Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Jean de Neuville

vendredi 27 février 2015

Jean de Neuville (mort en 1143)

Évêque de Sées du 12ème siècle

La Cathédrale Notre Dame de SéesFils de Hardouin, seigneur de Neuville. Son frère Arnoul est évêque de Lisieux, tout comme son oncle Jean 1er qui le précède sur le siège épiscopal de Lisieux [1].

Archidiacre [2], fidèle du roi et réformateur, il devient évêque de Sées [3] et consacré en 1124. Grand érudit, c’est sous son épiscopat qu’est dédicacée la cathédrale Saint-Gervais de Sées [4] le 21 mars 1126 par l’archevêque de Rouen Geoffroi le Breton , en présence du roi Henri 1er Beauclerc, de sa cour, des évêques Gérard d’Angoulême, légat du pape, Jean de Lisieux, Geoffroi de Chartres et Ulger d’Angers .

Il réforme en 1131 le chapitre cathédral en y amenant des chanoines réguliers de saint Augustin de Saint-Victor de Paris [5] après avoir revêtu lui-même l’habit régulier. Cette réforme fait suite à son intention depuis 1128 de régulariser le chapitre, grâce au soutien des papes Honorius II et Innocent II, des archevêques de Rouen Geoffroi le Breton et Hugues III d’Amiens ainsi que du roi d’Angleterre Henri 1er.

Il favorise les fondations des abbayes de Gouffern [6] et de Falaise [7] dont il consacre les églises, tout comme celles de Vignats [8], de La Trappe [9] et de Villers-Canivet [10].

Il assiste à de nombreux conciles dont celui de Pise en 1135 [11] où il se rend en compagnie de Pierre le Vénérable, abbé de Cluny. Il meurt en 1143.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Jean de Neuville/ Portail de la Normandie/ Évêque de Sées

Notes

[1] L’ancien diocèse de Lisieux était implanté sur la cité des Lexovii, peuple gaulois soumis à l’autorité romaine. La capitale de cette cité, Noviomagus Lexoviorum, devient alors le siège de l’évêché qui prit le nom d’évêché de Lisieux.

[2] Un archidiacre est un vicaire épiscopal à qui l’évêque confie certaines fonctions administratives pour un groupe de paroisses.

[3] Le Diocèse de Séez correspond actuellement au département de l’Orne et l’évêché est situé à Sées.

[4] La cathédrale Notre-Dame de Sées, originellement consacrée à saint Gervais et saint Protais, est une cathédrale de style gothique, située à Sées, près d’Alençon dans l’Orne, qui est le siège du diocèse correspondant à ce département.

[5] Saint-Victor est une ancienne abbaye de chanoines réguliers (augustins), fondée au 12ème siècle par Guillaume de Champeaux, archidiacre et directeur (écolâtre) de l’école cathédrale de Notre-dame de Paris. En quelques dizaines d’années Saint-Victor était devenue l’un des centres les plus importants de la vie intellectuelle de l’Occident médiéval, surtout dans le domaine de la théologie et de la philosophie1. Son rayonnement perça au travers de maîtres aussi illustres que Hugues, Adam, André, Richard ou Thomas Gallus, explorant de nombreux champs de la connaissance. Supprimée en 1790, l’abbaye fut détruite en 1811.

[6] L’abbaye de Silly-en-Gouffern, ou abbaye Notre-Dame de Silly, était une abbaye qui fut fondée par les prémontrés avant 1151, en Normandie.

[7] A l’origine un hôpital sans règle précise fut fondé en 1127 par Roger, citoyen du bourg de Falaise. Vers 1133 il devint un prieuré de Chanoines réguliers de Saint-Augustin. En 1159 il adopta la règle de l’ordre de Prémontré, et en 1160 il fut érigé en abbaye.

[8] L’abbaye Sainte-Marguerite de Vignats est mentionnée comme propriétaire en 1239 du camp de Bierre.

[9] L’abbaye Notre-dame de La Trappe (appelée jusqu’au début du 20ème siècle La Grande Trappe) est un monastère en activité, situé à Soligny-la-Trappe (Orne, France). Né au 11ème siècle dans l’éphémère congrégation de Savigny, il rejoint comme son abbaye mère l’ordre cistercien en 1147.

[10] Villers-Canivet est une commune française, située dans le département du Calvados, en Basse-Normandie. Ancienne abbaye cistercienne de Villers-Canivet, dite abbaye aux Dames, en partie du 14ème siècle, inscrite au titre des Monuments historiques depuis le 24 mars 1994.

[11] Le concile de Pise est réuni en mai 1135 par le pape Innocent II dans le cours de sa lutte contre l’antipape Anaclet II.