Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Zhao Gao

mardi 5 février 2019, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 28 juillet 2011).

Zhao Gao (mort en 207 av.jc)

Zhao Gao Fonctionnaire devenu chef des eunuques durant le règne de Qin Shi HuangdiFonctionnaire devenu chef des eunuques [1] durant le règne de Qin Shi Huangdi, premier souverain de la dynastie Qin [2]. Il fut le précepteur puis l’éminence grise derrière le trône du Second Empereur avant de finalement pousser ce dernier au suicide. Mais il mourut peu après de la main de Ziying, éphémère roi de Qin, qu’il avait lui-même mis sur le trône. Il joua un grand rôle dans la chute de la dynastie Qin.

Parmi les hypothèses avancées, Zhao Gao pourrait être originaire, comme son nom l’indique, du royaume de Zhao [3].

On le décrit parfois doté d’une force physique exceptionnelle ; très intelligent, il s’appliqua à l’étude des lois pénales en vigueur à Qin et connaissait bien la jurisprudence, ce qui lui permit de faire carrière dans l’administration de cet État.

Il fut d’abord un fonctionnaire mineur de l’État de Qin. Mais à l’occasion d’un scandale, il fut mis en accusation par le juge Meng Yi, fils du général Meng Wu et frère du célèbre Meng Tian . Il fut destitué de sa position et condamné à mort. Il est également possible que sa castration ait fait partie des conséquences de ce coup du sort.

Qin Shi Huangdi lui pardonna pourtant et le rappela finalement auprès de lui, où il reprit des fonctions officielles.

Il conserva de cet épisode une profonde rancune à l’égard du clan Meng, qui était honoré à la cour du souverain depuis les exploits militaires du général Meng Ao, grand-père de Meng Yi, durant la période des royaumes combattants [4]. Cette haine allait jouer un rôle déterminant après la mort du Premier Empereur.

Légiste consommé, il assista, d’après le Shiji [5], le ministre Li Si dans la mise en application des nombreuses réformes voulues par Shi Huangdi. C’était un dignitaire important, comptant parmi ses titres celui de "chef des eunuques", ainsi que "chef des attelages du palais". Mais il fut surtout le précepteur de l’un des fils cadets du souverain, le prince Hu Hai (Qin Er Shi), sur lequel il acquit une importante influence. L’aîné des enfants de l’empereur et son héritier présomptif, le prince Fu Su , qui avait osé blâmer son père pour sa sévérité lors de l’épisode de la mise à mort des lettrés, avait été exilé dans le Nord, avec la charge d’assister Meng Tian, occupé à repousser les barbares et à édifier la Grande Muraille [6].

Lorsqu’en 210, l’empereur tomba malade alors qu’il rentrait d’un de ses voyages, il fit écrire une lettre au prince Fu Su, accompagnée du sceau impérial et naturellement confiée à Zhao Gao qui dirigeait le bureau chargé de la transmission des ordres scellés. Mais l’empereur mourut avant que le message n’ait été envoyé.

Conscient que l’héritier désigné ne lui serait pas favorable, et que le clan Meng obtiendrait les plus hautes faveurs, il escamota ces dernières volonté, et fut l’instigateur du complot, orchestré avec le premier ministre Li Si, destiné à placer sur le trône le prince Hu Hai, qui faisait partie du voyage. L’eunuque étant l’un des seuls habilité à approcher l’empereur dans le convoi, le décès fut gardé secret par d’habiles stratagèmes jusqu’au retour à la capitale.

Une fois au centre du pouvoir, Li Si put proclamer la mort du souverain. Les 3 intrigants contrefirent les dernières volontés de l’empereur, le prince Hu Hai rédigea de nouveaux ordres, ordonnant au prince Fu Su de se suicider, et se désignant lui-même comme successeur. En fils obéissant, Fu Su se supprima. Hu Hai fut sacré sous le nom de Qin Ershi Huangdi. Li Si conserva sa charge de premier ministre.

Le nouvel empereur n’a, au plus, que 21 ans. Zhao Gao est établi surintendant du palais et, affermissant son pouvoir sur son ancien élève, devient par ses conseils le vrai décisionnaire du gouvernement, Qin Ershi étant traditionnellement vu comme un souverain fantoche.

Il commence d’abord par détruire la famille Meng. Meng Tian, destitué, est poussé au suicide et son frère Yi arrêté et exécuté. Puis, sur ses conseils, les lois déjà sévères de Qin sont encore durcies, et les ordonnances se multiplient. Elles sont l’occasion, pour Zhao Gao, d’abattre tous les contestataires à sa mainmise sur le gouvernement de Qin. Même les frères et sœurs du nouvel empereur ne sont pas épargnés, et la plupart d’entre eux sont exécutés. Ses officiers ne s’embarrassent même plus de donner des chefs d’accusation lorsqu’ils arrêtent des opposants pour les mettre à mort. Il manipule le souverain, l’isolant toujours davantage, et organise la disgrâce du ministre Li Si. Celui-ci est finalement arrêté, torturé et mis à mort en 207, ainsi que toute sa famille sur 3 générations. Manœuvré par Zhao Gao qui le conduit à douter de sa propre lucidité, Qin Ershi reste désormais dans ses appartements et décide toutes les affaires avec son conseiller, qui seul peut l’approcher librement ; à partir de ce moment, les hauts dignitaires ne sont plus que rarement reçus en audience.

En 207 les rébellions secouaient, les unes après les autres, les fondements de l’empire en passe de se désagréger. Déjà, les anciens royaumes s’étaient reconstitués en principautés autonomes, et l’autorité de l’empereur n’était plus reconnue. Les rebelles, menés par le gouverneur de Pei, Han Liu Bang, marchaient sur le territoire de l’ancien royaume de Qin, parvenant aux portes de la capitale, et ce, malgré tous les avis donnés par Zhao Gao à l’empereur. Le grand conseiller eunuque ne se présenta plus à la cour, et, craignant que Qin Ershi ne le rendît responsable de cette situation dramatique, décida de le supprimer et de le remplacer. Ayant préparé son action avec son frère Zhao Sheng et son gendre Yan Yue, préfet de Xianyang [7], il envoya des gardes, déguisés en bandit, assaillir le palais. Acculé, l’empereur fut contraint au suicide, et fut enterré sans cérémonie.

Craignant que les ministres réunis ne profitent de la situation pour le faire périr, et soucieux de conserver sa mainmise, il installa sans tarder le prince Ziying sur le trône, avec le titre de roi de Qin, l’empire Qin n’ayant plus de réalité politique.

Zhao Gao ne survécut pas longtemps à Qin Ershi. Il avait, semble-t-il, passé un accord avec Liu Bang et les insurgés afin de s’assurer le trône de Qin pour lui-même.

Mais Ziying était conscient de la duplicité de l’eunuque et du danger qu’il représentait. Le roi ayant décliné l’invitation à rejoindre le temple ancestral pour se purifier, Zhao Gao dut se rendre auprès du lui. Ziying le tua d’un coup d’épée. Il extermina également la famille de Zhao Gao, jusqu’au 3ème degré de parenté.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Zhao Gao/ Portail du monde chinois/ Catégories : Période des Royaumes combattants/ Dynastie Qin

Notes

[1] Un eunuque est un homme castré. La castration se limite généralement à l’ablation des testicules mais il arrive qu’elle concerne également le pénis, connue alors sous le nom de pénectomie. Dans la Chine ancienne, la castration était à la fois une punition traditionnelle (jusqu’à la dynastie Sui) et un moyen d’obtenir un emploi dans le service impérial. À la fin de la dynastie Ming, il y avait 70 000 eunuques dans la Cité interdite. La valeur d’un tel poste était importante car elle pouvait permettre d’obtenir un pouvoir immense qui dépassait parfois celui du premier ministre. Cependant, la castration par elle-même fut finalement interdite. Le nombre d’eunuques n’était plus estimé qu’à 470 en 1912, lorsque la fonction fut abolie. La justification de cette obligation pour les fonctionnaires de haut rang était la suivante : puisqu’ils ne pouvaient procréer, ils ne seraient pas tentés de prendre le pouvoir pour fonder une dynastie. À certaines périodes, un système similaire a existé au Viêt Nam, en Inde, en Corée et dans d’autres contrées du monde.

[2] La dynastie Qin est la première dynastie impériale de la Chine, qui dure de 221 à 206 av. jc. C’est la conquête des six États issus de la chute de la dynastie Zhou par l’État de Qin, conquête unifiant de facto le pays, qui l’installe au pouvoir. Les 14 années de règne de son fondateur, Qin Shi Huang, le premier empereur de l’histoire de la Chine, et de son fils Qin Er Shi, représentent, malgré cette brièveté, un tournant capital dans l’histoire nationale

[3] Un des sept États qui composaient la Chine antique pendant la Période des Royaumes combattants. Initialement clan de grands feudataires de l’Hégémonie de Jin, le Zhao fut l’un des trois États créés par la partition de celui-ci par les trois familles en 403 av. jc. D’abord de faible importance, le Zhao sus se développer jusqu’à devenir l’un des royaumes majeurs, avant d’être finalement détruit par le royaume de Qin. Son territoire s’étendait sur les provinces actuelles de la Mongolie-Intérieure, du Hebei, du Shanxi et du Shaanxi. Les frontières de cet état touchaient le pays des Xiongnu ainsi que les royaumes du Qin, du Wei et du Yan.

[4] La période des Royaumes combattants, s’étend en Chine, du 5ème siècle av. jc à l’unification des royaumes chinois par la dynastie Qin en 221 av. jc. Ce nom lui est donné tardivement, par référence aux Stratagèmes des Royaumes combattants, ouvrage portant sur cette période. Elle correspond dans la chronologie dynastique à la fin de la période des Zhou orientaux (771-256 av. jc). Cette chronologie, qui repose sur l’historiographie traditionnelle, ne correspond pas nécessairement à la datation précise des évolutions sociales, politiques, économiques et culturelles : ce qui caractérise les Royaumes combattants date principalement du début du 4ème siècle av. jc.

[5] Le Shiji, parfois mémoires du Grand Historien ou Mémoires historiques , ont été écrits de 109 à 91 av.jc, par l’historien chinois Sima Qian. Cet ouvrage couvre l’histoire chinoise de l’époque mythique de l’Empereur Jaune jusqu’à l’époque où a vécu son auteur. Première somme systématique de l’histoire de la Chine, il a exercé une influence importante sur l’historiographie chinoise postérieure. Il est comparable aux Histoires d’Hérodote.

[6] La Grande Muraille est un ensemble de fortifications militaires chinoises construites, détruites et reconstruites en plusieurs fois et à plusieurs endroits entre le 3ème siècle av. jc et le 17ème siècle pour marquer et défendre la frontière nord de la Chine. C’est la structure architecturale la plus importante jamais construite par l’Homme à la fois en longueur, en surface et en masse. Populairement, on désigne sous le nom de « Grande Muraille » la partie construite durant la dynastie Ming qui part de Shanhaiguan sur le territoire de la ville de Qinhuangdao dans la province du Hebei à l’Est pour arriver à Jiayuguan dans la province du Gansu à l’Ouest. Sa longueur varie selon les sources. Selon un rapport de 1990, la longueur totale des murs serait de 6 259,6 km.

[7] Xianyang est une ville-préfecture de la province du Shaanxi en Chine. Elle se trouve sur la rive Nord du Yangzi Jiang, et à 25 km au Nord-ouest de Xi’an, la capitale provinciale. Xianyang fut la capitale de la dynastie Qin, et le célèbre mausolée de l’empereur Qin se trouve à proximité.