Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Alexandre 1er d’Écosse dit le Féroce

Alexandre 1er d’Écosse dit le Féroce

mercredi 4 juillet 2018

Alexandre 1er d’Écosse dit le Féroce (vers 1080-1124)

Roi d’Écosse de 1107 à 1124

Cinquième fils du roi Malcolm III d’Écosse et de Sainte Marguerite d’Écosse . Il doit sans doute son nom à Alexandre II qui était Pape à l’époque du mariage de ses parents.

Sous le règne de son frère Edgar 1er à qui il succède le 8 janvier 1107, il contrôle l’Écosse au sud du Forth [1] et du Solway [2].

En 1113 il doit concéder à son frère cadet David un large territoire comprenant le Northumberland [3], le Lothian [4] et la Cumbrie [5] du Lennox [6] à la Solway, à l’exception de la région de Carlisle [7] annexée en 1092 par Guillaume II d’Angleterre.

Sous le règne d’Alexandre Ier, l’Écosse se modernise et la féodalité se développe. Le roi est à l’origine de la construction du château de Stirling [8]. Il reste pendant tout son règne un fidèle allié du roi d’Angleterre. C’est à ce titre qu’Alexandre sert en 1114 avec un contingent lors de la campagne du roi Henri 1er d’Angleterre dans le nord du pays de Galles.

En 1115 le roi Alexandre 1er installe un prieuré de Chanoines réguliers de saint Augustin [9] dans l’abbaye celtique de Scone [10], lieu de couronnement des rois d’Écosse, situé près de la résidence royale de Perth [11].

Peu après sans doute à la suite du meurtre en 1116 par les Hommes de Moray [12] de son parent Lodmund ou Ladhmann mac Domnaill, il mène une violente expédition punitive contre les habitants de Moray et de Ross [13] qui est à l’origine de son surnom.

Alexandre 1er d’Écosse meurt sans héritier le 27 avril 1124, âgé d’une quarantaine d’années, au château de Stirling. Il est inhumé à l’abbaye de Dunfermline [14], comme les autres membres de sa famille.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de A. A. M. Duncan « Alexander I (d 1124), king of Scots », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.

Notes

[1] Le Firth of Forth, est l’estuaire, ou firth, du fleuve écossais Forth.

[2] Le golfe de Solway ou Solway Firth est un firth du Royaume-Uni constituant la frontière entre l’Angleterre et l’Écosse, entre les comtés de Cumbria et de Dumfries and Galloway. Il s’étire de la pointe de St. Bees qui se trouve juste au sud de Whitehaven en Cumbria, jusqu’au Mull of Galloway, à l’extrémité occidentale de Dumfries and Galloway. Le firth comprend une partie de la mer d’Irlande. Le littoral est caractérisé par des collines de faible altitude et des petites montagnes et souvent considéré comme le littoral le plus pittoresque des îles Britanniques.

[3] Le comté de Northumberland est un important comté du nord de l’Angleterre qui remonte à l’époque anglo-saxonne. Il succède à l’ancien royaume de Northumbrie dont il n’occupe qu’une portion septentrionale.

[4] Le Lothian est une région traditionnelle d’Écosse, s’étendant entre la rive sud du Firth of Forth et les Lammermuir Hills. Son nom provient du semi légendaire roi breton Loth ou Lot. Au 7ème siècle, il devient la partie nord du royaume saxon de Northumbria. Mais au 8ème siècle les clans pictes la revendiquèrent en profitant de l’affaiblissement de la Northumbrie. Le Lothian est connu en Écosse pour avoir été la seule partie Anglo-saxonne de cette nation, et une des rares où l’écossais n’ait pas pris racine.

[5] Le comté de Cumbria est un comté non-métropolitain essentiellement rural du nord-ouest de l’Angleterre. Son nom est parfois francisé en Cumbrie. Le comté est bordé à l’ouest par la mer d’Irlande, au sud par le Lancashire, au sud-est par le North Yorkshire et à l’est par les comtés de Durham et du Northumberland (chaîne des Pennines). L’Écosse est située juste au nord.

[6] Lennoxtown est une ville du East Dunbartonshire, en Écosse, située au pied des Campsie Fells, qui se trouvent juste au nord. La ville fait actuellement partie du council area de l’East Dunbartonshire, mais jusqu’en 1975 elle appartenait au comté de Stirling.

[7] Carlisle est une ville britannique située dans le Cumbria (Angleterre), à 15 km de l’Écosse. Les quatre siècles de présence romaine furent, pour Carlisle, suivis de cinq siècles de déclin, puis de quatre siècles de différends frontaliers et de guerre entre l’Angleterre et l’Écosse.

[8] Situé dans la ville de Stirling en Écosse, le château de Stirling est l’un des plus grands et des plus importants châteaux d’Écosse, et même d’Europe occidentale, tant du point de vue historique qu’architectural. Il a été érigé sur la "colline du château" (the castle hill), un crag volcanique, et il est entouré sur trois côtés par des falaises à pic, ce qui le rendait facile à défendre. Cette caractéristique, ainsi que sa position stratégique, ont fait de lui une importante place forte dès l’origine.

[9] Les chanoines réguliers de saint Augustin [CRSA] sont des clercs vivant en communauté dans un monastère, sous l’autorité d’un prévôt ou d’un abbé, pour célébrer la liturgie et rendre des services pastoraux dans les paroisses avoisinantes, selon le modèle de vie de la première communauté chrétienne et sous la Règle de saint Augustin. Tous les chanoines réguliers ne suivent pas la Règle de saint Augustin. L’application concrète des préceptes généraux de la Règle de saint Augustin, autrement dit les modalités concrètes de la vie des chanoines de saint Augustin, sont déterminées par des constitutions ou statuts particuliers, propres à chaque communauté ou fédération de communautés.

[10] L’abbaye de Scone à l’origine prieuré de Scone était la résidence de chanoines augustins située au village de Scone dans le Comté de Perth en Écosse. D’architecture romane avec une tour centrale surmontée d’une flèche, ses bâtiments ont maintenant disparu

[11] Le château de Perth était un château du 9ème siècle à Perth, en Écosse. Les Danois ont attaqué le château au 9ème siècle. Un château motte-et-bailey a été construit au 12ème siècle. Le château était autrefois une résidence royale. Le roi Malcolm IV d’Écosse a été assiégé au château en 1160 par Ferchar, le comte de Strathearn et cinq autres comtes. Une inondation en 1290 a endommagé la motte et a nécessité la reconstruction du château. Le château fut cédé aux Anglais en 1296. Revenant au contrôle écossais, le roi Édouard 1er d’Angleterre captura le château en 1298, 1300 et 1303. Assiégé en 1306 et 1309 par les forces écossaises, il retint les sièges. Il a été capturé en 1309 par les forces écossaises, puis par les forces anglaises en 1311. Le château a été capturé par le roi Robert 1er d’Écosse le 8 janvier 1313. Rien ne reste au dessus du sol.

[12] Le Moray est une région de lieutenance d’Écosse située à l’est des Highlands, basée sur l’ancien comté de Moray ou Morayshire.

[13] Initialement le comté de Ross, dont le nom signifie en gaélique « cap », correspondait au territoire de l’est du Ross actuel, limité par le Dornoch Firth et le Cromarty Firth. Il comprenait les paroisses de Kiltearn (c’est-à-dire la moderne Evanton) et Alness. Le premier personnage connu portant le titre de mormaer ou comte de Ross est le rebelle MacHeth

[14] L’abbaye de Dunfermline est une imposante abbaye de l’ordre bénédictin dans la ville de Dunfermline, de la région de Fife en Écosse. Il s’agit d’un site historique important : à part Iona, c’est à Dunfermline que se trouvent le plus de tombes royales de Calédonie (nom donné par l’Empire romain à la partie nord de la Grande-Bretagne).