Notes

[1] Torrelobatón est une commune de la province de Valladolid dans la communauté autonome de Castille-et-León en Espagne. Après la défaite des comuneros à la bataille de Tordesillas, Juan de Padilla souhaitait obtenir un triomphe rapide pour remonter le moral des troupes et du mouvement comunero tout entier. C’est alors que fut prise la décision de prendre Torrelobatón et son château. Le 21 février 1521 commence l’assaut et 4 jours plus tard les comuneros parviennent à entrer dans la ville et se livrent à un pillage auquel seules les églises échapperont. Le château continua de résister mais face à la menace de pendre tous les habitants s’il ne se rendait pas, ses occupants se virent obligés à capituler, après avoir négocié la conservation de la moitié des biens que contenait le château. Torrelobatón fut le dernier lieu par lequel passèrent les comuneros avant leur départ pour Toro, le matin du 23 avril 1521, mais l’armée impériale les rejoignit au niveau de Villalar, donnant lieu à la bataille du même nom, qui se termina par la victoire de Charles Quint.

[2] L’Amirauté de Castille a été créée pour la conquête de Séville par le roi Ferdinand III le Saint, qui a nommé comme premier amiral Ramón de Bonifaz en 1247. Ce titre était associé à une grande autorité, pouvoir et prééminence, qui ont été fixés par Alphonse X le Sage dans la seconde Partida de las Leyes ; dans celle-ci était dit que celui qui était choisi, devait se présenter devant le roi revêtu de riches vêtements de soie ; il devait porter un anneau à la main droite, en signe de l’honneur qui lui était fait, une épée représentant le pouvoir délégué, et un étendard avec les armes royales pour acabdillamiento accordé comme représentant du monarque. L’Amiral résidait ordinairement à Séville, où se trouvaient les arsenaux royaux et qui était le lieu où on armait et organisait les flottes et où se tenait également le tribunal spécial maritime. Parmi les multiples attributions et facultés de l’Amiral, figurait celle de pouvoir prendre la parole et de voter au Conseil. Durant le règne des 3 derniers Trastamare, l’institution de l’Almirauté a été transformée : « l’Amiral est devenu un homme du palais qui intrigue pour accroître ses prééminences »

[3] La dignité de connétable (condestável) de Portugal est créée en 1382 par le roi Ferdinand 1er en remplacement de celle d’Alferes de Portugal. Le connétable, second personnage du royaume après le roi, a la haute main sur l’armée, qu’il commande en l’absence du souverain. Ce dernier attribue toujours la dignité de connétable à sa propre initiative. Toutefois après l’arrivée sur le trône du connétable Jean de Bragance, la fonction devient purement honorifique.

[4] Le comté de Barcelone est à l’origine une subdivision du royaume wisigoth en Hispanie. Conquis par les Maures à la fin du 8ème siècle, reconquis par Charlemagne en 801, il est intégré à la marche d’Espagne, province frontière face aux musulmans d’Al-Andalus. Des comtes nommés par les souverains carolingiens se succèdent à la tête de ce comté, considéré comme le plus important de la marche. À l’extinction de la dynastie carolingienne, les comtes se succèdent de façon héréditaire dans la descendance du comte Guifred, dit le Velu. Cette dynastie domine également les comtés de Girone et de Ausone, et rassemble peu à peu sous son autorité directe ou indirecte tous les comtés formant l’actuelle Catalogne : Besalú, Cerdagne, Empuries, Pallars, Roussillon et Urgell.

[5] Medina de Rioseco (appelée Rioseco jusqu’en 1860) est une commune de la province de Valladolid dans la communauté autonome de Castille-et-León en Espagne.