Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Synésios de Cyrène

mercredi 10 août 2016

Synésios de Cyrène (vers 370-vers 414)

Évêque de Ptolémaïs-Épistolier-Philosophe grec néoplatonicien

Né à Cyrène [1] dans la Pentapole [2] de riches parents grecs qui prétendaient être des descendants des rois de Sparte.

Il est éduqué à Alexandrie avec son frère Euoptios et y suit notamment les enseignements d’ Hypatie . Il lui restera attaché jusqu’à la fin de sa vie, entretenant une correspondance assidue avec elle.

Il adopte à ce moment la philosophie néoplatonicienne [3]. Par ailleurs, il est l’ami de Théophile, patriarche d’Alexandrie et soutiendra la candidature du neveu de ce dernier, Cyrille d’Alexandrie, au patriarcat.

Il retourne dans la Pentapole où il assurera plusieurs fonctions officielles dont des fonctions militaires. En 399, il est envoyé en ambassade auprès du nouvel empereur de Constantinople, Arcadius. Il est chargé d’obtenir une diminution des charges pour la Pentapole. Son séjour dans la capitale de l’Empire et aux alentours durera 3 ou 4 ans.

À son retour, avec la bénédiction du patriarche Théophile, il épouse une chrétienne d’Alexandrie avec qui il a quatre enfants, qui tous mourront avant lui.

De retour en Libye, il est pressenti pour le siège épiscopal de Ptolémaïs [4] alors qu’il n’est semble-t-il encore que catéchumène. Malgré ses scrupules, il finit par accepter, sans toutefois renier ses convictions néoplatoniciennes, ni son mode de vie. Ses écrits témoignent de l’évolution de sa pensée.

La date de sa mort reste inconnue, elle est généralement estimée aux alentours de 414 parce qu’il ne semble pas avoir été au courant de la mort d’Hypatie, survenue en 415.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Synésios de Cyrène/ Portail du christianisme/ Évêque en Cyrénaïque

Notes

[1] Cyrène, l’ancienne ville grecque (en Libye actuelle), est la plus ancienne et la plus importante des cinq colonies grecques dans la région et lui donne son nom de Cyrénaïque, qui est encore utilisé aujourd’hui. Ancien évêché, elle se situe dans la vallée de Djebel Akhdar.

[2] dans le nord de la Libye actuelle

[3] Le néoplatonisme est une doctrine philosophique, élaborée par Philon d’Alexandrie vers 40, puis développée à Rome à partir de 232 par Ammonios Saccas, par Porphyre de Tyr et surtout par Plotin, maître du précédent, et qui fut très influente dans l’Antiquité, avec de grands continuateurs comme Proclus, jusqu’à l’exil de ses derniers représentants comme Damascios et Simplicios de Cilicie, en 529. Le néoplatonisme ou platonisme de l’Antiquité tardive tentait de concilier la philosophie de Platon avec certains courants de la spiritualité orientale comme les oracles chaldaïques ainsi qu’avec d’autres écoles de la philosophie grecque, notamment celle d’Aristote.

[4] Ptolémaïs est une colonie grecque portuaire, qui fut l’une des anciennes capitales de Cyrénaïque, situé près de la ville moderne Tolmeitha en Libye. La ville est probablement fondée au 7ème ou 6ème siècle avant notre ère par des colons de Barqa. Rapidement la ville devient l’une des cité-États fondatrices de la fédération du Pentapole de Libye. En 331 av.jc l’union est dissoute par la reddition de toutes les villes devant Alexandre le Grand. Après cette défaite la ville intègre l’Empire ptolémaïque. Au début du 1er siècle la région est conquise par Rome et devient une province séparée. Un important tremblement de terre, rattaché par les archéologues au séisme de 365 en Crète frappe la région et détruit les cinq villes majeures des environs : (Cyrène, Apollonia, Arsinoé, Bérénice et Barqa). Ptolémaïs ayant résisté à la tragédie, les plus importantes autorités de la région s’y installent. Elle est la capitale de la province de Libye II quand elle est détruite par les Vandales en 428. Durant le règne de Justinien la ville est reconstruite, mais elle ne retrouve jamais son pouvoir et est à nouveau détruite par les Arabes au 7ème siècle.