Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Alcmène

vendredi 12 décembre 2014 (Date de rédaction antérieure : 25 novembre 2013).

Alcmène

La mythologie grecque fait d’Alcmène la fille d’ Électryon , roi de Mycènes [1], et d’Anaxo. Épouse d’Amphitryon, elle fut aimée de Zeus, qui la trompa en s’offrant à elle sous les traits de son époux.

Comme elle était sur le point de devenir mère, Zeus, en présence des dieux, jura que le fils qui, ce jour-là, naîtrait de son sang, régnerait sur tous les peuples d’alentour. Alors Héra, dans ses jaloux ressentiments contre Alcmène, retarda de 7 jours sa délivrance, et avança d’autant la naissance d’Eurysthée, fils de Nicippe, qui obtint ainsi la prééminence destinée à Héraclès. Alcmène donna enfin le jour à deux jumeaux, Héraclès et Iphiclès.

Après la mort d’Amphitryon, elle épousa Rhadamante , l’un des juges des Enfers et fils de Zeus.

Lorsqu’elle mourut Zeus la fit conduire par Hermès aux îles des Bienheureux. Elle était révérée à Thèbes à Haliarte et à Athènes.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Imago Mundi/encyclopédie/ Alcmène

Notes

[1] Mycènes est une cité antique préhellénique située sur une colline au nord-est de la plaine d’Argos, dans le Péloponnèse, et entourée de murs cyclopéens (assemblage de blocs énormes). Selon la mythologie grecque, Mycènes est fondée par Persée suite au meurtre accidentel d’Acrisios, roi d’Argos. Alors que la ville lui revient légitimement, Persée préfère céder cette royauté à Mégapenthès, neveu du défunt, et part fonder une nouvelle ville, qu’il baptise « Mycènes » soit en allusion au pommeau de son épée, soit en allusion au champignon qu’il trouve sur place. Des traditions concurrentes évoquent une Mycène, fille d’Inachos ou encore un Mycénée, petit-fils de Phoronée. Mycènes est le royaume du héros homérique Agamemnon, chef des Achéens lors de la guerre de Troie. Homère la décrit comme chère à Héra et « riche en or ». La richesse de la ville est en effet proverbiale dès l’Antiquité.