Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Jacques 1er Fitz-James

lundi 1er février 2016, par ljallamion

Jacques 1er Fitz-James (1670-1734)

Duc de Berwick-Maréchal de France le 15 février 1706

James Fitz-James, 1er duc de Berwick. Fils de Jacques II d'Angleterre.Né à Moulins, dans le Bourbonnais [1]. Fils naturel du roi Jacques II Stuart et d’ Arabella Churchill , sœur de John Churchill, duc de Marlborough.

En 1703, il est naturalisé français et fait maréchal de France en 1706.

Jacques Fitz-James est Duc dès 1687, Grand d’Espagne en février 1704, commandant en Languedoc le 14 février 1705, Duc-Pair en mai 1710. Il reçoit le titre de 36ème gouverneur du Limousin le 17 avril 1708 il se démet du titre le 1er octobre 1718 en faveur de son fils Jacques mais il est maintenu dans la fonction par commission. Il est nommé membre du Conseil de Régence le 3 mars 1720.

Il fait ses premières armes en Hongrie, et assiste au siège de Buda [2] en 1686. Il prend après la révolution de 1688 une part très active à toutes les tentatives qui sont faites pour replacer son père sur le trône, se fait naturaliser Français quand sa cause devient désespérée. Ce brillant officier s’engage alors au service de la France.

Il sert sous Luxembourg et Villeroy , et développa de grands talents militaires. Louis XIV lui confie en 1704 le commandement des troupes françaises en Espagne ; l’année suivante il l’envoya contre les camisards [3] du Languedoc.

Il est fait maréchal de France en 1706 et envoyé de nouveau en Espagne. Lors de la guerre de Succession d’Espagne [4], il rétablit la situation en faveur de Philippe V en infligeant des défaites aux autrichiens, Almansa [5] en 1707 qui rendit à Philippe V le royaume de Valence et la dernière bataille où une armée française commandée par un général anglais affronta une armée anglaise commandée par un général français Henri de Massue , émigré huguenot en Angleterre.

Puis, de 1709 à 1711, il maintient les frontières sud-est de la France dans le Dauphiné et la Savoie, ce qui permit à la France de reporter ses efforts sur la frontière nord-est. Lors du traité d’Utrecht [6], en 1713, il convainquit Louis XIV de demander l’annexion de la vallée de l’Ubaye [7], pour renforcer la frontière française des Alpes. En 1714, il prend Barcelone. La guerre s’étant rallumée en 1719, il enleva aux Espagnols Fontarabie [8], Urgell [9] et Saint-Sébastien [10].

En 1733, il reçut le commandement de l’armée du Rhin lors de la Guerre de Succession de Pologne [11]. Il trouva la mort en inspectant une tranchée, la tête emportée par un boulet lors du siège de Philippsbourg [12].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de histoire de Alix de Rohan-Chabot, Le maréchal de Berwick, Albin Michel, 1990

Notes

[1] Le duché de Bourbon est une région historique et culturelle française. Cette ancienne province a pour chef-lieu Moulins et son territoire correspond approximativement au département de l’Allier, mais certaines portions se trouvent réparties dans des départements voisins, comme le Puy-de-Dôme et le Cher (arrondissement de Saint-Amand-Montrond). La province comme la famille doit son nom à la ville de Bourbon-l’Archambault, qui est le berceau de la première Maison de Bourbon, maison féodale apparue au 10ème siècle.

[2] Les sièges de Buda sont deux épisodes de la campagne de Hongrie qui oppose la Sainte Ligue et l’Empire ottoman. Après un demi-échec sanglant devant la ville en 1684, la Sainte Ligue mobilise deux ans plus tard une armée importante et s’empare de Buda après un long siège. À l’issue de l’échec du second siège de Vienne, entrepris par les Turcs en 1683, qui marque la reprise de la Guerre austro-turque (1683-1699), les Habsbourg lancent une vaste contre-offensive pour conquérir la Hongrie et sa capitale, Buda, ottomane depuis plus d’un siècle.

[3] Les Camisards étaient des protestants français (huguenots) de la région des Cévennes, en France, qui ont mené une insurrection contre les persécutions qui ont suivi la Révocation de l’Édit de Nantes en 1685.

[4] La guerre de Succession d’Espagne est un conflit qui a opposé plusieurs puissances européennes de 1701 à 1714, dont l’enjeu était la succession au trône d’Espagne à la suite de la mort sans descendance du dernier Habsbourg espagnol Charles II et, à travers lui, la domination en Europe. Dernière grande guerre de Louis XIV, elle permit à la France d’installer un monarque français à Madrid : Philippe V, mais avec un pouvoir réduit, et le renoncement, pour lui et pour sa descendance, au trône de France, même dans le cas où les autres princes du sang français disparaîtraient. Ces conditions ne permettaient pas une union aussi étroite que celle qui était espérée par Louis XIV. La guerre de succession donna néanmoins naissance à la dynastie des Bourbons d’Espagne, qui règne toujours aujourd’hui.

[5] Lors de la guerre de Succession d’Espagne, Berwick à la tête d’une armée franco-espagnole remporta à Almansa, le 25 avril 1707 sur les troupes luso-britannico-hollandaises de l’archiduc Charles, commandées par lord Galloway, comte de Ruvigny et le marquis des Minas, une grande victoire, qui rendit le trône à Philippe V. Elle est donc probablement la seule bataille de l’histoire à avoir opposé des troupes françaises commandées par un Anglais à des troupes anglaises commandées par un Français.

[6] Les traités d’Utrecht sont deux traités de paix signés en 1713 qui mirent fin à la guerre de Succession d’Espagne. Le premier fut signé à Utrecht le 11 avril entre le royaume de France et le royaume de Grande-Bretagne, le second fut signé à Utrecht le 13 juillet entre l’Espagne et la Grande-Bretagne.

[7] La vallée de l’Ubaye autrefois vallée de Barcelonnette est située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence. La ville principale de la vallée est la sous-préfecture de Barcelonnette.

[8] Fontarrabie est une commune du Guipuscoa dans la communauté autonome du Pays basque en Espagne située à la frontière française sur la rive gauche de l’estuaire de la Bidassoa, en face d’Hendaye, avec Irun, Pasaia et Lezo pour voisins. Elle est baignée au nord par la mer Cantabrique et à l’est par la baie de Txingudi ou Chingoudy que forme l’embouchure de la Bidassoa entre la France et l’Espagne. La vieille ville fortifiée est édifiée sur un promontoire surplombant l’estuaire, face à la France.

[9] Urgell est une comarque de Catalogne (Espagne) dont la capitale et commune la plus peuplée est Tàrrega. Urgell est aussi le nom d’un comté carolingien qui avait comme capitale Castellciutat (et en une dernière étape, depuis 1105, Balaguer) mais dont le noyau central était La Seu d’Urgell (commune faisant actuellement partie de l’Alt Urgell).

[10] Saint-Sébastien, est une ville du Nord de l’Espagne, capitale de la province du Guipuscoa, dans la Communauté autonome basque. Elle est siège du diocèse de Saint-Sébastien et de la province maritime de Saint-Sébastien. Baignée par les eaux de la mer Cantabrique, à l’embouchure de la rivière Urumea, elle doit une grande partie de sa célébrité à sa rade, la baie de la Concha, encadrée par deux éminences rocheuses, les monts Igeldo et Urgull, véritables balcons naturels d’où on appréhende une grande partie de la cité, l’océan et les paysages vallonnés des environs.

[11] La guerre de Succession de Pologne eut lieu de 1733 à 1738. À la mort d’Auguste II en 1733, son fils, Auguste III, et Stanislas 1er, ancien roi de Pologne déchu en 1709, beau-père de Louis XV, se disputent le trône.

[12] Le siège de Philippsbourg, entrepris par les Français contre la place forte rhénane de Philippsbourg, se déroula du 2 juin au 18 juillet 1734, pendant la guerre de Succession de Pologne.