Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Domitia Longina

samedi 11 avril 2015

Domitia Longina (vers 50/55-vers 126-130)

impératrice romaine de 81 à 96

Elle épouse l’empereur romain Domitien en 71. Elle est la plus jeune fille du général et consul Corbulon et de Cassia Longinal.

Son père est un des sénateurs et généraux de Rome les plus respectés. Il est consul suffect en 39 sous Caligula et mène des campagnes militaires en Germanie [1] et en Parthie [2] sous Claude et Néron.

Suite à la conspiration manquée de Pison [3] contre l’empereur Néron en 65, Corbulon tombe en disgrâce. Il est forcé de se suicider.

On connaît peu de chose de la vie de Domitia avant son mariage avec Domitien. Toutefois, peu avant 70, elle épouse Lucius Aelius Plautius Lamia Aelianus, un homme de rang sénatorial.

Suite au suicide de Néron le 9 juin 68, l’Empire romain plonge dans une année de guerre civile, année connue sous le nom d’année des quatre empereurs et qui voit l’arrivée au pouvoir et la chute des empereurs Galba, Othon et Vitellius. La crise s’achève par l’accession au pouvoir de Vespasien, qui rétablit la paix dans l’empire et fonde la dynastie flavienne.

En 71, Vespasien tente d’arranger un mariage entre son plus jeune fils Domitien et la fille de son fils aîné Titus. À ce moment, toutefois, Domitien a déjà rencontré et est tombé amoureux de Domitia Longina et parvient à persuader Lamia de divorcer afin de pouvoir l’épouser. Malgré cette désinvolture, l’alliance est prestigieuse pour les deux familles.

À cette époque, le rôle de Domitien dans le gouvernement est essentiellement protocolaire. Son frère aîné Titus a quasiment les mêmes pouvoirs que son père, Domitien avait les honneurs mais pas les responsabilités.

Lorsque Titus succède à son père comme empereur le 23 juin 79, Domitien ne se voit pas confier de responsabilités, ce qui amènes les auteurs antiques et modernes à soupçonner une animosité mutuelle entre les deux frères. En 80, Titus accorde le consulat à l’ancien mari de Domitia, Aelius Lamia, ce qui peut être perçu comme une insulte envers Domitien. Titus pousse Lamia à se remarier.

Après seulement deux ans au pouvoir, Titus meurt inopinément de la peste le 13 septembre 81. Le 14 septembre, le Sénat romain confirme Domitien comme successeur de Titus, lui attribue la puissance tribunicienne, la charge de Pontifex maximus [4] et les titres d’Auguste et de Pater patriae [5]. En conséquence, Domitia Longina devient l’impératrice de Rome.

Peu après son accession au trône, Domitien accorde le titre honorifique d’Augusta à Domitia et dans le même temps, leur fils est déifié. Les deux apparaissent sur des pièces de Domitien de cette époque.

Néanmoins leur mariage semble avoir fait face à une crise importante en 83. Pour des raisons inconnues, Domitien exile brièvement Domitia, peut-être parce qu’il n’éprouve plus de sentiments pour elle ou bien à cause des rumeurs qui lui prêtent une relation avec sa nièce Julia Flavia , mais finit par la rappeler auprès de lui. En 84, Domitia est de retour au palais où elle vit jusqu’à la fin du règne de Domitien sans incident.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Domitia Longina

Notes

[1] La Germanie est le nom donné, dans l’Antiquité, à la région d’Europe centrale et septentrionale séparée du monde romain par le Rhin et le Danube et s’étendant approximativement, à l’est, jusqu’à la Vistule.

[2] La Parthie est une région située au nord-est du plateau iranien, ancienne satrapie de l’empire des Achéménides, berceau de l’Empire parthe qui contrôle le plateau iranien et par intermittence la Mésopotamie entre 190 av.jc et 224 de notre ère. Les frontières de la Parthie sont la chaîne montagneuse du Kopet-Dag au nord, aujourd’hui la frontière entre Iran et Turkménistan, et le désert du Dasht-e Kavir au sud. À l’ouest se trouve la Médie, au nord-ouest l’Hyrcanie, au nord-est la Margiane et au sud-est l’Arie. Cette région est fertile et bien irriguée pendant l’antiquité, et compte aussi de grandes forêts à cette époque.

[3] La Conjuration de Pison, du nom que lui donne Suétone, est un complot dirigé contre l’empereur Néron en 65.

[4] Dans la Rome antique, pontifex maximus (grand pontife) est le titre donné au grand prêtre à la tête du collège des pontifes. Ce titre est le plus élevé de la religion romaine. Les pontifes sont chargés de l’entretien du pont sacré et de surveiller la bonne observance des pratiques religieuses. Ils s’occupent aussi des temples ne disposant pas de clergé propre.

[5] Pater patriae est un titre honorifique décerné par le Sénat romain, signifiant « père de la patrie », qui fut porté par presque tous les empereurs du Haut empire, depuis Auguste, puis par plusieurs empereurs du Bas empire.