Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 11ème siècle > Maurille de Rouen dit Saint Maurille

Maurille de Rouen dit Saint Maurille

samedi 11 octobre 2014

Maurille de Rouen dit Saint Maurille (mort en 1067)

Archevêque de Rouen

Maurille de Rouen dit Saint Maurille Archevêque de RouenIssu d’une famille noble. Il fait ses premières études à Reims, et les poursuit à Liège. Il passe ensuite en Saxe où il est écolâtre [1] de l’église d’Halberstadt [2]. Souhaitant se retirer de la société, il se rend en Normandie, où il se fait moine à l’abbaye de Fécamp avant 1030.

Désirant davantage de solitude et de pénitence, il se retire pour tenter une vie érémétique en Italie, où il rencontre Gerbert, futur abbé de Saint-Wandrille [3]. Il y est remarqué par le seigneur du pays, le marquis Boniface qui le désigne abbé de Sainte-Marie, à Florence. Il n’y restera que peu de temps, car en tentant de rétablir la règle, il se heurte à l’hostilité des moines, qui tentent de l’empoisonner. Il revient à Fécamp où il reprend sa vie de moine.

Au synode de Lisieux en 1055 qui dépose Mauger , le duc Guillaume le propose comme archevêque de Rouen.

Il dédicace en 1055 ou peu après la collégiale d’Auchy à la demande d’ Adelaïde, comtesse d’Aumale .

C’est sur son conseil que Robert, comte d’Eu, fonde en 1059 l’abbaye Saint-michel du Tréport [4]. Il se voit restitué les droits sur l’archidiaconé du Vexin entre 1055 et 1062 par Gautier III de Vexin. Il cède à Raoul IV de Vexin de son vivant la terre de Gisors, domaine de la cathédrale, et qui reviendra sous son successeur en 1075.

Il conseille Anselme, élève de Lanfranc, qui porte des doutes sur sa vie de devenir moine du Bec, ce qu’il sera en 1060. En 1061, il préside à Caen un concile provincial pour mettre un terme aux guerres privées, la Trêve de Dieu y est imposée sous peine d’excommunication. Maurille participe aux États généraux de Normandie à Lillebonne, où est prise la décision de l’expédition en Angleterre pour récupérer la couronne qui revenait de droit à Guillaume. Il consacre également les églises abbatiales de Fécamp et le 1er juillet 1067, celle de Jumièges.

il relance les travaux de la cathédrale de Rouen. Il achève le chantier ainsi que la reconstruction de la nef. Il procède à sa dédicace le 1er octobre 1063, en présence du duc Guillaume. C’est à cette époque que sont transférés dans la cathédrale les corps de Rollon et de Guillaume Longue-Épée.

Il meurt le 9 août 1067 et est enterré en haut de la nef de la cathédrale.

Saint-Maurille est le premier archevêque de Rouen dont le tombeau peut être localisé dans la cathédrale, près de la croisée de transept de la cathédrale actuelle, soit près de la cathédrale qu’il achève.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Pierre Bouet et François Neveux, Les évêques normands du XIe siècle : Colloque de Cerisy-la-Salle (30 septembre - 3 octobre 1993), Caen, Presses universitaires de Caen,‎ 1995,

Notes

[1] L’écolâtre était, au Moyen Âge, le maître de l’école monastique ou de l’école cathédrale. La fonction était importante et nombreux furent les écolâtres qui devinrent écrivains de renom, théologiens, ou évêques, voire pape.

[2] Halberstadt est une ville allemande. Elle est située dans l’ouest du land de Saxe-Anhalt et est le chef-lieu de l’arrondissement de Harz. Au Moyen Âge, l’ancienne ville hanséatique était un important centre économique et son activité principale était le commerce des étoffes et du lin. Elle fut évêché de 804 à 1648

[3] L’abbaye Saint-Wandrille, anciennement abbaye de Fontenelle, est une abbaye bénédictine de la congrégation de Solesmes située sur la commune de Saint-Wandrille-Rançon, dans le département de la Seine-Maritime, en Haute-Normandie. Fondée en 649, l’abbaye a connu une longue histoire marquée par trois grandes périodes de saccages et de destructions : celles liées aux incursions des Vikings, puis celles engendrées par les guerres de religion, et enfin celles consécutives à la Révolution française. C’est encore aujourd’hui une abbaye de moines bénédictins.

[4] L’abbaye Saint-Michel du Tréport fut fondée en 1036 par le deuxième comte d’Eu : Robert 1er et sa femme Béatrix avec l’approbation du Duc de Normandie : Guillaume le Bâtard , le futur Conquérant et roi d’Angleterre. Dédiée à Saint Michel l’Archange, elle fut le rempart oriental de la Normandie, face à la Picardie.