Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 4ème siècle > Flavius ​​Promotus dit Promotus

Flavius ​​Promotus dit Promotus

dimanche 6 septembre 2020, par ljallamion

Flavius ​​Promotus dit Promotus (mort en 391)

Général romain qui a servi sous Théodose 1er

Empire romain au 4ème siècle

En 386, il avait un commandement en Afrique [1]. La même année, il était magister militum [2] en Thrace [3].   Les Greuthungi [4] du roi Odothée ou Odotheus se sont rassemblés sur la rive nord du Danube et ont demandé leur admission dans l’Empire, vraisemblablement aux mêmes conditions que les Tervinges [5] 10 ans auparavant.   Promotus déploya ses forces le long de la rive sud et envoya des hommes pour les tromper en prétendant vouloir un paiement pour trahir les Romains, mais ils rapportèrent en fait le plan à Promotus. Lorsque les Greuthungi tentèrent de traverser la rivière, au lieu d’un camp de couchage, ils furent confrontés à une flotte de bateaux qui procédait à couler tous les canots ennemis.   Théodose, qui était à proximité, libéra les Goths [6] survivants en espérant les utiliser dans sa prochaine campagne contre Magnus Maximus.   En 388, Promotus fut promu magister equitum [7] en préparation de la campagne contre Maximus et fut récompensé par le consulat en 389. Théodose était en voyage de retour vers l’Est à travers la Thessalie [8] et ayant diverses aventures, Promotus le sauva d’une attaque barbare, et fut sans doute récompensé par un commandement plus élevé.   Peu de temps après, l’empereur commença à favoriser Rufin, alors magister officiorum [9], ce qui irrita Promotus et ils se bagarrèrent en public. Rufin persuada alors Théodose d’envoyer Promotus faire des exercices avec les troupes et envoya une compagnie de barbares qui lui tendirent une embuscade et le tuèrent.   Promotus avait deux fils qui furent élevés avec les enfants de l’empereur, qui, pour se venger du meurtre de leur père, aidèrent Eutrope à contrecarrer le projet de Rufin d’épouser la fille de l’empereur Arcadius.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Promotus/ Traduit par mes soins

Notes

[1] L’Afrique ou Afrique proconsulaire, est une ancienne province romaine qui correspond à l’actuelle Nord et sud Est Tunisien, plus une partie de l’Algérie et de la Libye actuelle. La province d’Afrique est créée en 146 av. jc, après la destruction de Carthage, au terme de la 3ème guerre punique ; ayant Utique pour capitale, elle est séparée du royaume de Numidie par une ligne de démarcation, la fossa regia. En 46 av. jc, Rome annexe la Numidie avec le nom de « nouvelle province d’Afrique » (Africa Nova) pour la distinguer de la première (Africa Vetus). Vers 40-39 av. jc, les deux provinces sont réunies dans la province dite d’Afrique proconsulaire ; ayant Carthage pour capitale, elle s’étend, d’ouest en est, de l’embouchure de l’Ampsaga (auj. l’Oued-el-Kebir, en Algérie) au promontoire de l’Autel des frères Philènes (auj. Ras el-Ali, en Libye). En 303, celle-ci est divisée par Dioclétien en trois provinces : la Tripolitaine, la Byzacène et l’Afrique proconsulaire résiduelle, aussi appelée Zeugitane.

[2] Le magister militum est un officier supérieur de l’armée romaine durant l’Antiquité tardive. Son nom est souvent traduit par « maître de la milice » ou « maître des milices ». À l’origine, on distinguait le magister peditum ou commandant de l’infanterie et le magister equitum ou commandant de la cavalerie. Les deux fonctions furent à l’occasion réunies et leur titulaire prit le titre de magister utriusque militiae. Le commandant des corps demeurant à la disposition de l’empereur près de la capitale fut appelé magister militum praesentales. En Orient, la fonction cessa d’exister avec la création des thèmes où le gouverneur (strategos), cumula les fonctions militaires et civiles.

[3] La province romaine de Thrace fut créée en l’an 46, par l’empereur Claude, après l’annexion des derniers royaumes Thraces. À la suite des réformes administratives de Diocletien à la fin du 3ème siècle, la Thrace géographique fut divisée en quatre petites provinces (Thrace, Haemimontus, Rhodopes et Europa) appartenant au diocèse de Thrace (Thraciae), lui-même appartenant à la préfecture d’Orient. Sous le Duumvirat (286-293) puis la Tétrarchie (293-324), elle fut placée sous l’autorité de l’Auguste chargé de l’Orient. Lors de la division définitive de l’Empire romain, en 395, le diocèse de Thrace fut inclus dans l’Empire romain d’Orient.

[4] Les Greuthungi étaient un peuple gothique qui vivait dans la steppe pontique entre le Dniestr et le Don dans ce qui est aujourd’hui l’Ukraine, aux 3ème et 4ème siècles. Ils avaient des contacts étroits avec les Tervingi, un autre peuple gothique, qui vivait à l’ouest du Dniestr. À l’est des Greuthungi, vivant près de la rivière Don, se trouvaient les Alains.

[5] Les Wisigoths ou Tervinges étaient un peuple germanique issu des Goths. Les Wisigoths sont ceux qui, migrant depuis la région de la mer Noire, s’installèrent vers 270-275 dans la province romaine abandonnée de Dacie (actuelle Roumanie), au sein de l’Empire romain, alors que les Ostrogoths s’installèrent, pour leur part, en Sarmatie (actuelle Ukraine). Les Wisigoths migrèrent à nouveau vers l’ouest dès 376 et vécurent au sein de l’Empire romain d’Occident, en Hispanie et en Aquitaine.

[6] Les Goths faisaient partie des peuples germaniques. Selon leurs propres traditions, ils seraient originaires de la Scandinavie. Ils provenaient peut-être de l’île de Gotland. Mais ils pourraient également être issus du Götaland en Suède méridionale ou bien du Nord de la Pologne actuelle. Au début de notre ère, ils s’installèrent dans la région de l’estuaire de la Vistule. Dans la seconde partie du 2ème siècle, une partie des Goths migrèrent vers le sud-est en direction de la mer Noire. Dès le 3ème siècle les Goths étaient fixés dans la région de l’Ukraine moderne et de la Biélorussie où ils furent probablement rejoints par d’autres groupes qui ont été plus ou moins intégrés dans la tribu. Les Goths formaient un seul peuple jusqu’à la fin du 3ème siècle. Après un premier affrontement avec l’Empire romain dans le sud-est de l’Europe au début du siècle, ils se séparèrent en deux groupes : les Greuthunges à l’Est et les Tervinges à l’Ouest qui deviendront par la suite les Ostrogoths ou « Goths brillants », à l’Est, et les Wisigoths ou « Goths sages » à l’Ouest.

[7] maître de la cavalerie

[8] La Thessalie est une région historique et une périphérie du nord-est de la Grèce, au sud de la Macédoine. Durant l’antiquité cette région a, pour beaucoup de peuples, une importance stratégique, car elle est située sur la route de la Macédoine et de l’Hellespont. Elle possédait un important port à Pagases. Le blé et le bétail sont les principales richesses de la région et une ressource commerciale vitale. La Thessalie est aussi l’une des rares régions de Grèce où l’on peut pratiquer l’élevage des chevaux, d’où l’importante cavalerie dont disposaient les Thessaliens.

[9] Le magister officiorum ou maître des offices est un haut fonctionnaire romain de l’époque du Bas-Empire. Créé sous Constantin Ier vers 320, ce fonctionnaire est à un poste clé et est membre du consistoire sacré, ou conseil de l’empereur et dirige la majeure partie de l’administration centrale. Il remplace le préfet du prétoire comme commandant de la nouvelle garde impériale, les scholæ palatinæ et à la direction des fabriques d’armes. Il contrôle l’ensemble de l’administration impériale par l’intermédiaire du corps des agentes in rebus, chargés de mission qui acheminent les courriers et les ordres officiels, et qui enquêtent dans les provinces, surveillant les gouverneurs locaux, au point qu’on les surnomme les curiosi. Enfin, il reçoit les ambassadeurs, et par extension, surveille les réceptions et les cérémonies officielles à la Cour, et a une autorité disciplinaire sur le personnel du cubiculum, domesticité personnelle de l’empereur.