Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Épaminondas

mercredi 20 mai 2020 (Date de rédaction antérieure : 31 juillet 2011).

Épaminondas (vers 418 av. jc- 362 av. jc

Homme d’État et général thébain

Né à Thèbes [1], il est issu d’une famille noble mais modeste. Il avait un frère et une sœur. Ses parents étaient encore en vie au temps de la bataille de Leuctres [2] en 371 av.jc.

Son père Polymnis a recueilli pendant un temps Lysis de Tarente, alors en exil à Thèbes à la suite du massacre des écoles pythagoriciennes [3] de Sicile en 440. Le jeune Épaminondas a donc bénéficié d’une éducation de très grande qualité. Cette éducation pythagoricienne influencera plus tard le jeune général.

Dès avant 382, il se distingue par sa bravoure au combat en sauvant de la mort Pélopidas , qui deviendra son ami.

Avec l’occupation spartiate de 382 à 378, Epaminondas perd beaucoup de ses amis partis se réfugier à Athènes et est l’un des rares démocrates à rester à Thèbes. C’est là qu’il encourage les jeunes Thébains à lutter contre les soldats spartiates. Dès 379 et la libération de la Cadmée [4], il mène les hommes au combat pour bouter hors des murs l’étranger.

La liberté se paye cher, et les Thébains l’apprennent vite, ceux qui les avaient soutenus, Athènes, les laissent tomber du jour au lendemain, et c’est seuls qu’ils doivent affronter le tyran de la Grèce. Sparte envoie successivement en 378, 377 et 376 ses 2 rois Cléombrote II et Agésilas II combattre la cité rebelle. Mais la cité, pleine de vigueur, ne se laisse pas faire, et ce, malgré la trahison de nombreuses cités voisines, Thespies [5], Tanagra [6].

Au cours de ces campagnes de 378 à 376, Epaminondas, devenu rapidement béotarque [7], mène les troupes aux côtés de son ami Pélopidas et de Gorgidas le fondateur du Bataillon Sacré [8]. D’abord vainqueur dans une guerre de guérilla, il gagne ensuite sur le champ de bataille même quand ses troupes sont en infériorité numérique à Tégyres [9] et Orchomène [10] en 375. Pour punir les trahisons de Tanagra, Platées [11] qui a rejoint Athènes et Thespies, on décide de raser ces villes.

En 371, Sparte [12] piétine sur les fronts thébain et athénien et propose une paix commune. Thèbes accepte de jurer la paix mais uniquement si elle le fait au nom de tous les Béotiens, ce qui revient pour Athènes et Sparte à reconnaître l’hégémonie de Thèbes sur la Béotie. Agésilas, roi de Sparte, refuse et exige que Thèbes reconnaisse l’indépendance de la Béotie. Épaminondas rétorque qu’il le fera si Sparte reconnaît celle de la Laconie [13]. Furieux, les Spartiates se lancent dans une grande invasion de la Béotie, menée par le roi Cléombrote II.

Épaminondas parvient à convaincre ses collègues de livrer bataille malgré leur infériorité numérique. C’est la bataille de Leuctres. Il désorganise les lignes spartiates grâce à un premier assaut de cavalerie, puis déploie à nouveau sa phalange en concentrant toutes ses forces sur le côté gauche, côté où sont concentrés les troupes d’élite de Sparte. Ses troupes 7 fois plus nombreuses enfoncent de manière décisive les lignes ennemies et font perdre à Sparte le tiers de ses citoyens, dont le roi Cléombrote en personne et bon nombre de soldats d’élite qui composaient la garde royale personnelle.

Cet écrasant succès permet à Épaminondas d’adopter une politique plus ambitieuse. Mettre fin à l’hégémonie de Sparte et la remplacer par celle de Thèbes. L’assassinat de Jason de Phères en 370, l’inquiétant voisin de Thèbes, supprime un obstacle important. Thèbes s’allie aux cités de Grèce centrale, les Phocidiens [14], les Locriens [15], les Acarnaniens [16] et les Eubéens [17]. Elle lance une grande offensive contre le Péloponnèse [18] à la fin de 370, malgré l’hiver et le fait que les béotarques [19] soient en fin de mandat.

Épaminondas pille la Laconie, mais face à la tactique de guérilla du roi Agésilas II, renonce à attaquer Sparte elle-même. Il se replie sur la Messénie [20] et libère les Hilotes [21] messéniens. Il fait bâtir une cité autour de l’Ithôme [22], forteresse historique des guerres de Messénie, la fortifie, et invite tous les Messéniens exilés en Grèce ou en Grande Grèce à rentrer. La nouvelle ville, Messène [23], considère le Thébain comme son œciste [24].

En rentrant à Thèbes, c’est pourtant un procès qui attend Épaminondas et Pélopidas, on les accuse d’avoir outrepassé leurs fonctions. Rapidement, le procès tourne au triomphe pour les 2 généraux. Tandis que Pélopidas se tourne vers la Thessalie [25], sous le joug des tyrans successeurs de Jason, avec des succès mitigés, étant même capturé en 368 par le tyran Alexandre, puis se porte jusqu’en Macédoine, les troupes macédoniennes aidant les tyrans thessaliens, Epaminondas dirige son attention sur l’isthme de Corinthe [26] à l’hiver 370-369, dans le but d’assurer les communications entre Thèbes et ses alliés péloponnésiens, mais échoue devant Corinthe [27], restée fidèle à Sparte et défendue par l’Athénien Chabrias. En 365, il leur extorque tout de même une paix où la cité reconnaît l’indépendance de la Messénie.

Sur mer, Épaminondas cherche à établir son hégémonie contre Athènes. Il fait voter par l’Assemblée la construction d’une nouvelle flotte de cent trières [28], prête en 364. Il veut séparer Byzance [29], Chios [30] et Rhodes [31] de la Confédération athénienne, et ainsi former une flotte capable de rivaliser avec Athènes. Pourtant, les résultats obtenus sont maigres. Après 363, on entend rarement parler des trières thébaines.

En 364, les Arcadiens [32], avec lesquels les relations devenaient tendues, envahissent l’Élide [33] et font main basse sur le trésor sacré d’Olympie [34]. Mantinée [35], adversaire de Thèbes, proteste et obtient gain de cause auprès de l’assemblée des Dix-Mille, qui régit l’Arcadie. Or, le traité entre l’Arcadie et Thèbes interdit une paix séparée. Épaminondas est envoyé pour ramener Mantinée au pas.

Celle-ci fait appel à Sparte, qui envoie une armée commandée par Agésilas. La bataille a lieu en 362 sur la plaine de Mantinée. Les Thébains enfoncent les lignes spartiates grâce à leur tactique habituelle et remportent la bataille, mais Épaminondas trouve la mort au cours du combat et Thèbes ne saura pas exploiter ce succès.

Notes

[1] Thèbes est une ville grecque de Béotie, siège d’un dème. Elle fut dans l’antiquité l’une des principales cités de Grèce, et était liée à de très nombreux mythes antiques.

[2] La bataille de Leuctres (un lieu-dit de Béotie, situé au sud-ouest de Thèbes, non loin de Thespies) a lieu le 6 juillet 371 av. jc, et voit la victoire des Thébains, conduits par le béotarque Épaminondas, qui infligent une sévère défaite aux Spartiates du roi Cléombrote II.

[3] L’école pythagoricienne est une école philosophique de l’Antiquité fondée par Pythagore (580 - 490 avant jc). Elle dure neuf ou dix générations. Les derniers pythagoriciens sont Xénophile, Phanton de Phlionte, Échécrate, Dioclès et Polymnastos.

[4] La Cadmée est la citadelle de la cité grecque de Thèbes, l’acropole thébaine. Son fondateur légendaire est Cadmos, fils d’Agénor (roi de Tyr en Phénicie), parti en vain à la recherche de sa sœur Europe enlevée par Zeus sous la forme d’un Taureau. En 382 av. jc, le Spartiate Phoibidas, dans le cadre des opérations lacédémoniennes en Chalcidique, se détourne de sa route et prend d’assaut la Cadmée, avec la complicité de Léontiadès, chef de la faction laconophile de Thèbes. Sparte installe une garnison dans la cité, dont le gouvernement est assumé par une oligarchie composée de Léontiadès et de ses amis. Après la défaite de Chéronée en 338 av.jc face à Philippe II de Macédoine, cette citadelle sera occupée par une garnison macédonienne.

[5] Thespies était une cité grecque de Béotie située entre Thèbes et le mont Hélicon. Un festival littéraire s’y tenait tous les 4 ans. Elle était également renommée pour le culte rendu à Éros.

[6] Tanagra est une ancienne cité grecque de Béotie, située non loin de Platées, à 20 km de Thèbes, près de la frontière avec l’Attique. Elle est rasée par sa voisine Thèbes dans les années 370-360, puis reconstruite.

[7] général

[8] Le Bataillon sacré était un corps d’élite, peut-être mythique, de l’armée thébaine, dans la Grèce antique. Il est parfois appelé légion thébaine, bien que cette expression désigne plus couramment une légion mentionnée par le martyrologe chrétien

[9] Tégyres est le nom d’une bourgade de Béotie orientale, située à environ cinq kilomètres au nord du lac Copaïs, à l’emplacement de l’actuelle Pyrgos (Béotie), près d’Orchomène. Elle est célèbre à cause de la bataille remportée en 375 av. jc par les Thébains sur les Spartiates.

[10] Orchomène de Béotie, à bien distinguer d’Orchomène d’Arcadie, est une ancienne cité grecque de Béotie, sur le fleuve Céphise, au nord de la plaine du lac Copaïs où le fleuve débouchait.

[11] Platées ou Platée est une cité de Béotie sur le versant nord du Cithéron, au sud-ouest de Thèbes, qui a joué un rôle important lors des guerres médiques. Au 6ème siècle av. jc, Platées est l’une des cités béotiennes qui préfèrent l’alliance avec Athènes à la domination de Thèbes au sein de la première confédération béotienne. Près d’un millier de ses citoyens participent à la bataille de Marathon aux côtés d’Athènes en 490 av. jc. En 479 av. jc les Grecs dirigés par le Lacédémonien Pausanias et par l’Athénien Aristide battent complètement le général perse Mardonios lors de la dernière grande bataille terrestre des guerres médiques, la bataille de Platées. Tout au long du 5ème siècle av. jc, les Platéens défendent avec acharnement leur indépendance contre la volonté hégémonique de Thèbes alliée de Sparte. Au cours de la guerre du Péloponnèse, ils soutiennent un siège héroïque de 3 ans entre 429 et 427 av. jc, et ne se rendent que contraints par la famine. Sparte fait raser la ville et de nombreux Platéens se réfugient à Athènes où ils reçoivent le droit de cité. La paix d’Antalcidas en 386 av. jc les autorise, du moins leurs descendants, à rebâtir leur cité mais celle-ci est de nouveau détruite par Thèbes en 373 av. jc et ses habitants connaissent un nouvel exil à Athènes.

[12] Sparte était une ville-état de premier plan dans la Grèce antique . Dans l’Antiquité, la ville-état était connue sous le nom de Lacedaemon, tandis que le nom de Sparte désignait son établissement principal sur les rives de la rivière Eurotas en Laconie, dans le sud-est du Péloponnèse. Vers 650 av. jc, elle est devenu la puissance terrestre militaire dominante dans la Grèce antique. Compte tenu de sa prééminence militaire, Sparte fut reconnu comme le chef de file des forces grecques combinées pendant les guerres gréco-perses. Entre 431 et 404 av. jc, Sparte fut le principal ennemi d’ Athènes pendant la guerre du Péloponnèse

[13] La Laconie est une région historique de Grèce, située à l’extrême sud-est de la péninsule du Péloponnèse. De nos jours, la Laconie est un district régional de la périphérie de la Péloponnèse, entre la Messénie et l’Arcadie, dont la capitale est Sparte. C’est une longue vallée, entourée par des montagnes (Taygète, Parnon) sur trois de ses côtés, et débouchant sur la mer (golfe de Laconie) par le dernier.

[14] La Phocide est une région de Grèce centrale, à l’ouest de la Béotie, qui tire peut-être son nom des phoques du golfe de Corinthe, aujourd’hui disparus de la région. Dans l’Antiquité, la Phocide, initialement peuplée de Pélasges, s’enrichit de diverses populations grecques : Achéens, Ioniens, Doriens. Elle reçoit beaucoup de visiteurs et prospère grâce à la présence de l’oracle de Delphes. Neutre au début des guerres médiques, elle finit par rejoindre Athènes. Pendant la guerre du Péloponnèse en revanche, c’est une alliée de Sparte. Intégrée dans la ligue de Corinthe, elle devient comme ses voisines un satellite de la Macédoine, puis subit une invasion celtique avant de rejoindre ensuite la ligue étolienne. 146 ans avant notre ère, elle devient un État satellite des Romains et perd progressivement son autonomie pour être intégrée dans la province d’Achaïe.

[15] La Locride est une ancienne région de Grèce centrale. Elle fut divisée en deux parties, la Locride orientale et la Locride occidentale, par les Phocidiens d’origine dorienne au 12ème siècle av jc

[16] L’Acarnanie est une région occidentale de la Grèce antique, délimitée au nord par le golfe Ambracique, à l’ouest et au sud-ouest par la mer Ionienne. À l’est, le fleuve Achéloos la sépare de l’Étolie.

[17] L’Eubée est la plus grande des îles de la mer Égée, située en face de l’Attique et de la Béotie, dont elle est séparée par le détroit de l’Euripe. La période archaïque est considérée comme celle de l’apogée de l’Eubée et de ses cités Chalcis et Erétrie. Puissantes, elles participèrent à la vague de colonisation grecque. Après les guerres médiques, Eubée est totalement soumise aux Athéniens, la ville italienne de Cumes et Naxos en Sicile, deviennent des colonies de Chalcis.

[18] Le Péloponnèse est une péninsule grecque, qui couvre 21 379 km². Elle a donné son nom à la périphérie du même nom qui couvre une part importante de la péninsule, regroupant cinq des sept nomes modernes qui la divisent. Seuls deux nomes (l’Achaïe et l’Élide) situés au nord-ouest de celle-ci sont rattachés à la périphérie de Grèce-Occidentale.

[19] Un béotarque est un magistrat de la Confédération béotienne. Les béotarques, théoriquement élus chacun par un district de la Confédération pour un an, forment un collège exerçant le pouvoir exécutif et assumant le commandement de l’armée fédérale. Leur nombre a varié au cours de l’histoire, passant de 11 à 7. Ils représentent également la Béotie dans les relations entre cités, reçoivent et envoient des ambassadeurs. Au 4ème siècle, la confédération est dissoute après la guerre de Corinthe en 394, puis une nouvelle fois en 382 (prise de la Cadmée). Elle est reformée 3 ans plus tard après la libération de Thèbes en 379.

[20] La Messénie est une région au sud-ouest de la péninsule du Péloponnèse en Grèce. Elle constitue un district régional de la périphérie du Péloponnèse, dont la capitale est Kalamata.

[21] Dans la Grèce antique, les Hilotes ou Ilotes sont une population autochtone de Laconie et de Messénie asservie aux Spartiates, qu’ils font vivre. Leur statut s’apparente à celui des serfs du Moyen Âge : attachés à la terre, ils sont la propriété de l’État lacédémonien. Ils ne sont donc pas des esclaves-marchandises, qui existent par ailleurs mais qui sont plutôt rares. L’hilotisme se rencontre également dans d’autres sociétés grecques, comme la Thessalie, la Crète ou la Sicile.

[22] L’Ithômé ou Ithôme est une montagne culminant à 805 mètres, dominant la plaine de Messénie (Grèce), sur laquelle était bâtie une forteresse antique ayant joué un rôle important au cours des guerres de Messénie. La montagne toute proche était consacrée à Zeus Ithomatas, et comportait un autel en son sommet. Elle joua un rôle important dans la première guerre de Messénie (8ème siècle av. jc) livrée entre Sparte et les Messéniens. La forteresse est alors la dernière défense de ces derniers, et ne se rend qu’au terme d’un siège héroïque. Aussitôt prise par les Spartiates, la forteresse est rasée. Par la suite, l’Ithômé joua un rôle symbolique important dans l’histoire des Hilotes messéniens. Ainsi, quand ils se révoltèrent en 464 av. jc, les Hilotes se réfugièrent sur l’Ithômé, où ils résistèrent pendant 10 ans. Au cours du 4ème siècle av. jc, le général thébain Épaminondas libéra la Messénie du joug spartiate et la proclama indépendante. Une ville, Messène, fut fondée en contrebas du mont Ithomé, et la forteresse en constitua désormais l’acropole.

[23] Messène est une cité de la Grèce classique, en Messénie, dans le sud-ouest du Péloponnèse, située dans l’actuel dème de Messini. Elle fut la cité des Hilotes, qui furent réduits en esclavage par les Spartiates. Au 4ème siècle av. jc, le général thébain Épaminondas, entrant dans Sparte, libéra les Hilotes, qui fondèrent alors une nouvelle Messène, en 369 av. jc. Messène est célèbre pour ses murailles, parmi les plus grandes de toute la Grèce classique.

[24] fondateur

[25] La Thessalie est une région historique et une périphérie du nord-est de la Grèce, au sud de la Macédoine. Durant l’antiquité cette région a, pour beaucoup de peuples, une importance stratégique, car elle est située sur la route de la Macédoine et de l’Hellespont. Elle possédait un important port à Pagases. Le blé et le bétail sont les principales richesses de la région et une ressource commerciale vitale. La Thessalie est aussi l’une des rares régions de Grèce où l’on peut pratiquer l’élevage des chevaux, d’où l’importante cavalerie dont disposaient les Thessaliens.

[26] L’isthme de Corinthe est une bande de terre reliant le Péloponnèse à l’« Hellade », c’est-à-dire la Grèce continentale. Il est baigné par la mer Ionienne (golfe de Corinthe) à l’ouest et la mer Égée (golfe Saronique) à l’est. En son point le plus étroit, l’isthme mesure 6 km de large. Depuis la fin du 19ème siècle, il est percé par le canal de Corinthe, projet dont les premiers plans remontent à l’Antiquité.

[27] Corinthe était l’une des plus importantes cités de la Grèce antique, située dans les terres au pied de son acropole, l’Acrocorinthe. Elle abritait autrefois un célèbre temple d’Aphrodite.

[28] Une trière ou trirème, est une galère de combat antique, développée à partir de la pentécontère. Plus court que son prédécesseur, c’est un navire équipé d’une voile dans lequel prennent place 170 rameurs étagés sur trois rangs, d’où son nom. Léger et agile, il permet le développement de la manœuvre d’éperonnage grâce au rostre de bronze monté sur sa proue, technique qui donne lieu aux premières batailles à caractère réellement naval.

[29] Byzance est une ancienne cité grecque, capitale de la Thrace, située à l’entrée du Bosphore sous une partie de l’actuelle Istanbul. La cité a été reconstruite par Constantin 1er et, renommée Constantinople en 330, elle est devenue la capitale de l’Empire romain, puis de l’Empire romain d’Orient et enfin de l’Empire ottoman à partir de 1453 date de la prise de la ville par les Turcs. Elle fut rebaptisée Istanbul en 1930.

[30] Chios ou Chio île et municipalité grecque de la mer Égée, proche de la Turquie dont elle est séparée par un détroit de 8 kilomètres seulement. Chios est réputée pour être le lieu de naissance d’Homère.

[31] Rhodes est une île grecque, la plus grande île du Dodécanèse. Elle est située au sud-est de la mer Égée, à 17,7 km de la Turquie, entre la Grèce et l’île de Chypre. Le colosse de Rhodes, l’une des sept merveilles du monde, était une statue gigantesque, traditionnellement située à l’entrée du port de la ville de Rhodes.

[32] L’Arcadie est une région de la Grèce située au centre de la péninsule du Péloponnèse. Son relief est très montagneux, surtout au nord et elle est baignée à l’est par la mer Égée. Tirant son nom du personnage mythologique Arcas. L’Arcadie était un pays de villages, qui n’a jamais eu un poids fort dans la politique grecque. Mantinée et Tégée furent pourtant mêlées à l’expansion spartiate, principalement au 5ème siècle av.jc. Pendant longtemps l’Arcadie n’eut pas de gouvernement central : plus tard, Sparte ne pouvant plus s’y opposer, Megalopolis, capitale de toute l’Arcadie, fut bâtie en 370 avant jc. Ce pays fut d’abord gouverné par des rois,

[33] L’Élide est une région de la Grèce, située à l’Ouest de la péninsule du Péloponnèse sur la mer Ionienne entre la Messénie et l’Achaïe. À l’époque antique, la capitale de l’Élide était Élis. Le sanctuaire sacré d’Olympie, près de la ville de Pyrgos, se trouvait sur son territoire.

[34] Olympie est un centre religieux de la Grèce, dans le Péloponnèse, plus précisément dans une petite plaine de l’Élide, sur la rive droite de l’Alphée et au pied du Mont Cronion, et tout à proximité de la petite cité moderne d’Olympie, à environ 18 km de la ville de Pyrgos et de la mer Ionienne. À l’emplacement du site était l’Altis, un bois sacré, et l’Autel de Zeus. Le stade lui-même était au milieu d’un bois d’oliviers sauvages. Le site d’Olympie a accueilli les Jeux olympiques durant l’Antiquité, et aujourd’hui encore la flamme olympique y est allumée quelques mois avant la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques modernes.

[35] Mantinée, Ptolis à l’époque de Pausanias, est une petite cité-État grecque antique, située au sud-est de l’Arcadie. Elle est le résultat de l’unification de cinq villages (synécisme) vers le 6ème siècle av. jc. Mantinée est détruite par la ligue achéenne, mais renaît de ses ruines sous le nom d’Antigonée, du nom du roi de Macédoine, chef de la ligue. C’est sous ce nom qu’elle devient, au 2ème siècle av. jc, une alliée romaine. Ce fut la seule cité grecque à prendre le parti d’Octave avant la bataille d’Actium, et bien lui en prit. Au cours de cette période, trois grandes batailles eurent lieu à Mantinée : celle du 5ème siècle, celle du 4ème siècle et celle du 3ème siècle avant notre ère. Elle resta romaine tandis que l’Empire évoluait en un État oriental, grec et chrétien, avant de disparaître au 6ème siècle ou au 7ème siècle à la suite de l’invasion slave du Péloponnèse.