Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 100 av.jc à 1 de notre ère > Caius Licinius Verrès dit Verrès

Caius Licinius Verrès dit Verrès

lundi 29 juillet 2013, par lucien jallamion (Date de rédaction antérieure : 30 juillet 2011).

Caius Licinius Verrès dit Verrès (120 av. jc-43 av. jc)

Homme politique romain

En 85-83 av jc il est questeur en Gaule cisalpine [1] ou il abandonne son consul Gnaeus Papirius Carbo, opposant de Sylla, en disgrâce politique et lui vole la caisse de l’armée dont il avait la charge. Puis il se met au service de Sylla qui étrangement ne le poursuivra pas pour ce vol.

En 80 av jc il est légat en Cilicie [2], en Asie mineure, puis en Grèce, pendant le mandat du consul Gnaeus Cornelius Dolabella, il commença alors sa carrière de pilleur de temples et de patrimoines, publics et privés. En 78 av jc Dolabella est accusé de concussion, trahi par Verrès qui déposa contre lui.

Il se fit élire préteur en 74 av jc, où il continua ses exactions, pillages et détournements. Il fut propréteur [3] de Sicile, pendant 3 ans. Pendant son mandat, il écrasa les villes d’impôts illégaux, il s’appropria toutes les œuvres d’art de la province romaine. Mais les Siciliens ne se laissèrent pas faire et déposèrent une plainte contre lui en 70 av jc. Ils refusèrent l’avocat officiel et firent appel à Cicéron. Celui ci saisit l’affaire, y voyant une bonne occasion de se faire un nom, Verrès fut défendu par Quintus Hortensius Hortalus.

Cicéron fit une brève introduction puis passa tout de suite à l’audition des témoins. Les témoignages étaient si accablants que Verrès s’enfuit en exil à Marseille et fut condamné par contumace à verser aux Siciliens 40 millions de sesterces.

Il fut assassiné en 43 av jc, sur ordre d’Antoine, qui voulait s’approprier quelques œuvres d’art de ce collectionneur typique de la gestion scandaleuse des provinces à la fin de la République romaine.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de encyclopédie Larousse/ personnage /Verrès et Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 1377

Notes

[1] La Gaule cisalpine correspondait essentiellement à la plaine du Pô en Italie du Nord. Elle était ainsi nommée par les Romains de par sa position en deçà des Alpes par opposition à la Gaule Transalpine s’étendant au-delà.

[2] La Cilicie est une ancienne province romaine située dans la moitié orientale du sud de l’Asie Mineure en Turquie. Elle était bordée au nord par la Cappadoce et la Lycaonie, à l’est par la Pisidie et la Pamphylie, au sud par la Méditerranée et au sud-est par la Syrie. Elle correspond approximativement aujourd’hui à la province d’Adana : région comprise entre les monts Taurus, les monts Amanos et la Méditerranée. Vers 27, sous l’empereur Tibère, la Cilicie est rattachée à la province de Syrie. Certaines parties de la région restent néanmoins dirigée par des souverains locaux jusqu’à l’annexion complète par Vespasien en 74. La province est suffisamment importante pour qu’un proconsul y soit nommé.

[3] Un propréteur est le nom donné à ceux qui ont exercé la charge de préteur pendant un an, et plus tard à ceux qui dirigent les provinces avec l’autorité de préteur. Il s’agit d’une prorogation de leur pouvoir, c’est une promagistrature. Sous la République romaine, les préteurs, comme les consuls, sont élus par le peuple romain assemblé en comices ; à l’issue de leur charge, ils peuvent devenir propréteurs, ou gouverneurs, de provinces, pour un mandat de un an. On retrouve le premier propréteur en 241 av. jc, et la fonction se généralise les 2 siècles suivants, jusqu’à ce que Sylla rende obligatoire aux anciens magistrats ayant eu l’imperium de servir dans une province comme gouverneur pour un an.