Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 2ème siècle > Montanus de Phrygie ou Montan de Phrygie

Montanus de Phrygie ou Montan de Phrygie

mercredi 7 juin 2017, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 19 mars 2017).

Montanus de Phrygie ou Montan de Phrygie

Personnalité du christianisme du 2ème siècle

Montanus de Phrygie ou Montan de PhrygieFondateur d’un courant spirituel, prophétique et eschatologique [1] connu de ses contemporains sous le nom de “christianisme phrygien”, se présentant comme la Nouvelle Prophétie et qui est passé à la postérité sous le nom de montanisme [2], donné par ses détracteurs.

L’année de sa naissance, comme celle de sa mort, est inconnue. Montanus est peut-être originaire d’Ardahau, village phrygien non identifié de Mysie [3], où il commence ses prophéties.

Selon les sources, le début de son activité prophétique prend place vers 157, selon Épiphane, ou vers 171, suivant Eusèbe de Césarée qui raconte que le mouvement de Montanus s’est répandu à partir de 177. Il semble néanmoins que le mouvement était déjà présent à Rome au début des années 170 et un évêque de Rome semble avoir accueilli favorablement la Nouvelle Prophétie.

Montanus est présenté comme un néophyte, peut-être prêtre du culte de Cybèle , fort répandu en Phrygie [4] ; mais il est vraisemblable que ces affirmations soient destinées à le dévaloriser.

Le nom de Montanus est étroitement associé à deux prophétesses, Priscilla et Maximilla, qui vaticinent avec lui en état de transe. Montanus est présenté comme enseignant et comme doué d’un charisme paulinien de l’administration.

Les récits de certains hérésiologues [5] le font mourir de mort violente, prétendant qu’il se pend à l’instar de Judas Iscariote , mais cette rumeur est déjà considérée comme douteuse, de l’aveu même d’anti-montanistes.

D’après Épiphane, au début du 5ème siècle, les disciples de Montanus sont encore nombreux dans la partie orientale de l’Empire romain, particulièrement en Phrygie, en Galatie [6], en Cappadoce [7], en Cilicie [8]. On encontre également des montanistes à Constantinople.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du livre de Rex D. Butler, The New Prophecy & "New Visions" : Evidence of Montanism in The Passion of Perpetua and Felicitas, Catholic University of America Press, 2006

Notes

[1] Ensemble de doctrines et de croyances portant sur le sort ultime de l’homme après sa mort (eschatologie individuelle) et sur celui de l’univers après sa disparition (eschatologie universelle).

[2] Le montanisme est un mouvement chrétien hétérodoxe du 2ème siècle fondé par le prophète Montanus en Phrygie. Ce mouvement spontané, tout d’abord indistinct de l’Église d’Ignace d’Antioche, fut ensuite considéré comme hérétique par celle-ci. Ce mouvement, qui se réclamait spécialement de l’Évangile selon Jean, est contemporain du marcionisme.

[3] La Mysie est une région historique d’Asie Mineure, sur la côte ouest, au nord de la Lydie, à l’ouest de la Phrygie et de la Bithynie, bordée par la Propontide (aujourd’hui mer de Marmara) au nord et par la mer Égée à l’ouest, englobant la Troade, l’Éolide et l’Abrettène. Elle fut successivement dominée par les Phrygiens, les Perses, le royaume de Pergame et Rome qui l’intégra dans sa province d’Asie mineure. Sous la domination romaine, la région achève de s’helléniser et se christianise au 4ème siècle.

[4] La Phrygie est un ancien pays d’Asie Mineure, situé entre la Lydie et la Cappadoce, sur la partie occidentale du plateau anatolien. Les Phrygiens sont un peuple indo-européen venu de Thrace ou de la région du Danube. Ils ont occupé vers 1200 av.jc la partie centrale et occidentale de l’Asie Mineure, profitant de l’effondrement de l’Empire hittite.

[5] Spécialiste de l’étude des hérésies.

[6] Les Galates sont des peuples celtes qui, dans l’Antiquité, ont migré dans le centre de l’Asie Mineure. De Gaule cisalpine, des troupes celtes ont pris la route des Balkans, ils ont traversé la Macédoine et gagné la Grèce, pillant au passage le temple de Delphes, lors de la Grande expédition. À ce moment ils se divisent, certains d’entre eux retournant en Gaule dans les Cévennes et autour de Toulouse où ils sont désormais désignés comme Volques Tectosages. Les autres, ayant franchi l’Hellespont, les Galates, commandés par Lutérios et Léonorios, arrivent dans ce pays vers 278 av. jc à l’invitation du roi Nicomède 1er de Bithynie afin de combattre Antiochos 1er, roi séleucide. Leur appui lui assura le trône, et il leur donna en récompense des terres situées au sud de son royaume, sur les bords du Sangarius. Avant de s’y établir, les Gaulois dévastèrent toute la partie de l’Asie Mineure baignée par la mer Egée, depuis la Troade jusqu’à la Carie. Vaincus par Antiochos 1er, roi de Syrie en 277 et par Attale 1er, roi de Pergame en 241, ils se concentrèrent dans la partie nord de la Grande Phrygie, lui donnèrent le nom de Galatie, et reçurent eux-mêmes le nom de Gallo-Grecs, parce qu’ils se mêlèrent à la population grecque et phrygienne du pays. Géographiquement, leur implantation est délimitée par le royaume du Pont et la Paphlagonie au nord, la Cappadoce à l’est, le royaume de Pergame au sud et la Bithynie à l’ouest.

[7] La région historique de Cappadoce se trouve au centre de l’Anatolie, en Turquie. En 17, par suite de la disgrâce du roi Archélaos, la Cappadoce est intégrée par Tibère à l’Empire romain, dont elle devient une province impériale, à laquelle sont bientôt incorporées les régions du Pont et de l’Arménie Mineure. La Galatie est une région historique d’Anatolie (autour de l’actuelle Ankara). Géographiquement, elle est délimitée par le royaume du Pont et la Paphlagonie au nord, la Cappadoce à l’est, le royaume de Pergame au sud et la Bithynie à l’ouest. À la mort d’Amyntas, en 25 av. jc, Auguste transforme en province cette région stratégique pour les territoires romains en Asie mineure. Il s’agissait d’une province impériale proprétorienne car administrée par un légat d’Auguste propréteur. Sa métropole était Ancyre (actuelle Ankara).

[8] La Cilicie est une région historique d’Anatolie méridionale et une ancienne province romaine située aujourd’hui en Turquie. Elle était bordée au nord par la Cappadoce et la Lycaonie, à l’ouest par la Pisidie et la Pamphylie, au sud par la mer Méditerranée et au sud-est par la Syrie. Elle correspond approximativement aujourd’hui à la province turque d’Adana, une région comprise entre les monts Taurus, les monts Amanos et la Méditerranée.