Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Jeanne de France ou de Valois

Jeanne de France ou de Valois

mardi 7 janvier 2020, par ljallamion

Jeanne de France ou de Valois (1343-1373)

Princesse royale-Reine consort de Navarre

Portrait de Jeanne de France Reine consort de NavarreNée à Châteauneuf-sur-Loire [1], fille du roi Jean II le Bon et de sa première épouse, Bonne de Luxembourg.

Elle joua un rôle non négligeable sur la scène politique du royaume de France dans le troisième quart du 14ème siècle, à la fois dans les relations diplomatiques tendues de son époux avec le royaume de France et dans le gouvernement des possessions de ce dernier.

Le 21 juin 1347 est conclu le contrat de mariage entre Jeanne et l’héritier du duché de Brabant [2], Henri duc de Limbourg [3], fils et héritier du duc Jean III de Brabant. La mort du fiancé, en 1349, met un terme à ce projet matrimonial.

En février 1352 elle épousa au château du Vivier [4], près de Fontenay-Trésigny [5] en Brie, Charles II le Mauvais, roi de Navarre [6].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du livre de Philippe Charon, « Jeanne de Valois, reine de Navarre et comtesse d’Évreux (1343-1373) », En la España Medieval, vol. 32,‎ 2009

Notes

[1] Châteauneuf-sur-Loire est une commune française située dans le département du Loiret. Châteauneuf s’est développée depuis au moins le haut Moyen Âge, comme lieu d’échanges et halte sur la route fluviale de la Loire. La bourgade est incluse dans le domaine royal dès les premières décennies des Capétiens, et le roi Henri 1er y fonde une forteresse au milieu du 11ème siècle.

[2] Le duché de Brabant est un État féodal issu du démembrement de la Basse Lotharingie en 1106 et intégré au Saint Empire romain jusqu’à ce qu’il soit partagé, de fait en 1581 et en droit en 1648 : le nord devint une des entités des Provinces-Unies et le sud resta dans l’Empire jusqu’en 1794 où il fut divisé en deux départements français.

[3] Le duché de Limbourg est fondé en 1101, succédant ainsi au Comté de Limbourg. Les comtes de Louvain, de leur côté conservèrent le duché et s’intitulèrent duc de Brabant. De cette période vint une opposition farouche entre les ducs de Brabant et les ducs de Limbourg, qui perdura jusqu’en 1191. Par mariage les ducs de Limbourg furent brièvement comtes de Luxembourg et comte de Berg. La dernière comtesse de Limbourg de la maison de Waléran fut Ermengarde, morte sans enfant en 1283. Son époux Renaud 1er de Gueldre obtint de l’empereur Rodolphe de Habsbourg, le droit de conserver le duché à titre viager, mais son cousin Adolphe V de Berg le lui contesta. N’ayant pas les moyens de faire valoir ses droits par les armes, il vendit ses droits à Jean 1er le Victorieux, duc de Brabant, qui occupa le duché après la bataille de Worringen en 1288. Il fut généralement désigné, avec le Comté de Dalhem également sous domination brabançonne, sous le nom de pays d’Outremeuse (territoires situés au-delà de la Meuse, en rive droite, par rapport au Brabant).

[4] Le château du Vivier est situé à Fontenay-Trésigny dans le département de Seine-et-Marne. Par achat et par des dons faits par son frère, le roi Philippe IV, Charles de Valois a augmenté son domaine autour de la seigneurie de Tournan. Il a fait le logis. Evrard d’Orléans, peintre de la Cour, peint en 1308 les « salles et galeries » du Vivier. Philippe IV fit plusieurs séjours au château. Son fils, Philippe V fit des séjours au château en 1319 et 1320 et y signe des ordonnances sur l’organisation de la Cour des comptes et le parlement de Paris. En 1316, le pape Jean XXII publie une bulle autorisant la fondation d’une chapelle dédiée à saint Thomas Beckett. En 1336, le roi Philippe VI de Valois, fils aîné de Charles de Valois, y ajoute une chapelle dédiée à saint Louis. Le château sert en 1352 de cadre fastueux pour le mariage de Jeanne de France, fille du roi Jean II le Bon, avec le roi de Navarre Charles le Mauvais. La chapelle est élevée au rang de collégiale à cette occasion.

[5] Fontenay-Trésigny est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne. Au 12ème siècle, la limite entre le domaine royal et le comté de Champagne passe au cœur de la Brie. Fontenay se situe sur le domaine royal. Sous le règne de Louis VI le Gros, la modeste bourgade ne possède qu’un prieuré et un château fort. Le château fort, occupé par Louis VI le Gros, menace ruine. Il fut bâti sur un site stratégique, sur le chemin de Rome (une route de pèlerinage venant de Paris, qui se poursuivait vers Troyes par Rozay-en-Brie et Provins, et vraisemblablement utilisée par les marchands qui se rendaient aux célèbres foires de Champagne et par les pèlerins. Le seigneur y percevait un péage au passage sur son domaine), sur le Bréon (qui alimentait les douves) en amont de la vallée (qui abritait le château du Vivier et où passait une voie), en bordure des terres royales face au comté de Champagne. Rozay-en-Brie, Bernay-en-Brie et Vilbert se situaient alors en terre champenoise, séparée de Fontenay par les bois de Lumigny, de Bernay et de Vilbert faisant partie de la Haye de Brie

[6] Le royaume de Navarre est un royaume médiéval fondé en 824 par les Vascons, dont le premier roi est Eneko Arista, premier d’une lignée de seize rois basques qui régneront sur le Royaume jusqu’en 1234. Attaquée depuis trois siècles au nord des Pyrénées, dans le duché de Vasconie par les Francs, et au sud par les Wisigoths, puis les Omeyyades (musulmans), la Vasconie est réduite au petit Royaume de Pampelune, terres ancestrales du Saltus Vasconum. La Haute-Navarre fut conquise en 1512 par le royaume d’Aragon et fut intégrée en 1516 dans l’actuel royaume d’Espagne et l’autre partie (Basse-Navarre), restée indépendante, fut unie à la couronne de France à partir de 1589 d’où le titre de « roi de France et de Navarre » que portait Henri IV.