Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Safrax

dimanche 7 août 2016

Safrax (mort aux environs de l’an 400)

Chef ostrogoth

En 376, à la mort du roi ostrogoth [1] Withimer , et alors que les Huns [2] déferlent en compagnie des Alains [3] en Europe orientale, les survivants ostrogoths s’enfuient en masse vers les limes [4] de l’empire romain.

Safrax guide son peuple et se dirige vers le Danube en compagnie du chef Alatheus , faisant jonction avec les Wisigoths [5] sur le Dniestr [6], puis les poussent devant eux jusqu’aux rives du Danube. Là, ils envoient des ambassadeurs à l’empereur romain d’Orient, Valens, pour lui demander l’autorisation de s’établir pacifiquement sur le territoire de l’empire.

L’empereur Valens, un monarque sans génie et craintif, est à Antioche [7] d’où il surveille les Perses. Il décide d’accueillir les Goths à la condition qu’ils acceptent d’être désarmés, mais une fois arrivés sur les terres de l’empire, les Goths refusent de donner leurs armes.

Les mois passent, sans solution d’établissement, affamés par la cupidité des fonctionnaires romains, devenant toujours plus nombreux avec l’arrivée de nouveaux clans, et toujours sous la pression des premiers groupes de Huns et d’Alains arrivés dans le secteur, les Goths décident de continuer leur avancée vers la Méditerranée. Des groupes de Goths fédérés établis depuis plus longtemps dans la région décident aussi de les suivre. Ils arrivent devant Andrinople [8] où l’empereur Valens se porte contre eux.

La bataille d’Andrinople [9] s’engage le 9 août 378 et constitue un tournant dans l’histoire de Rome et de l’Europe. Safrax est l’un des principaux chefs de guerre goths, avec Fritigern. L’armée impériale romaine est écrasée par la supériorité de la cavalerie goth et Valens meurt dans l’incendie de la maison dans laquelle il s’était réfugié.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Safrax/ Portail de la Rome antique/ Ostrogoths

Notes

[1] Les Ostrogoths sont une confédération à dominante germanique qui apparaît dans l’Antiquité et poursuit son évolution jusqu’à l’Antiquité tardive. Ils font partie des Goths et apparaissent dans les bassins de la Vistule, puis du Dniepr et du Boug méridional d’où ils sont évincés par les Huns, avant de ravager les Balkans pour finalement conquérir l’Italie sous le règne de Théodoric le Grand. Une petite minorité reste en Crimée.

[2] Les Huns sont un ancien peuple nomade originaire de l’Asie centrale, dont la présence en Europe est attestée à partir du 4ème siècle et qui y établirent le vaste empire hunnique. L’origine des Huns est disputée : bien que dès le 18ème siècle, l’orientaliste français Joseph de Guignes les ait reliés aux Xiongnu, voisins septentrionaux des Chinois jusqu’au 1er siècle et que de nombreuses études ultérieures se soient attachées à démontrer ou infirmer cette parenté, aucun consensus n’a encore été établi sur le sujet. Les Huns ont joué un rôle important dans le cadre des grandes invasions qui contribuèrent à l’écroulement de l’Empire romain d’Occident. Sous le règne d’Attila, l’empire est unifié mais ne lui survit pas plus d’un an. Les descendants et successeurs des Huns occupent encore diverses parties de l’Europe de l’Est et d’Asie centrale entre les 4ème et 6ème siècles, et laissent encore quelques traces dans le Caucase jusqu’au début du 8ème siècle.

[3] Les Alains sont un peuple « scythique », mentionné à partir du 1er siècle dans les steppes au nord du Caucase qui a participé aux Grandes Invasions.

[4] frontière fortifiées

[5] Les Wisigoths ou Tervinges étaient un peuple germanique issu des Goths. Les Wisigoths sont ceux qui, migrant depuis la région de la mer Noire, s’installèrent vers 270-275 dans la province romaine abandonnée de Dacie (actuelle Roumanie), au sein de l’Empire romain, alors que les Ostrogoths s’installèrent, pour leur part, en Sarmatie (actuelle Ukraine). Les Wisigoths migrèrent à nouveau vers l’ouest dès 376 et vécurent au sein de l’Empire romain d’Occident, en Hispanie et en Aquitaine. Les Ostrogoths, eux, migrèrent aussi vers l’ouest, mais plus tard que les Wisigoths, et vécurent en Italie. Wisigoths et Ostrogoths sont classés dans la branche ostique des peuples germaniques. Après la chute de l’Empire romain d’Occident en 476, les Wisigoths ont continué pendant près de 250 ans à jouer un rôle important en Europe occidentale. C’est peut-être le peuple « barbare » le plus prestigieux d’Europe, tant par sa longue histoire et ses origines mythiques, que par les traces qu’il laissa longtemps dans les esprits.

[6] Le Dniestr est un fleuve d’Europe de l’Est long de 1 362 km, ayant sa source dans les Beskides orientales en Ukraine occidentale. Il coule d’abord au nord-est puis vers le sud-est, passe à Sambir, Halitch, Khotin et Mohyliv-Podilskyï, devient frontalier de la Moldavie qu’il traverse ensuite, longe Soroca, Tighina, Tiraspol, repasse en Ukraine et se verse dans le liman du Dniestr près de la ville de Bilhorod-Dnistrovskyï (Bellegarde Pontique, Montecastro, Cetatea Albă) relié à la mer Noire, au sud-ouest d’Odessa. Historiquement, il naît en Galicie puis sépare la Podolie et le Yedisan, qui ont longtemps fait partie de la Lituanie, puis de la Pologne, enfin de la Russie (rive gauche), de la Moldavie (rive droite : Bessarabie). C’était une des voies fluviales des Varègues (Vikings de la Baltique) vers Constantinople.

[7] Antioche est une ville de Turquie proche de la frontière syrienne, chef-lieu de la province de Hatay. Elle est située au bord du fleuve Oronte. Antioche était la ville de départ de la route de la soie.

[8] Edirne est la préfecture de la province turque du même nom, limitrophe de la Bulgarie et de la Grèce. Elle est traversée par la Maritsa (Meriç en turc).

[9] La bataille d’Andrinople ou d’Adrianople (aujourd’hui Edirne en Turquie européenne) a eu lieu le 9 août 378. Elle désigne l’affrontement entre l’armée romaine, commandée par l’empereur romain Valens et certaines tribus germaniques, principalement des Wisigoths (Goths Thervingues), et des Ostrogoths (Goths Greuthungues), commandées par Fritigern. Il s’agit d’un des plus grands désastres militaires romains du 4ème siècle, comparable à la défaite de Cannes. Cette bataille ne résulte pas d’une invasion, mais d’une mutinerie des fédérés Goths établis dans l’Empire romain.