Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Guillaume de Sainte-Barbe

Guillaume de Sainte-Barbe

mardi 23 avril 2019, par ljallamion

Guillaume de Sainte-Barbe (vers 1080-1152)

Clerc normand-Évêque de Durham de 1143 à sa mort

La cathédrale de Durham (xie siècle) est un bâtiment que l'on doit à Guillaume de Saint-Calais.On ne sait rien de ses ascendance et parenté, mais d’après son nom, il semble être originaire du village de Sainte-Barbe-en-Auge [1].

Dans les années 1120, il est clerc et chanoine de la cathédrale d’York [2]. Vers 1135, il est devenu le doyen du chapitre cathédral d’York.

En mai 1141, il préside donc l’élection du successeur de l’archevêque Thurstan d’York, décédé en 1140.

Le choix de Guillaume FitzHerbert provoque une formidable dispute à York, et ensuite à Rome. En mars 1143, le pape Innocent II décide que l’élection sera validée si Guillaume de Sainte-Barbe fait le serment qu’elle s’est déroulée en accord avec le droit canon. FitzHerbert utilise alors une autorisation probablement contrefaite du pape pour utiliser un témoin de remplacement à Sainte-Barbe.

Le pape Eugène III, disciple de Bernard de Clairvaux, le plus fervent adversaire de FitzHerbert, est élu en 1145. En 1146, il suspend FitzHerbert le temps de recevoir le serment de Sainte-Barbe. En 1147, Sainte-Barbe n’a toujours pas fait ce serment quand FitzHerbert est déposé après que ses partisans ont endommagé l’abbaye cistercienne de Fountains [3].

Cette dispute montre que le pouvoir royal d’Étienne d’Angleterre, alors en pleine guerre civile, est si faible, qu’il n’est même pas en mesure d’imposer son candidat dans le deuxième plus important diocèse de son royaume.

Le roi d’Écosse David 1er , qui a déjà obtenu d’importantes concessions dans le nord du royaume anglais, tente d’exploiter cette faiblesse à la mort de l’évêque de Durham [4] Geoffrey Rufus , en mai 1141. Il essaie d’imposer de force son chancelier, Guillaume Cumin, sur le siège épiscopal. Celui-ci s’empare du château de Durham [5] et prend le contrôle de toutes les possessions de l’évêché.

Le pape Innocent II est saisi de cette affaire par une partie du clergé local, et il ordonne au roi écossais d’arrêter de soutenir Cumin, et qu’une élection se tienne dans les règles. Le 14 mars 1143, réfugiés à York, les électeurs du diocèse de Durham choisissent Sainte-Barbe. Celui-ci est alors présent au concile légatin de Londres qui prend la décision d’excommunier Cumin.

Il est consacré à la cathédrale de Winchester [6] le 20 juin 1143. Toutefois, le nouvel évêque n’est pas capable de prendre possession de son évêché. En effet, les troupes de Cumin sont trop fortes, et il est obligé de se réfugier à Lindisfarne [7]. Ce n’est qu’après des luttes intenses qu’il réussit à prendre le dessus sur Henri de Northumberland dit Henri d’Ecosse et les barons anglais locaux. Il est finalement intronisé par Guillaume FitzHerbert, le 18 octobre 1144.

Les troubles continuent à Durham, qui est dominée politiquement par les Écossais, et Sainte-Barbe ne peut pas participer au concile de Reims de 1148 [8], ce qui lui vaut d’être suspendu par la pape Eugène III.

Guillaume soutient Henri Murdac dans l’élection disputée de l’archevêque d’York, et c’est probablement ce dernier qui obtient la levée de la suspension de Guillaume. Guillaume ouvre son diocèse à l’influence des ordres réformés [9]), ce qui inquiète les moines de son chapitre qui sont bénédictins [10].

Il meurt le 13 novembre 1152. À Durham, Sainte-Barbe avait une bonne réputation notamment pour sa charité, sa culture et sa prudence.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de H. S. Offler, « Ste Barbe, William de (c.1080–1152) », révisée par Henry Summerson, Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.

Notes

[1] désormais dans la commune de Mézidon-Canon dans le Calvados

[2] La cathédrale d’York est située dans la ville d’York dans le nord de l’Angleterre. C’est, devant la cathédrale d’Uppsala, le plus grand édifice gothique d’Europe du Nord, le siège de l’archevêque d’York, second dans la hiérarchie de l’Église anglicane, et la cathédrale du diocèse d’York. Elle est présidée par un doyen et un chapitre. Son appellation formelle est : « cathédrale et église métropolitaine de Saint-Pierre à York ».

[3] L’abbaye de Fountains dans le Yorkshire du Nord (Angleterre) à 3 km au SO de Ripon, est une ancienne abbaye cistercienne aujourd’hui en ruine, fondée en 1132 dans la vallée boisée de la petite rivière Skell. L’abbaye de Fountains est l’un des principaux établissements cisterciens et l’un des mieux préservés en Angleterre.

[4] L’évêché de Durham est d’une importance particulière dans le Royaume d’Angleterre, car 15 ans après la conquête normande, le nord du royaume est toujours plus ou moins hors du contrôle royal. En 1069-1070, le Conquérant avait mené une campagne sanglante et dévastatrice dans le nord afin de le soumettre, mais la région n’était toujours pas pacifiée.

[5] Le château de Durham est un château normand datant du xie siècle et situé à Durham dans le comté de Durham au Royaume-Uni, au nord de l’Angleterre. Il est bâti sur une colline au-dessus de la rivière Wear, en face de la cathédrale de Durham. Le château a été initialement construit au 11ème siècle pour servir de protection à l’évêque de Durham car cette région du nord de l’Angleterre restait troublée après la conquête normande de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant. Ce château, bâti sur une colline, est une parfaite illustration des débuts des mottes féodales, construction très appréciées par les Normands.

[6] La cathédrale de Winchester située à Winchester dans le Hampshire est une cathédrale anglaise. La longueur de sa nef en fait la plus grande cathédrale gothique européenne. Elle est dédiée à la Sainte-Trinité, aux apôtres Pierre et Paul et à l’évêque de Winchester, Swithun. Elle est le siège du diocèse de Winchester. Construite en style roman après la Conquête normande de l’Angleterre, elle a subi de nombreuses modifications en style gothique primitif, décoré et perpendiculaire. Important centre d’enluminures, son scriptorium a produit la Bible de Winchester, c’est aussi le lieu de sépulture de plusieurs rois.

[7] Lindisfarne est une île située en Angleterre, sur la côte de la Northumbrie. Accessible à marée basse par une chaussée submersible, elle abrite un célèbre monastère et un château en ruines.

[8] Ce concile est réuni le 22 mars 1148 où le pape Eugène III continue la réforme de Grégoire VII. Éon de l’Étoile, condamné par le concile, est arrêté et soumis à la question. Le sentiment Gilbert de la Porrée sur l’essence divine est condamné et ses écrits lacérés. Le pape présidait devant plus de 400 évêques.

[9] cisterciens et augustins

[10] L’ordre de Saint-Benoît plus connu sous le nom d’ordre des Bénédictins, est une fédération de monastères ayant, au cours de leur histoire, adopté la règle de saint Benoît. Ainsi saint Benoît de Nursie en est-il considéré comme le fondateur en 529