Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Aristée

lundi 23 août 2021 (Date de rédaction antérieure : 16 octobre 2014).

Aristée

Personnage de la mythologie grecque

Aristée par François-Joseph Bosio (1768–1845), musée du LouvreHéros, fils d’Apollon et de la nymphe Cyrène, associé au pastoralisme et à l’agriculture.

Il fut élevé par les nymphes [1] qui lui apprirent à cailler le lait, à cultiver les oliviers, et à élever des abeilles.

Amoureux de la Dryade Eurydice , il fut cause de sa mort, en la poursuivant le jour de ses noces avec Orphée.

Pour la venger, les nymphes, ses compagnes, firent périr toutes les abeilles d’Aristée. Sa mère Cyrène, dont il implora le secours afin de réparer cette perte, le mena consulter Protée, dont il apprit la cause de son infortune, et reçut ordre d’apaiser les mânes [2] d’Eurydice par des sacrifices expiatoires.

Docile à ses conseils, Aristée, ayant immédiatement immolé 4 jeunes taureaux et autant de génisses, en vit sortir une nuée d’abeilles qui lui permirent de reconstituer ses ruches.

Il épousa Autonoé, fille de Cadmos, dont il eut Actéon. Après la mort de ce fils déchiré par ses chiens, il se retira à Céos [3]. Puis il passa en Sardaigne [4] qu’il poliça le premier, ensuite en Sicile [5] où il répandit les mêmes bienfaits, et enfin en Thrace [6]Dionysos l’initia aux orgies.

Établi sur le mont Hémus [7] qu’il avait choisi pour son séjour, il disparut tout à coup pour jamais. Les dieux le placèrent parmi les étoiles, et, selon certains auteurs, il est devenu le signe du Verseau.

Les Grecs l’honorèrent depuis comme un dieu, surtout en Sicile. Il fut une des grandes divinités champêtres, et les bergers lui rendaient un culte particulier.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Aristée/ Portail de la mythologie grecque/ Titans grecs

Notes

[1] Dans la mythologie grecque et romaine, les nymphes sont des divinités subalternes, membres d’un large groupe d’esprits de sexe féminin associé à la nature. De fait, les nymphes personnifient les activités créatives et productives de la nature. Elles sont quelquefois liées à un lieu ou un élément particulier, et pouvaient faire l’objet d’un culte local. Elles accompagnent parfois d’autres divinités, dont elles forment le cortège.

[2] Nom que les anciens Romains donnaient aux âmes des défunts.

[3] île de la mer Égée, alors désolée par une peste qu’il fit cesser en offrant aux dieux des sacrifices

[4] La Sardaigne est une île de la mer Méditerranée et une région italienne, qui se trouve à l’ouest de l’Italie continentale, au sud de la Corse. Son chef-lieu est la ville de Cagliari. Lorsque l’affaiblissement de l’Empire romain se propage jusqu’à l’île, cela a pour conséquence l’abandon progressif des terres agricoles et des côtes, ainsi qu’une perte de dynamisme notable de la démographie. Abandonnée à elle-même et sans défense, la Sardaigne est occupée et subit les razzias durant quelque 80 ans (vers 460-530) par les Vandales d’Afrique qui, défaits sous Justinien, laissent l’île sous la domination de Byzance.

[5] La Sicile est la plus grande île méditerranéenne. À partir du 2ème millénaire av. jc, l’île est occupée par trois peuples : les Sicanes, les Sicules et les Élymes. À partir du 8ème siècle av. jc, les Phéniciens fondent des comptoirs commerciaux en Sicile. Ceux-ci, souvent établis sur des promontoires ou des îles voisines de la côte, sont concentrés à la pointe nord-occidentale comme Palerme, Solonte ou Motyé. La Sicile fut ensuite gouvernée par des princes appelés tyrans dont les Denys l’Ancien et Denys le Jeune.

[6] La Thrace désigne une région de la péninsule balkanique partagée entre la Grèce, la Bulgarie et la Turquie ; elle doit son nom aux Thraces, la peuplade qui occupait la région dans l’Antiquité. Au 21ème siècle, la Thrace fait partie, à l’ouest, de la Grèce, Thrace occidentale, au nord, de la Bulgarie et, à l’est, de la Turquie, Thrace orientale.

[7] Le Grand Balkan, est une chaîne de montagnes des Balkans située en Bulgarie et Serbie, orientée est-ouest et traversant tout le centre du pays, de la mer Noire jusqu’à la frontière occidentale. Elle a été connue sous les noms de Aimos en grec et Haemus en latin. Son point culminant est le pic Botev (2 376 m). Le nom actuel est d’origine turque.