Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 300 av.jc à 100 av. notre ère > Ptolémée VIII Évergète II Tryphon dit Le Bienfaiteur ou le Magnifique

Ptolémée VIII Évergète II Tryphon dit Le Bienfaiteur ou le Magnifique

mardi 16 décembre 2014

Ptolémée VIII Évergète II Tryphon dit Le Bienfaiteur ou le Magnifique

Co-roi d’Égypte de 170 à 163 av.jc avec son frère Ptolémée VI Philométor-Roi de Cyrénaïque de 163 à 145-Roi d’Égypte de 145 à 116

Fils de Ptolémée V Épiphane et de la reine Cléopâtre 1ère Syra . Il fut porté sur le trône par les Alexandrins, en 170 lorsque son frère Ptolémée VI fut fait prisonnier par le roi Séleucide, Antiochos IV Épiphane.

Quand son oncle maternel Antiochos IV envahit l’Égypte vers 170, il installe Ptolémée VI comme un roi titulaire sur le trône ; cependant les gens d’Alexandrie n’acceptent pas cette décision et proclament comme roi, son frère sous le nom de Ptolémée VII .

Mais l’intervention diplomatique des Romains entraîne le départ d’Antiochos IV et le rétablissement de Ptolémée VI qui règne conjointement quelque temps avec son frère et leur sœur Cléopâtre II .

Mais les deux frères ne s’entendent pas et, en 163, Ptolémée VIII devient roi de Cyrénaïque [1] laissant l’Égypte à Ptolémée VI. Les relations entre les deux rois restent conflictuelles puisqu’en 154, Ptolémée VIII tente, en vain, d’enlever Chypre à son frère avec l’appui du sénat romain et en dépit de l’opposition de Caton l’Ancien partisan de Ptolémée VI. Fait prisonnier par son frère lors de cette tentative, il est épargné et renvoyé en Cyrénaïque.

À la mort de Ptolémée VI, tué sur l’Oronte en 145 dans sa lutte contre l’usurpateur du royaume de Syrie, Alexandre 1er Balas , Ptolémée VIII tente de s’emparer du trône d’Égypte. Il se voit opposer par sa sœur Cléopâtre II le fils qu’elle a eu de Ptolémée VI, Ptolémée VII Eupator.

Pour éliminer son neveu, encore jeune, Ptolémée VIII épouse la mère de celui-ci, Cléopâtre II, puis la fille de cette dernière et de son prédécesseur, sa nièce Cléopâtre III sans répudier la mère de cette dernière. Le jeune Ptolémée VII est assassiné selon certains auteurs le soir des noces de sa mère et de Ptolémée VIII.

En 131/130 Cléopâtre II parvient même à chasser Ptolémée VIII de sa capitale Alexandrie, dans une émeute où le feu est mis en partie au palais royal. Elle offre le trône à son gendre Démétrios II Nicator qui s’avance jusqu’à Péluse mais sans rien entreprendre de bien sérieux.

Pendant cette période trouble du pouvoir alexandrin, la Thébaïde [2] fait sécession sous le règne d’un souverain indigène se proclamant pharaon. Il prend le nom d’ Harsiésis, fils d’Osiris et gouverne la Haute Égypte pendant au moins 2 années.

Ptolémée VIII se réfugie à Chypre, avec Cléopâtre III, où de rage il fait assassiner le fils de 12 ans, Ptolémée Memphitis, qu’il a eu avec Cléopâtre II puis il expédie les morceaux démembrés à sa mère.

La reine possède le soutien des intellectuels et savants, nombreux à Alexandrie, qui n’oublient pas que l’une des premières décisions de Ptolémée VIII en 144 a été de chasser de nombreux savants d’Alexandrie dont le philologue Aristarque de Samothrace , ainsi qu’une partie de la population juive de la capitale.

Ptolémée s’appuie, chose nouvelle, sur la population autochtone, traditionnellement peu concernée par ces querelles intestines à la dynastie. Il reprend son trône en 129 et Cléopâtre se réfugie alors auprès de son gendre Démétrios II Nicator.

Elle ne retourne à Alexandrie qu’en 124, se réconciliant avec son frère et sa fille. Il semble que le mariage de la fille de Ptolémée VIII et de Cléopâtre III, Cléopâtre Séléné avec Antiochos VIII Gryphos ait servi de prétexte à cette réconciliation.

En 118 plusieurs décrets pris conjointement par Ptolémée VIII et les 2 Cléopâtre, dont un d’amnistie, semblent prouver qu’une accalmie s’est mise en place dans leurs relations.

Ptolémée VIII meurt en 116. Son fils Ptolémée IX lui succède.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Ptolémée VIII/ Portail de l’Égypte antique/ Chronologie des rois et pharaons/ Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 1071

Notes

[1] La Cyrénaïque est une région traditionnelle de Libye dont le nom provient de la Cyrénaïque antique, province romaine située autour de l’ancienne cité grecque de Cyrène. Ce territoire fait aujourd’hui partie de la Libye.

[2] La Thébaïde, était une région méridionale de l’Égypte antique. Son nom provient de sa capitale Thèbes. On comprend sous cette appellation, tantôt seulement les sept nomes de la Haute-Égypte (Tentyra, Coptos, Thèbes, Hermonthis, Latopolis, Apollinopolis Magna, Ombos), tantôt les huit qui forment la partie sud de la Moyenne-Égypte (Diospolis Parva, Abydos, This, Chemmis, Aphroditopolis, Antaeopolis, Hypselis, Lycopolis), ainsi que la Grande Oasis, qui sous les Romains formait aussi un nome. Sous les Ptolémées, la Thébaïde forma un district administratif dirigé par l’Épistratège de Thèbes, qui avait également la responsabilité de la navigation sur la mer Rouge et l’océan Indien. Sous l’Empire romain, Dioclétien créa la province de Thébaïde, contrôlées par les légions. Elle fut ultérieurement divisée en Thébaïde supérieure pour la moitié méridionale avec Thèbes pour chef-lieu, et Thébaïde inférieure pour la moitié septentrionale avec pour chef-lieu Ptolémaïs. La partie habitée de la Thébaïde était entourée à l’est et à l’ouest de déserts dans lesquels se retirèrent les premiers ermites et anachorètes chrétiens, comme saint Macaire, saint Pacôme, saint Antoine l’Ermite ; cela explique le sens de « lieu isolé et sauvage », servant de retraite, que le mot a pris en français dans la langue littéraire.