Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Leonor de Guzmán y Ponce de León

Leonor de Guzmán y Ponce de León

lundi 4 mars 2019, par ljallamion

Leonor de Guzmán y Ponce de León (1310-1351)

Dame espagnole

Leonor de Guzmán y Ponce de LeónNée à Séville [1], fille de Pierre ou Pedro Núñez de Guzmán et de Juana Ponce de León, elle descendait des rois de Léon [2]. Femme d’une grande beauté, intelligente, elle est la maîtresse du roi Alphonse XI.

Elle se marie à l’âge de 18 ans avec Juan de Velasco qui appartient à la puissante noblesse castillane avec lequel elle connut le véritable amour, mais après 3 ans de mariage elle devient veuve et se retire chez sa grand-mère à Séville. C’est en 1330 qu’elle fait la rencontre du roi Alphonse XI de Castille qui lui inspirera une violente passion jusqu’à sa mort.

Alphonse XI est déjà marié à Marie-Constance de Portugal, qui avait 15 ans et lui 17 ans. C’est un mariage politique et les relations des deux époux sont difficiles, son épouse étant quelqu’un d’austère, difficile et froid, il n’y a aucune relation intime entre eux.

Alphonse XI rencontre Leonor dans la maison d’Enrique Enriquez, l’époux de la sœur de Leonor.

Alphonse XI délaisse son épouse et son fils légitime pour se consacrer entièrement à sa famille illégitime, qu’il dote richement en terres, et qui est élevée à un statut proche de celui de la reine et de l’infant.

Cette situation entraîne de graves rancœurs chez Pierre 1er et sa mère, qui, après la mort du roi, feront preuve d’un esprit de vengeance affirmé envers les héritiers bâtards du roi défunt.

Leonor est une femme intelligente et active qui possède une influence sur Alphonse, par exemple en mariant son fils à une fille d’Édouard III d’Angleterre. Le roi la dote de terres, d’argent, ce qui suscite la désapprobation de la noblesse et qui déclenche la rébellion contre Alphonse XI, parfois avec le soutien du roi du Portugal, le père de Marie.

Elle n’avait surement aucune ambition de devenir reine de Castille [3] car elle en connaissait les conséquences. Ses manœuvres politique irritent Don Juan Manuel , le chef d’une ligue nobiliaire qui la considérait comme une mauvaise femme et ses enfants comme un péché et même le pape Benoit XII condamne cette relation.

En 1334, les deux amants doivent se séparer à cause de la naissance du prince héritier Pierre 1er.

La relation qu’elle entretient avec Alphonse XI est de notoriété publique, au point qu’Alphonse IV du Portugal, le beau-père d’Alphonse sermonne son gendre à ce sujet car il ne veut pas voir sa fille humiliée.

Pour rompre cette relation, il arrête sa collaboration avec la Castille dans la lutte contre les Musulmans, il sollicite l’intervention du pape et encourage les révoltes contre son gendre. Mais tous ses plans échouent, et cela finit par une guerre entre la Castille et le Portugal, que la Castille gagne.

Après la guerre, Alphonse XI décide de mettre fin à leur relation et de l’enfermer dans un couvent ce qui fait revenir la paix entre les deux royaumes, mais après la bataille de Tarifa [4], il rompt sa promesse et décide de la revoir.

En août 1349, Leonor et les jumeaux Henri et Alphonse dit Fadrique de Castille accompagne Alphonse au siège de Gibraltar [5] contre les Maures [6] qui voit le 25/26 mars 1350 la mort de son bien-aimé, emporté par la peste et qui sera le départ de sa disgrâce.

Elle est chassée de la cour et se réfugie à Medina Sidonia [7]. Deux semaines après la mort de son amant, elle veut quitter le royaume pour se réfugier en Aragon [8], elle envoie donc une lettre à Pierre IV d’Aragon lui demandant protection, mais celui-ci refuse.

Elle se retrouve alors seule avec ses enfants sans l’aide de personne et n’a plus son influence politique. En avril, Leonor se réfugie à Séville, où elle se rend à João Afonso de Albuquerque , le favori du nouveau roi et à Juan Nuñez de Lara , le sous-lieutenant du roi défunt, contre la promesse qu’il ne lui sera fait aucun mal si elle rend hommage au nouveau roi. Mais le marché n’est pas respecté et le roi confisque les biens de Leonor que son amant lui avait offert et l’enferme dans l’Alcazar

Après tous ces événements, la vengeance de la reine peut enfin se faire, elle décide de l’envoyer dans l’alcazar de Talavera [9] et elle est torturée et exécutée par un écuyer de la reine-mère en 1351.

Marie de Portugal sera assassiné six ans plus tard par son fils.

Les rivalités entre descendants légitimes et illégitimes se traduisent en luttes et aboutissent à une guerre ouverte entre le roi Pierre le Cruel et le bâtard Henri de Trastamare. Henri l’emporte et prend la place du monarque légitime, assassiné, consacrant la nouvelle dynastie de Trastamare.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Leonor de Guzmán / Traduit par mes soins

Notes

[1] Séville est une ville du sud de l’Espagne, capitale de la province de Séville et de la communauté autonome d’Andalousie.

[2] Le royaume de León, une des 15 grandes anciennes divisions de l’Espagne et du Portugal, fut un des royaumes médiévaux de la Péninsule Ibérique, successeur du royaume des Asturies, qui eut un rôle dans la Reconquista et la formation des royaumes chrétiens successifs de l’occident péninsulaire.

[3] Le royaume de Castille est un ancien royaume du Moyen Âge qui trouve ses origines au nord de la péninsule Ibérique, dans l’actuelle Espagne. À la fin du Moyen Âge, le royaume de Castille s’étend depuis le golfe de Gascogne au nord jusqu’à l’Andalousie au sud et comprend la majeure partie du centre de la péninsule Ibérique. En 1037, date à laquelle Ferdinand 1er fonde le Royaume uni de Castille et León. En 1058, Ferdinand est à l’origine d’une série de guerres contre les Maures, se lançant à la conquête de ce qui allait devenir la Nouvelle-Castille (bataille d’Alarcos et bataille de Las Navas de Tolosa). La région s’agrandit particulièrement sous le règne d’Alphonse VI (1065-1109) et d’Alphonse VII (1126-1157). Sous Alphonse X, la vie culturelle du royaume se développe, mais une longue période de conflits internes suit. En 1469, le mariage de Ferdinand II d’Aragon (plus tard Ferdinand V de Castille) et d’Isabelle 1ère de Castille initie l’union des royaumes d’Aragon et de Castille et, par la suite, de l’ensemble de l’Espagne.

[4] La bataille de Tarifa ou bataille du Salado se déroule le 30 octobre 1340 entre la coalition musulmane mérinido-nasrides et la coalition chrétienne castillano-portugaise avec l’aide d’un contingent aragonais. La coalition chrétienne est victorieuse à l’issue de cette bataille.

[5] Le cinquième siège de Gibraltar, commence entre août 1349 et mars 1350, fut une seconde tentative du roi Alphonse XI de Castille pour reprendre la ville fortifiée de Gibraltar. Elle a été tenue par les Maures depuis 1333. Le siège a suivi des années de conflit intermittent entre les royaumes chrétiens d’Espagne et l’émirat de Grenade, qui a été soutenu par le sultanat Mérinide du Maroc. Une série de défaites et de revers maures avaient mis Gibraltar en tant qu’enclave maure dans le territoire castillan. Son isolement géographique a été compensé par la force de ses fortifications, qui ont été grandement améliorées depuis 1333. Alphonse XI a apporté une armée d’environ 20 000 hommes, avec sa maîtresse et leurs cinq enfants illégitimes, creuser dans le nord de Gibraltar pour un long siège. Au nouvel an de 1350, la peste bubonique la peste noire a éclaté dans le camp castillan. Alphonse XI a refusé d’abandonner le siège mais a été victime de la peste le 27 mars 1350, devenant le seul monarque à mourir de la maladie.

[6] Les Maures, ou anciennement Mores, sont originellement des populations berbères peuplant le Maghreb. Ce terme a changé de signification durant plusieurs périodes de l’histoire médiévale et contemporaine. À partir des conquêtes arabo-musulmanes du 7ème siècle, l’Empire arabe omeyyade, à l’aide du général berbère Tariq Ibn Zyad, conquiert l’Espagne, sous le nom d’Al Andalus. C’est le début de l’Espagne musulmane. À partir de cette époque, le terme « maure » va devenir un synonyme de « musulman », plus particulièrement de n’importe quel musulman vivant en Andalousie, qu’il soit d’origine berbère, arabe ou ibérique. Une population qui s’installera par la suite essentiellement au Maroc après la reconquête de l’Andalousie par l’armée espagnole.

[7] Medina-Sidonia est une commune espagnole de la province andalouse de Cadix.

[8] Le royaume d’Aragon est une entité politique du nord-est de la péninsule Ibérique, née en 1035 de l’union des comtés d’Aragon, du Sobrarbe et de la Ribagorce et disparue en 1707 avec son intégration au sein du royaume d’Espagne par les décrets de Nueva Planta.

[9] Talavera est une municipalité de la province espagnole de Lérida, dans le nord du comté catalan de Segarra.