Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 17ème siècle > Claude Gellée dit le Lorrain

Claude Gellée dit le Lorrain

samedi 29 octobre 2022, par lucien jallamion (Date de rédaction antérieure : 12 novembre 2012).

Claude Gellée dit le Lorrain (1602-1682)

Peintre et dessinateur

Claude Gellée dit le Lorrain Peintre et dessinateur

D’origine paysanne, il est né à Chamagne [1], près de Mirecourt dans les Vosges. Orphelin à 12 ans, démuni et probablement illettré, il rejoint l’atelier de son frère, graveur sur bois, à Fribourg-en-Brisgau [2].

De 1612 à 1625, il séjourne à Rome et à Naples [3] pour apprendre le métier de peintre. Il entre comme valet, puis élève et enfin assistant dans l’atelier du peintre paysagiste Agostino Tassi .

En 1625, il revient à Nancy [4] et travaille dans l’atelier du peintre Claude Deruet pour les ducs de Lorraine [5] jusqu’en 1627. Il quitte alors la Lorraine, qui va connaître les ravages de la guerre de Trente Ans [6] pour s’installer définitivement à Rome.

Travaillant avec Swanevelt, il se spécialise dans les paysages, s’inspirant des peintres d’Europe du Nord.

De 1626 à 1630, il peint des fresques pour le palais Muti à Rome et travaille beaucoup pour la noblesse romaine, grâce à l’appui du pape Urbain VIII. Ses paysages sont très appréciés, en particulier du roi d’Espagne et du prince Colonna

Vers 1659, sous l’influence d’ Annibal Carrache , il se lance dans des compositions de paysages imaginaires à sujets mythologiques ou historiques où l’on retrouve les jeux du soleil, de l’eau et d’architectures grandioses de ports et de palais. Il devient avec Poussin la référence des paysagistes classiques.

Quelques Français, comme Philippe de Béthune ou Liancourt compte parmi ses admirateurs, de sorte que les collections royales, à la fin du siècle, posséderont un certain nombre de ses paysages. Ce seront les Anglais qui, dès la fin du 17ème siècle et au 18ème, s’engoueront du peintre et accapareront la plus grande partie de ses toiles.

Il semble bien que son éducation soit restée assez rudimentaire ; mais le milieu romain lui a offert beaucoup mieux : un savoir diffus qui lui venait des amis, des conversations, des exemples, des monuments et même des paysages, une culture vécue au quotidien sur le mode poétique. D’où ce curieux mélange, propre à l’art de Claude, d’érudition dans le choix des sujets et de réalisme familier, parfois même touchant à la naïveté, dans la composition et les personnages. Il meurt à Rome en 1682.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Lino Mannocci, The etchings of Claude Lorrain, Yale University Press, 1988 (ISBN 978-0-300-04222-1)

Notes

[1] Chamagne est une commune française située dans le département des Vosges

[2] Fribourg-en-Brisgau est une ville d’Allemagne située dans le land de Bade-Wurtemberg. C’est à la fois une ville arrondissement et le chef-lieu de l’arrondissement de Brisgau-Haute-Forêt-Noire, dont elle ne fait pas partie. Elle est aussi le chef-lieu du district de Fribourg-en-Brisgau et de l’association régionale Südlicher Oberrhein. De 1945 à 1952, elle fut la capitale du land de Bade, qui a alors fusionné avec deux autres länder pour former le Bade-Wurtemberg. Fribourg est l’une des villes allemandes les plus méridionales. Elle est traversée par le Dreisam et se trouve au pied des montagnes de la Forêt-Noire. Le centre-ville est à une vingtaine de kilomètres du Rhin et de la France, et à environ 70 km de la Suisse.

[3] Naples est une ville d’Italie, chef-lieu de la région de Campanie. L’histoire de Naples s’étend sur plus de 28 siècles. Sous le nom de Parthénope, elle fut fondée durant l’Antiquité par la cité voisine de Cumes. Elle s’étend ensuite rapidement jusqu’à devenir un des principaux centres commerciaux, culturels, philosophiques et politiques de la Grande-Grèce puis de l’Empire romain. Après avoir été brièvement dépendante de l’Empire byzantin, elle devient autonome au sein du duché de Naples. Dès le 13ème siècle et pour ensuite plus de 600 ans, elle devient successivement la capitale du royaume de Naples puis du royaume des Deux-Siciles. Elle reste alors un des principaux centres de développement économiques et technologiques d’Europe jusqu’à son annexion au royaume d’Italie en 1860, date à laquelle elle entame un relatif déclin socio-économique.

[4] Capitale du duché de Lorraine jusqu’au rattachement de celui-ci au Royaume de France en 1766, évêché depuis 1777, Nancy est le chef-lieu du département de la Meurthe de 1790 à 1871 puis de Meurthe-et-Moselle à partir de 1871. La naissance de Nancy est liée à l’édification d’un château féodal, au cours du 11ème siècle, par Gérard d’Alsace qui y fonde une petite cité qui deviendra la capitale du duché de Lorraine sous ses successeurs au 14ème siècle. En 1218, au cours de la Guerre de Succession de Champagne, sous le règne du duc Thiébaud 1er , la ville est totalement incendiée par l’empereur Frédéric II de Hohenstaufen. Elle sera reconstruite, agrandie et protégée par un nouveau château.

[5] Le duché de Lorraine est né du partage de la Lotharingie en 959 par le duc Brunon de Cologne, qui confia la Haute Lotharingie au vice duc Frédéric de Bar. Celui-ci prit le titre de duc de Haute Lotharingie en 977. Au fil du temps, le duché de Haute Lotharingie deviendra le duché de Lorraine, mentionné comme tel en 1067. Les ducs (pour les descendants de Gérard d’Alsace et ceux des Maisons de Vaudémont et d’Anjou jusqu’en 1737) se succédèrent jusqu’en 1766, date de l’annexion par la France où le trône ducal fut occupé par Stanislas Leszczynski, souverain polonais détrôné profitant de la vacance du trône lorrain à la suite du mariage du dernier duc de la maison de Lorraine, François III, avec l’archiduchesse régnante d’Autriche Marie-Thérèse. Ce François III a été élu par la suite roi des Romains et couronné comme Saint Empereur Romain sous le nom de François (premier de ce nom), de sorte qu’on parle de sa femme comme l’Impératrice Marie-Thérèse.

[6] La guerre de Trente Ans est une série de conflits armés qui a déchiré l’Europe de 1618 à 1648. Les causes en sont multiples mais son déclencheur est la révolte des sujets tchèques protestants de la maison de Habsbourg, la répression qui suivit et le désir de ces derniers d’accroître leur hégémonie et celle de la religion catholique dans le Saint-Empire. Ces conflits ont opposé le camp des Habsbourg d’Espagne et du Saint-Empire, soutenus par l’Église catholique romaine, aux États allemands protestants du Saint-Empire, auxquels étaient alliées les puissances européennes voisines à majorité protestante, Provinces-Unies et pays scandinaves, ainsi que la France qui, bien que catholique et luttant contre les protestants chez elle, entendait réduire la puissance de la maison de Habsbourg sur le continent européen.