Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Sophie de Bar

samedi 26 octobre 2019

Sophie de Bar (vers 1018-1093)

Comtesse de Bar et de Mousson

Fille de Frédéric II, comte de Bar [1] et duc de Haute Lotharingie [2] et de Mathilde de Souabe.

À la mort de son frère Frédéric III , sa tante Gisèle de Souabe, mariée à l’empereur germanique Conrad II, la recueillit ainsi que sa sœur Béatrice.

Sophie hérita des comtés de Bar et de Mousson, tandis que Conrad II donnait la Haute Lotharingie à un cousin, le duc de Basse Lotharingie [3] Gothelon 1er.

Elle épousa en 1038 Louis comte de Montbéliard [4], d’Altkirch [5] et de Ferrette [6]

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Sophie de Bar / Portail de la Lorraine/ comtesse de Bar

Notes

[1] Relevant à la fois du Saint Empire romain germanique mais aussi du domaine royal de France (partie du duché située à l’ouest de la Meuse), le comté, puis duché de Bar, fut formé au 10ème siècle par Ferry d’Ardennes, frère de l’évêque de Metz Adalbéron. Il fut annexé par la France en 1766. Ses villes principales étaient Bar-le-Duc, la capitale, Pont-à-Mousson sur la Moselle, au pied du château de Mousson, Briey et Longwy. Ses frontières bordaient le comté de Champagne, la principauté épiscopale de Verdun, le comté puis duché de Luxembourg, la principauté épiscopale de Metz, le duché de Lorraine et la principauté épiscopale de Toul.

[2] Le duché de Haute-Lotharingie deviendra le duché de Lorraine, mentionné comme tel en 1047. Les ducs (pour les descendants de Gérard d’Alsace et ceux des Maisons de Vaudémont et d’Anjou jusqu’en 1737) se succédèrent jusqu’en 1766, date de l’annexion par la France où le trône ducal fut occupé par Stanislas Leszczynski, souverain polonais détrôné profitant de la vacance du trône lorrain suite au mariage du dernier duc de la maison de Lorraine, François III, avec la future impératrice d’Autriche Marie-Thérèse.

[3] Le duché de Basse Lotharingie est la partie nord de la Lotharingie. Avec le temps, il sera appelé duché de Lothier. Ce duché est créé en 959, en même temps que la Haute Lotharingie, de la division du duché de Lotharingie. C’est Brunon de Cologne qui procède au partage et donne la Basse Lotharingie au vice duc Godefroy. La Basse Lotharingie telle qu’elle a été instaurée à cette époque n’empiétait pas au sud sur les territoires du diocèse de Trèves. L’ancienne Frise y était encore comprise. La Basse Lotharingie s’étendait donc de l’Escaut à l’Ems et de la mer du Nord jusqu’à l’extrémité méridionale de la province de Cologne.

[4] Le comté de Montbéliard se situait dans le comté de Bourgogne (actuelle Franche-Comté). Par succession, les comtes de Montbéliard furent des princes allemands à partir du 15ème siècle, qui régnèrent sur une principauté souveraine jusqu’à son rattachement à la France révolutionnaire en 1793.

[5] Altkirch est une commune française située dans le département du Haut-Rhin. Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d’Alsace. Altkirch est la capitale du Sundgau.

[6] Le comté de Ferrette est un ancien comté d’Alsace dont le territoire couvrait la majeure partie du Sundgau (dont l’actuel territoire de Belfort). Il dépend du second royaume de Bourgogne, avant d’être réuni à l’Alsace, en 1032, après la mort de Rodolphe III, dernier roi de Bourgogne. Malgré les tentatives de Rodolphe de Habsbourg pour que les comtes de Ferrette se reconnaissent comme mouvant de l’Empire, il n’en fut rien. Ces derniers jouissaient de tous les droits de souverains indépendants : d’ailleurs, lors de la vente du comté à l’évêché de Bâle en 1271, il n’y a aucune réserve indiquant un droit de suzeraineté de l’Empire ni même du comté de Bourgogne. Le comté de Ferrette n’était pas une entité compacte car il devait sa création au morcellement des terres d’Alsace mais il avait réussi à s’agrandir au cours des siècles. Il correspondait aux territoires de trois seigneuries principales qui sont Ferrette, Altkirch et Thann, puis celles de Belfort, de Delle et de Rougemont ; sont chef-lieu en était le Château de Ferrette