Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 9ème siècle > Ageltrude de Bénévent ou Agiltrude

Ageltrude de Bénévent ou Agiltrude

lundi 12 février 2018, par ljallamion

Ageltrude de Bénévent ou Agiltrude (morte en 923)

Impératrice consort du Saint Empire-Reine consort d’Italie

Fille du prince Adalgis de Bénévent et d’Adeltrude. Elle épouse Guy III de Spolète au début des années 880, alors qu’il n’est encore que duc et margrave [1] du duché de Spolète [2] et de Camerino [3].

Après la mort de Guy III en décembre 894, elle accompagne son jeune fils à Rome pour que le pape Formose le confirme comme empereur, alors qu’il supportait plutôt le Carolingien Arnulf de Carinthie.

En 896, elle et son fils sont contraints de demeurer à Spolète quand Arnulf entre à Rome et est couronné en opposition à Lambert le 22 février. Arnulf est bientôt paralysé par une attaque et le pape Formose meurt.

Lambert reprend possession de son titre en 897 et Ageltrude intervient rapidement pour affirmer son autorité à Rome et pour qu’on élise son candidat, Étienne VI . À sa demande et à celle de Lambert, le corps de Formose est exhumé, jugé et jeté au Tibre par le Concile cadavérique [4].

Après le meurtre de Guy IV de Spolète , un parent de son époux, Ageltrude se rend à Bénévent [5] où elle rétablit comme duc son frère Radelchis II de Bénévent le 31 mars 897.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Peter Partner, The lands of St. Peter : the papal state in the Middle Ages and the early Renaissance, Berkeley [u.a.], Univ. of California Pr.,‎ 1972 (ISBN 0520021819)

Notes

[1] Le titre de margrave était donné aux chefs militaires des marches (ou mark), dans l’empire carolingien, puis à certains princes du Saint Empire romain germanique. Le titre équivalent en français est marquis. Le margraviat est la juridiction sur laquelle il a autorité.

[2] Le Duché de Spolète avait pour siège Spolète, ville d’Ombrie en Italie centrale. Ayant conquis la Toscane et l’Ombrie, Alboin érigea ce pays en duché, dont la capitale fut Spolète, qui lui donna son nom. Faroald 1er, capitaine lombard, en reçut l’investiture des mains d’Alboin, en l’an 570, devenant un « dux » (duc). Spolète devint alors le siège d’un duché, plus ou moins autonome par rapport aux rois lombards Authari et Agilulf. Siège d’un duché lombard, puis franc et d’une principauté, Spolète fut finalement incorporée aux États de l’Église en 1213.

[3] Ville ancienne, en 309 av. jc, elle signa un traité avec Rome, alors qu’elle était peuplée par des Umbrii-Camertii. En 1377, le pape Grégoire XI attribue le titre de Etude générale de l’ancienne école (l’équivalent d’une Université) aux différentes écoles de droit, de médecine et de lettres qui s’y étaient formées à partir de 1200.

[4] Le concile dit cadavérique est une assemblée de prélats convoquée sous la contrainte à Rome, en janvier 897, par le pape Étienne VI qui la préside, dans le but de juger à titre posthume le pape Formose.

[5] Le Duché de Bénévent était le plus important duché lombard de l’Italie médiévale, dont la capitale était Bénévent, ville centrale du Mezzogiorno. Coupé du reste du royaume lombard d’Italie par le duché de Rome byzantin puis papal, Bénévent était au départ semi indépendant. Ce n’est que pendant les règnes de Grimoald 1er et des rois issus de Liutprand que le duché s’est affranchi du royaume. Après la chute du royaume, le duché de Bénévent est la seule entité lombarde qui ait maintenue en tant qu’État son indépendance, pendant près de trois cents ans, jusqu’à sa division en 849.