Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Sahak II Bagratouni

jeudi 26 mars 2020, par ljallamion

Sahak II Bagratouni (mort en 482)

Prince arménien de la famille des Bagratides Marzban d’Arménie de 481 à 482

Armoiries de la dynastie Bagratides Il assure d’abord la charge héréditaire d’aspet [1]. Le précédent titulaire de la charge était Tiro’ç 1er , mort au combat en 450 ou en 451.

À cette époque, l’Arménie est vassale de la Perse sassanide [2], et le roi Péroz 1er recommence à persécuter les chrétiens d’Arménie. Menacé par les Huns Hephtalites [3], il doit retirer ses troupes d’Arménie à partir de 460.

Sous la direction de Vahan Mamikonian, le pays se révolte en 481. Sahak II, un des alliés de Vahan, est désigné comme marzban [4] par les révoltés. Les insurgés remportent quelques succès, mais Péroz envoie une armée qui les défait en 482, tuant notamment Sahak. Péroz est plus tard tué lors d’une campagne contre les Huns Hephtalites, et son successeur fait la paix avec les Arméniens et reconnaît Vahan Mamikonian comme marzban.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Sahak II Bagratouni Portail de l’Arménie/ Catégories : Bagratide

Notes

[1] c’est-à-dire de maître de la cavalerie

[2] Les Sassanides règnent sur le Grand Iran de 224 jusqu’à l’invasion musulmane des Arabes en 651. Cette période constitue un âge d’or pour la région, tant sur le plan artistique que politique et religieux. Avec l’Empire romano byzantin, cet empire a été l’une des grandes puissances en Asie occidentale pendant plus de quatre cents ans. Fondée par Ardashir (Ardéchir), qui met en déroute Artaban V, le dernier roi parthe (arsacide), elle prend fin lors de la défaite du dernier roi des rois (empereur) Yazdgard III. Ce dernier, après quatorze ans de lutte, ne parvient pas à enrayer la progression du califat arabe, le premier des empires islamiques. Le territoire de l’Empire sassanide englobe alors la totalité de l’Iran actuel, l’Irak, l’Arménie d’aujourd’hui ainsi que le Caucase sud (Transcaucasie), y compris le Daghestan du sud, l’Asie centrale du sud-ouest, l’Afghanistan occidental, des fragments de la Turquie (Anatolie) et de la Syrie d’aujourd’hui, une partie de la côte de la péninsule arabe, la région du golfe persique et des fragments du Pakistan occidental. Les Sassanides appelaient leur empire Eranshahr, « l’Empire iranien », ou Empire des Aryens.

[3] Les Huns blancs, sont un peuple nomade, nommé Hephthalites par les Grecs. On les rattache généralement aux autres peuples appelés Huns. Ils ont joué un rôle important dans l’histoire de l’Asie centrale, de la Perse et de l’Inde. Les Chinois les ont mentionnés pour la première fois en 125 comme vivant au sud de la Dzoungarie, sous le nom de Hua. Ils franchirent le Syr-Daria avant 450 et envahirent la Transoxiane (habitée par les Sogdiens), la Bactriane et le Khorasan, au Nord-Est de la Perse. Un historien arménien du 5ème siècle, Elishe Vardapet, a mentionné une bataille entre l’empereur sassanide Yazdgard II et les Hephthalites en 442. Plus tard, vers l’an 500, ils prirent possession des oasis du bassin du Tarim, qui était pourtant beaucoup plus proche que la Transoxiane de leur territoire d’origine.

[4] Le marzpanat ou marzbanat est le système de gouvernement instauré par les Sassanides en Arménie, en vigueur de 428 à 646. À sa tête est installé un marzpan ou marzban (« gouverneur »).