Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 100 av.jc à 1 de notre ère > Caecilia Metella (fille de Balearicus)

Caecilia Metella (fille de Balearicus)

samedi 27 juin 2020, par ljallamion

Caecilia Metella (décédée en 89 av. jc)

Deuxième fille de Quintus Caecilius Metellus Balearicus , consul en 123 av. jc. Sa sœur aînée était une vestale [1].

Metella était mariée à Appius Claudius Pulcher, un homme politique d’une famille patricienne ancienne, quoique quelque peu appauvrie. En tant que membre d’une famille importante et mariée à une autre, Balearica était l’une des matrones les plus estimées de Rome. Elle avait une réputation de vertu et de modestie, alliée à une conduite irréprochable en tant que mère de deux garçons et de 3 ou 4 filles.

Alors qu’elle était enceinte de son sixième enfant, Metella rêva que Junon se plaignait de la négligence de son temple. Comme tout autre Romain, elle prit le rêve très au sérieux et entreprit de nettoyer le temple elle-même, avec l’aide du censeur [2] Lucius Julius Caesar. Peu de temps après, Metella mourut en couches. Son plus jeune fils devait être Publius Clodius.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Caecilia Metella/ Traduit par mes soins

Notes

[1] Une vestale est une prêtresse de la Rome antique dédiée à Vesta, divinité italique dont le culte est probablement originaire de Lavinium et qui fut ensuite assimilée à la déesse grecque Hestia. Le nombre des vestales en exercice a varié de quatre à sept. Choisies entre 6 et 10 ans, elles accomplissaient un sacerdoce de trente ans durant lequel elles veillaient sur le foyer public du temple de Vesta situé dans le Forum romain. Durant leur sacerdoce, elles étaient vouées à la chasteté, symbole de la pureté du feu.

[2] Le censeur est un magistrat romain. Deux censeurs sont élus tous les cinq ans parmi les anciens consuls par les comices centuriates. Le pouvoir des censeurs est absolu : aucun magistrat ne peut s’opposer à leurs décisions, seul un autre censeur qui leur succède peut les annuler. Après 18 mois de mandat, ils président une grande cérémonie de purification, le lustrum, à la suite de laquelle ils abdiquent. La censure est la seule magistrature romaine qui n’autorise pas la réélection. Les censeurs ne sont plus élus à partir de la dictature de Sylla, et leurs pouvoirs sont repris par les empereurs romains.