Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Sancia de Majorque dite Sancha d’Aragon

Sancia de Majorque dite Sancha d’Aragon

jeudi 20 août 2015, par ljallamion

Sancia de Majorque dite Sancha d’Aragon (1285-1345)

Sancia de Majorque dite Sancha d'AragonFille du roi Jacques II, roi de Majorque [1] et d’Esclarmonde, fille du comte Roger IV de Foix et de Brunissenda Cardona.

Veuf de Yolande d’Aragon en 1302, Robert d’Anjou se remaria à Collioure [2], le 21 juin 1304 avec Sancia. Elle monta sur le trône de Naples avec son époux, le 5 mai 1309, à la mort de son beau-père Charles II.

Elle accompagna son époux à Marseille, le 22 mai 1319, qui allait se recueillir devant les reliques de son frère saint Louis d’Anjou.

Elle accueillit à la Cour de Naples, son frère l’infant Philippe, entré chez les franciscains [3]. Celui-ci voulant pratiquer à la lettre la règle de saint François, réunit autour de lui un groupe qui prit le nom de « frères de la pauvre vie », une branche des fraticelles ou zelanti [4].

Ce groupe eut dès lors une grande influence sur le roi et la reine consort de Naples ainsi que sur Delphine de Sabran , confidente de Sancia. Philippe de Majorque demanda à sa sœur et à son beau-frère d’intervenir auprès de la papauté d’Avignon pour obtenir les privilèges nécessaires à la transformation de l’abbaye Santa-Chiara [5] en un lieu où serait accueillis les « frères de la pauvre vie ». Par trois lettres bullées, datées des 24 juin 1336, 20 février 1337 et 7 août 1340, Benoît XII mit fin à leurs espoirs.

Après la mort de Philippe de Majorque, en 1342, Robert d’Anjou et la reine Sancia restèrent sous l’influence des « frères de la pauvre vie ». De plus leurs chapelains, Andréa de Galiano et Pietro de Cadeneto étaient des disciples de Michel de Césène .

Les souverains avaient accueilli au Castel Nuovo [6] deux évêques spirituels, Jean de Bertholeo, qui venait d’être relevé de son siège de Calvi, et Guillaume de Scala, qui devint confesseur de la reine. Le pire de tous était le Fra Roberto, ami personnel d’Angelo Clareto, le chef de file des Fraticelles.

À la mort de son époux, le 20 janvier 1343, elle devint reine mère, régente du royaume et tutrice de la reine Jeanne. Dans son testament, daté du 16 janvier 1343, le roi de Naples avait institué un conseil de régence jusqu’à la majorité de sa petite-fille fixée à vingt-cinq ans. Il était composé de la reine Sancia, de Philippe de Cabassolle , évêque de Cavaillon et chancelier du Royaume, de Filippo de Sanguinetto, Sénéchal de Provence, et de l’amiral Giffredo di Marzano.

Quand Pétrarque arriva à Naples, en septembre 1343, en tant qu’ambassadeur du pape Clément VI, il découvrit un royaume semblable à « un navire que ses pilotes conduiraient au naufrage ». Il mit particulièrement en cause le Fra Roberto, de son vrai nom Roberto de Mileto.

Un an après, sous l’influence de ses confesseurs et chapelains, Sancia marqua l’anniversaire de ce décès, le 20 janvier, en trahissant son engagement et en entrant à Santa-Croce, dont on disait que c’était le couvent des enterrées vives [7]. Elle y mourut le 28 juillet 1345.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Benoît Beyer de Ryke, Le Moyen Age et ses dissidents religieux : cathares et béguines, XIe-XIVe siècles, Colloque international « Sectes » et « hérésies » de l’Antiquité à nos jours. Le rapport au pouvoir, Université Libre de Bruxelles, Institut d’Étude des Religions et de la Laïcité, Bruxelles, mai 2002

Notes

[1] Le royaume de Majorque désigne d’abord de façon provisoire un gouvernement assez longtemps précaire créée lors de la conquête par le roi Jacques 1er d’Aragon de l’île de Majorque en 1229 dans le cadre de la Reconquista. Mais c’est le testament du souverain conquérant en 1262 qui lui donne un véritable sens politique dans la succession monarchique, en l’accordant au cadet de sa lignée l’infant Jacques ou Jaume alors que l’aîné Jacques obtient la couronne d’Aragon. À la mort de Jacques 1er d’Aragon en 1276 naît le royaume de Majorque. Les années 1343 et 1344, dates de reconquête militaire et d’annexion aragonaise ou le traité de 1347, voire les acquisitions par le roi de France de Carlat et Montpellier en 1348-1349 atteste la réunion définitive à la couronne d’Aragon qui clôt la page de l’indépendance, souvent précaire et houleuse.

[2] Collioure, est une commune française, située au bord de la mer Méditerranée sur la Côte Vermeille, à 20 kilomètres de l’Espagne. Collioure se situe dans le département des Pyrénées-Orientales.

[3] L’Ordre des frères mineurs, dont les membres sont couramment appelés Franciscains, est un ordre religieux catholique né en Italie sous l’impulsion de François d’Assise en 1210. À l’imitation du Christ, les membres tentent de vivre une vie de grande pauvreté et simplicité évangélique. Insistant sur l’aspect de fraternité dans leur vie les franciscains ont choisi de s’appeler « frères », bien que, aujourd’hui, la majorité d’entre eux sont en fait prêtres.

[4] Les Fraticelles étaient des Franciscains de la branche dite des Spirituels : opposés à la « normalisation » de doctrine du ministre général de l’Ordre, le Père Bonaventure, ils prônent un mépris absolu des richesses et, par l’affrontement avec les puissances temporelles, évoluent peu à peu dans l’insoumission et l’hérésie. Ils furent déclarés hérétiques par le pape Boniface VIII en 1296. Michel de Césène et Pierre Olivi furent des initiateurs de ce mouvement.

[5] Santa Chiara de Naples est composée d’une basilique et d’un monastère double qui ont été construits entre 1310 et 1340 sur l’emplacement de thermes romains. Commencée en 1310 et achevée en 1328, la basilique est le plus grand monument gothique de la ville. C’est ici que se trouve la tombe gothique du roi Robert et que le corps de son épouse Sancia a été déposé. Ils y ont été rejoints au début du 19ème siècle par les rois de Naples et de Sicile, qui en ont fait leur lieu de sépulture pour eux et la famille royale.

[6] Castel Nuovo, est un édifice historique et un des symboles de la ville de Naples. Principal symbole de l’architecture de la ville. Castel Nuovo a été étendu ou rénové plusieurs fois depuis qu’il a été construit en 1279. Le nom du château Castel Nuovo permettait de le différencier des forteresses plus anciennes érigées à Naples et à ses proches environs.

[7] sepolte vive