Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Anne de Foix

mercredi 23 septembre 2020, par ljallamion

Anne de Foix (1484-1506)

Reine consort de Bohême

Fille de Gaston II de Foix-Candale , comte de Candale [1], et de Catherine de Foix , fille deGaston IV, comte de Foix [2] et d’Éléonore, reine de Navarre [3]. Par sa mère, elle est cousine germaine d’Anne de Bretagne, épouse de Louis XII, roi de France.   Son mariage avec Vladislas IV de Bohême , roi de Bohême [4] et de Hongrie [5] est la conséquence d’un rapprochement politique entre la couronne de France et les Jagellon [6] contre les avancées turques et l’expansion de la famille Habsbourg [7]. Le contrat de mariage est signé le 23 mars 1502. Le roi Vladislas, âgé de 46 ans, n’a aucun enfant de ses deux mariages précédents et souhaite concevoir un héritier.   Anne de Foix, 18 ans, part en Hongrie le 29 septembre 1502, avant les noces. Elle est couronnée à Székesfehérvár [8] reine de Hongrie. Elle n’est jamais couronnée reine de Bohême, car fervente catholique, elle a d’importants préjugés contre les utraquistes [9], et refuse d’entrer dans les terres de Bohême.   Le 23 juillet 1503, elle donne naissance à Anne Jagellon.   Le 1er juillet 1506, elle donne naissance à Louis II de Hongrie dit Louis II Jagellon. Le roi Vladislas IV de Bohême a enfin une descendance mâle. Bien que de constitution faible, le nouveau-né reste en vie. Par contre Anne de Foix meurt à la suite de l’accouchement.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Anne de Foix/ Portail de la République tchèque/ Portail de la Hongrie/ Portail de la monarchie/ Catégories : Reine consort de Bohême/ Reine consort de Hongrie

Notes

[1] Les comtes de Candale étaient une branche de la maison de Foix du Moyen Âge. La maison des Foix-Candale est issue de Gaston de Foix, comte de Benauges, second fils d’Isabelle de Foix-Castelbon, comtesse de Foix et d’Archambaud de Grailly. Son fils, Jean de Foix, épouse Marguerite de la Pole, héritière de l’aristocratie anglaise apparentée de loin à la famille royale Plantagenêt et à ses branches de Lancastre et d’York ; il fut créé comte de Kendal en 1446, titre connu sous sa transposition française de comte de Candale. En 1462, il transféra son allégeance de l’Angleterre à la France, ce qui fut compris par la cour anglaise comme un abandon de son titre. Lui et ses descendants continuèrent néanmoins à faire usage du titre de comte de Candale.

[2] Le comté de Foix est à l’origine un territoire du comté de Carcassonne détaché par le comte Roger Ier le Vieux en faveur de son fils cadet Bernard-Roger.

[3] Le royaume de Navarre est un royaume médiéval fondé en 824 par les Vascons, dont le premier roi est Eneko Arista, premier d’une lignée de seize rois basques qui régneront sur le Royaume jusqu’en 1234. Attaquée depuis trois siècles au nord des Pyrénées, dans le duché de Vasconie par les Francs, et au sud par les Wisigoths, puis les Omeyyades (musulmans), la Vasconie est réduite au petit Royaume de Pampelune, terres ancestrales du Saltus Vasconum. La Haute-Navarre fut conquise en 1512 par le royaume d’Aragon et fut intégrée en 1516 dans l’actuel royaume d’Espagne et l’autre partie (Basse-Navarre), restée indépendante, fut unie à la couronne de France à partir de 1589 d’où le titre de « roi de France et de Navarre » que portait Henri IV.

[4] Le royaume de Bohême était un royaume situé dans la région de la Bohême, en Europe centrale, dont la plupart des territoires se trouvent actuellement en République tchèque. Devenu une possession héréditaire des Habsbourg en 1620, le royaume a fait partie du Saint Empire jusqu’à sa dissolution en 1806, après quoi il est devenu une partie de l’Empire d’Autriche, puis de l’Empire austro-hongrois.

[5] Le royaume de Hongrie est le terme historiographique donné à différentes entités politiques de la Hongrie au Moyen Âge (à partir de 1001), à l’époque moderne et jusqu’à l’époque contemporaine (1946). La date de création du royaume remonte à l’an 1001, lorsque Étienne (István) transforme l’ancienne grande-principauté en royaume chrétien. L’unité du royaume est mise à mal lors de l’occupation ottomane d’une partie du pays en 1526, durant laquelle deux territoires se disputent la continuité royale (la Hongrie royale dominée par l’empire d’Autriche et la Hongrie orientale, prémisse de la principauté de Transylvanie). Le royaume de Hongrie recouvre l’essentiel de son territoire médiéval dans le cadre du compromis austro-hongrois signé en 1867

[6] Jagellon est le nom d’une dynastie royale, originaire de Lituanie, qui régna sur une partie de l’Europe centrale (correspondant de nos jours à des territoires appartenant à la Lituanie, la Biélorussie, la Pologne, l’Ukraine, la Lettonie, l’Estonie, la région de Kaliningrad et d’autres parties occidentales de la Russie, et à la Hongrie), entre le 14ème siècle et le 18ème siècle.

[7] La maison de Habsbourg ou maison d’Autriche est une importante Maison souveraine d’Europe connue entre autres pour avoir fourni tous les empereurs du Saint Empire romain germanique entre 1452 et 1740, ainsi qu’une importante lignée de souverains d’Espagne et de l’empire d’Autriche, puis de la double monarchie austro-hongroise. La dynastie a pris le nom de « Maison de Habsbourg-Lorraine » depuis 1780.

[8] Székesfehérvár, appelée anciennement Albe Royale, est une ville de Hongrie, chef-lieu de la région de Transdanubie centrale et du comitat de Fejér, et chef-lieu du district de Székesfehérvár. Un premier château est construit, puis agrandi sous le règne de Étienne 1er. C’est en ce lieu qu’était conservée la Couronne à la croix penchée, symbole du pouvoir royal, et que se réunissait la Diète de Hongrie.

[9] L’utraquisme, ou le mouvement des calixtins, est un mouvement hussite bohémien qui se forma au commencement du 15ème siècle. Ils étaient ainsi nommés parce qu’ils communiaient et demandaient que l’Eucharistie soit donnée sous les deux espèces du pain et du vin (sub utraque) et qu’ils réclamaient l’usage du calice pour les laïcs.