Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 4ème siècle > Grégoire l’Ancien ou Grégoire de Nazianze l’Ancien

Grégoire l’Ancien ou Grégoire de Nazianze l’Ancien

vendredi 27 septembre 2019

Grégoire l’Ancien ou Grégoire de Nazianze l’Ancien (276-374)

Évêque de Nazianze de la province romaine de Cappadoce

Père de Grégoire de Nazianze. Il était un notable cappadocien [1] qui appartenait probablement à une secte d’hypsistariens [2] avant de se convertir au christianisme puis de se faire baptiser en l’an 325, l’année même du Premier concile de Nicée [3].

Il est ordonné évêque en 329 à Nazianze [4], dont il restera l’évêque tout au long de sa vie. Il se marie avec Nonna . Il possédait une maison à Karvali et était un riche propriétaire. Grégoire l’Ancien étudie et défend la conception de l’Église défendue par le premier concile de Nicée. Il fait construire une église à Nazianze avec sa fortune.

On sait qu’il eut un conflit au sein de son diocèse pendant une petite période avec les moines de son diocèse sur l’arianisme [5], Grégoire l’Ancien ayant signé un acte de foi arianiste en 360. Il provoque alors l’opposition de son clergé. Son fils Grégoire de Nazianze réussit à apaiser les troubles en montrant la bonne foi de Grégoire l’Ancien.

Il joua à plusieurs reprises un rôle de pacificateur lors de la nomination des évêques, et joua un rôle important dans la nomination de Basile de Césarée à la tête du diocèse en 370. Il échangea une correspondance avec Saint Basile, lui aussi évêque au sujet de la défense d’un certain Glycérios accompagné de femmes, dont Basile voulait qu’on renvoie les femmes dans leurs familles.

C’est lui qui poussa son fils Grégoire de Nazianze, contre sa volonté, à être prêtre puis évêque. Vers 370 il n’a plus de charge active en tant qu’évêque de Nazianze.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Grégoire l’Ancien/ Portail des chrétiens d’Orient/ Catégories : Religieux byzantin

Notes

[1] La Cappadoce est une région historique d’Asie Mineure située dans l’actuelle Turquie. Elle se situe à l’est de la Turquie centrale, autour de la ville de Nevşehir. La notion de « Cappadoce » est à la fois historique et géographique. Les contours en sont donc flous et varient considérablement selon les époques et les points de vue.

[2] un groupe religieux qui mariait des éléments juifs, chrétiens et zoroastriens

[3] Le premier concile œcuménique se tint à Nicée, de la fin mai au 25 juillet 325. Il eut pour objectif principal de définir l’orthodoxie de la foi, à la suite de la controverse soulevée par Arius sur la nature du Christ.

[4] Nazianze, Naziance ou Nazianzus est une ancienne ville de Cappadoce, patrie de Grégoire de Nazianze. Elle est un ancien évêché. Le site de Nazianze est identifié comme le village de Bekarlar appelé aussi Bekar et Nenezi situé au pied du volcan Nenezi Daği (environ 1 700 m).

[5] L’arianisme est un courant de pensée théologique des débuts du christianisme, due à Arius, théologien alexandrin au début du 4ème siècle. La pensée de l’arianisme affirme que si Dieu est divin, son Fils, lui, est d’abord humain, mais un humain disposant d’une part de divinité. Le premier concile de Nicée, convoqué par Constantin en 325, rejeta l’arianisme. Il fut dès lors qualifié d’hérésie par les chrétiens trinitaires, mais les controverses sur la double nature, divine et humaine, du Christ (Dieu fait homme), se prolongèrent pendant plus d’un demi-siècle. Les empereurs succédant à Constantin revinrent à l’arianisme et c’est à cette foi que se convertirent la plupart des peuples germaniques qui rejoignirent l’empire en tant que peuples fédérés. Les wisigoths d’Hispanie restèrent ariens jusqu’à la fin du 6ème siècle et les Lombards jusqu’à la moitié du 7ème siècle.