Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Jan Van Eyck

samedi 27 octobre 2018 (Date de rédaction antérieure : 8 septembre 2012).

Jan Van Eyck (1400-1441)

Peintre flamand

Frère d’Hubert Van Eyck. En 1420 il a présenté la tête d’une Madone à la guilde d’Anvers [1]. En 1422 il décora un cierge pascal pour la cathédrale de Cambrai [2].

Puis en 1425 il était à la Haye [3] dans le service de Jean Sans Merci ou Jean 1er de Hainaut . Ensuite, il est allé à Bruges [4] et à Lille [5] à la cour de Philippe le Bon, duc de Bourgogne [6] comme peintre et valet de chambre. Il devint un homme d’une certaine influence à la cour et il fut envoyé comme ambassadeur chargé de demander la main de Isabelle à Philippe du Portugal. Ce voyage dura du 18 octobre 1428, à la fin décembre 1429. Il est mort vers la fin juin 1441.

Ses oeuvres sont d’une précision et d’un équilibre étonnants, elles inaugurent une époque réaliste de la peinture nordique. Avec son frère Hubert, il mit au point la technique de la peinture à l’huile.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de histoire de l’art - Jan Van Eyck

Notes

[1] Une guilde désignait au Moyen Âge (11ème/14ème siècle) une association ou coopération de personnes pratiquant une activité commune, généralement des marchands, qui, s’étant dotés de règles et de privilèges spécifiques, demandaient protection aux autorités d’une ville ou d’un État.

[2] La cathédrale Notre-Dame de Grâce de Cambrai est à la fois basilique et ancienne église métropolitaine (ancien siège de l’archevêché de Cambrai regroupant les diocèses suffragants d’Arras et de Lille). L’ancienne cathédrale de Cambrai ayant été détruite pendant la Révolution, le siège épiscopal fut transféré en 1804 dans l’église de l’abbaye du Saint-Sépulcre, qui date de la fin du 17ème siècle.

[3] La Haye a été fondée en 1248 par Guillaume II, comte de Hollande et roi d’Allemagne, puis du Saint Empire romain germanique. À cette date il a ordonné la construction d’un château dans une forêt près de la mer en Hollande, dans lequel il avait l’intention de s’installer après son couronnement. Guillaume II mourut dans une bataille avant celui-ci, stoppant ainsi la construction avant la fin. Aujourd’hui le château est appelé le « Ridderzaal » (littéralement : « salle des Chevaliers ») et est encore utilisé pour des événements politiques. Par la suite, La Haye a été le centre administratif des comtes de Hollande. De puissantes villes hollandaises comme Leyde, Delft et Dordrecht s’accordèrent pour choisir la petite et peu importante ville de La Haye comme leur centre administratif. Cette situation n’a jamais été remise en cause, ce qui fait aujourd’hui de La Haye le siège du gouvernement, mais pas la capitale officielle des Pays-Bas qui est Amsterdam.

[4] Bruges est une ville de Belgique située en Région flamande, chef-lieu et plus grande ville de la province de Flandre-Occidentale. Bruges apparaît au 10ème siècle en tant que place forte du comté de Flandre. En 1134, un raz-de-marée a pour conséquence bénéfique d’ouvrir un bras de mer, le Zwin, donnant un accès direct à la mer pour la ville, ce qui entraîne un développement urbain spectaculaire entre le 12ème et le 15ème siècle, avec le creusement de nombreux canaux. Forte de son indépendance communale symbolisée par son beffroi, Bruges devient une plaque tournante portuaire, commerciale et financière centrale dans l’Europe du Moyen Âge, reliant les pays de la mer du Nord et de la Baltique à la Méditerranée. Les riches marchands brugeois traitaient avec ceux de toute l’Europe.

[5] Lille est une ville du nord de la France, préfecture du département du Nord. Le comté de Flandre, dont Lille devient l’une des capitales avec Gand, Bruges et Saint-Omer, est constitué progressivement à partir de 866 par Baudouin 1er de Flandre. En 1066, lorsque le comte Baudouin V de Flandre établit la grande charte de dotation de la collégiale Saint-pierre, Lille est déjà une petite ville avec remparts, accolée à son château fort, le château de la Motte-Madame, et qui commence à se développer autour du faubourg marchand de la paroisse Saint-Étienne, situé au sud du castrum. À l’est, le village de Fins possède, lui aussi, une église, l’église Saint-Maurice. Il sera intégré à Lille au cours du siècle suivant. La ville se développe grâce à son emplacement privilégié de traversée de la Deûle, au blé qu’on récoltait alentour en abondance et à ses relations avec les autres villes du prospère Comté de Flandre. Une foire au drap est ainsi fondée au 12ème siècle. En 1127 et 1128, Lille connaît ses premiers sièges par les armées du Roi de France, Louis VI de France, lors des affrontements entre Guillaume Cliton, fils du duc de Normandie, et Thierry d’Alsace, comte d’Alsace, pour la succession du comté de Flandre. En juin 1213, c’est Philippe Auguste qui fait le siège de Lille et remporte la ville en trois jours. Elle est reprise par Ferrand de Portugal en septembre de la même année, puis par Philippe Auguste qui incendie la ville, avant de remporter, l’année suivante, la bataille de Bouvines. À partir de 1214, Jeanne de Constantinople, comtesse de Flandre et de Hainaut, s’emploie à reconstruire la ville et ses fortifications. Elle fonde notamment l’hôpital Saint-Sauveur et l’hospice Comtesse. Lille est réunie une première fois au domaine royal en 1304. Entre 1297 et 1304, Lille a connu trois sièges, par les armées de Philippe le Bel d’abord, lors des affrontements qui l’opposent à Guy de Dampierre, par Jean 1er de Namur ensuite, lors des évènements qui font suite aux matines de Bruges et à la bataille de Courtrai en 1302, puis de nouveau par Philippe le Bel après la bataille de Mons-en-Pévèle. En 1369, Lille est cédée par le Roi Charles V de France, avec Douai et Orchies, à Philippe II de Bourgogne lorsqu’il épouse la fille de Louis II de Flandre, Marguerite III de Flandre. S’ouvre alors une période de prospérité au cours de laquelle Lille devient une des trois capitales des possessions du duc de Bourgogne, avec Dijon et Bruxelles. Elle devient aussi un pôle administratif de premier plan et accueille la Cour des comptes de l’État bourguignon en 1385. Le premier chapitre de l’ordre de la toison d’or est constitué à Lille en 1431. En 1477, à la mort de Charles le Téméraire, Marie de Bourgogne épouse Maximilien 1er du Saint Empire et apporte la ville aux Habsbourg. Lille rejoint ainsi le Saint-Empire romain germanique et partage le destin des Pays-Bas pendant plus de 150 ans.

[6] Le duché de Bourgogne est une ancienne principauté féodale du royaume de France entre les 9ème et 15ème siècles avec pour capitale Dijon. À partir de 1006, le duché est un apanage gouverné successivement par deux lignées de sang royal, Capétiens directs et Valois. À la suite du mariage de Philippe le Hardi avec Marguerite de Flandre, les Valois Bourgogne donnent une telle extension à leurs possessions dans les Pays-Bas entre 1363 et 1477 qu’ils envisagent d’en faire un État indépendant. Cependant, ce développement rapide entraîne la formation d’une coalition (menée par les cantons Suisses et le duc de Lorraine) qui inflige une série de défaites au dernier duc Charles le Téméraire, qui trouve finalement la mort sous les murs de Nancy. La Bourgogne elle-même devient alors un gouvernement et une généralité du royaume de France.