Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 6ème siècle > Évagre le Scolastique

Évagre le Scolastique

mardi 14 novembre 2017, par ljallamion

Évagre le Scolastique (vers 536-après 594) Historien de langue grecque

Le château de Qal'at al-Mudiq (anciennement Apamée en Syrie)Né à Épiphanie [1], il est, avec Eusèbe de Césarée, Sozomène, Théodoret de Cyr et Socrate le Scolastique, l’un des principaux historiens ecclésiastiques de l’Antiquité tardive.

Peu de temps après sa naissance ses parents migrèrent peu après à Apamée [2] où il passa une grande partie de sa jeunesse et fit ses études.

Il s’installa ensuite à Antioche [3], capitale provinciale, pour y exercer la profession d’avocat. Il gagna la confiance de Grégoire 1er , patriarche d’Antioche [4], et devint son conseiller juridique en même temps que son cousin Jean d’Épiphanie .

Il eut l’occasion de l’assister juridiquement jusqu’à Constantinople dans une affaire délicate : en 587, le patriarche entra en conflit violent avec le comte de l’Orient Astérius, soutenu par une bonne partie de la population d’Antioche, qui insultait ouvertement le prélat en toutes occasions ; Astérius fut relevé de ses fonctions, mais son successeur Jean, chargé par l’empereur d’une enquête impartiale, recueillit des accusations contre Grégoire, dont l’une d’après laquelle il avait une liaison incestueuse avec sa sœur.

Évagre le défendit notamment devant l’empereur Maurice et devant un concile réuni à Constantinople en 588. Il fut nommé questeur [5] par l’empereur Tibère Constantin, et gardien de registres administratifs par Maurice 1er avec le titre de apoéparque [6]. Il mourut sans doute peu après

Âgé de 58 ans, il rédigea son œuvre historiographique. Son œuvre est une Histoire ecclésiastique, en 6 livres, dont le récit démarre en l’an 431, celui de la condamnation de Nestorius par le concile d’Éphèse [7], et court jusqu’en 593 ; elle se veut la suite des œuvres du même genre de Socrate le Scolastique, de Sozomène et de Théodoret de Cyr qui traitaient de la période allant de Constantin à Théodose II, lesquelles Histoires continuaient elles-mêmes celle d’Eusèbe de Césarée.

Bien qu’il s’agisse en principe d’une histoire de l’Église, une grande place est donnée aux événements politiques.

Partisan de l’Église orthodoxe officielle, il s’abstient de jugements sectaires sur les hérétiques.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Évagre le Scolastique/ Portail du monde byzantin/ Historien byzantin

Notes

[1] Syrie

[2] Apamée, actuellement Qal`at al-Madhīq est un site archéologique en Syrie, située près de l’Oronte, à 55 km au nord-ouest de Hama. Elle se situe en bordure d’un plateau, à l’est du Ghāb, sur une éminence qui domine une vaste plaine fertile. Elle présente le type habituel d’urbanisme colonial qui se caractérise par un plan régulier à damier, avec des îlots rectangulaires, à l’intérieur d’une immense enceinte. La ville connut un brusque développement au 2ème siècle av. jc, signe d’accroissement démographique et de prospérité. On construisit alors un mur d’enceinte de près de 7 km de circonférence, et on prolongea la grande colonnade avec des portiques et des boutiques construites au-delà de la porte nord.

[3] Antioche est une ville de Turquie proche de la frontière syrienne, chef-lieu de la province de Hatay. Elle est située au bord du fleuve Oronte. Antioche était la ville de départ de la route de la soie.

[4] Le titre de « patriarche d’Antioche » est traditionnellement porté par l’évêque d’Antioche (dans l’actuelle Turquie). L’Église d’Antioche est l’une des plus anciennes de la chrétienté, son institution remontant à l’apôtre Pierre. Aujourd’hui, pas moins de cinq chefs d’Église, dont trois catholiques, portent le titre de « patriarche d’Antioche ». Aucun d’entre eux ne réside à Antioche / Antakya depuis la présence musulmane majoritaire en Turquie.

[5] Dans la Rome antique, les questeurs sont des magistrats romains annuels comptables des finances, responsables du règlement des dépenses et de l’encaissement des recettes publiques. Ils sont les gardiens du Trésor public, chargés des finances de l’armée et des provinces, en relation avec les consuls, les promagistrats et les publicains.

[6] préfet honoraire

[7] Le concile d’Éphèse, troisième concile œcuménique de l’histoire du christianisme, est convoqué en 430 par l’empereur romain de Constantinople Théodose II. Le concile condamne le 22 juin 431 le nestorianisme comme hérésie, et anathématise et dépose Nestorius comme « hérésiarque ».