Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Guilhelmus Altissiodorensis dit Guillaume d’Auxerre

Guilhelmus Altissiodorensis dit Guillaume d’Auxerre

mercredi 6 décembre 2017, par ljallamion

Guilhelmus Altissiodorensis dit Guillaume d’Auxerre (vers 1150-1231) Théologien français

Auxerre - Cathédrale Saint-Etienne (11ème-16ème siècle)Clerc séculier [1], il est archidiacre [2] de Beauvais et maître en théologie, enseignant à l’université de Paris.

Ses fonctions à l’université de Paris le conduisent à accomplir plusieurs missions auprès de la curie romaine.

Il fait probablement un premier voyage à Rome sous Honorius III et un second, en 1229, pour régler le conflit qui opposait le gouvernement de Blanche de Castille avec les maîtres et les étudiants parisiens qui en appelaient à Grégoire IX.

Guillaume est le procurateur de la bulle Parens scientiarum [3] du 13 avril 1231 adressée à l’université de Paris, et membre de la commission chargée par le pape d’examiner les livres d’Aristote.

Il meurt à Rome, en 1231.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, Letouzey et Ané, Paris, 1988

Notes

[1] Le clergé séculier est le clergé qui vit au milieu des laïcs, par opposition au clergé régulier qui vit « selon une « règle » de vie » d’un ordre, d’une abbaye, d’un couvent, d’un prieuré.

[2] Un archidiacre est un vicaire épiscopal à qui l’évêque confie certaines fonctions administratives pour un groupe de paroisses.

[3] Parens scientiarum est une bulle pontificale de Grégoire IX, datée du 13 avril 1231 et adressée aux professeurs et étudiants de l’université de Paris. Faisant suite aux lettres du légat Robert de Courçon, le pape Grégoire IX, homme de culture et canoniste avisé, accorde par cette bulle à l’Université de Paris des privilèges. Il est question, dedans, de l’indépendance intellectuelle et juridique. Cependant, l’université n’est pas libre à cause de l’interdiction des sources « hérétiques » comme Aristote.