Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Johannes Bessarion ou Basilius

Johannes Bessarion ou Basilius

dimanche 3 mai 2015, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 20 août 2012).

Johannes Bessarion ou Basilius (1395-1472)

Patriarche latin de Constantinople et Cardinal-humaniste grec

Cardinal Basilius Bessarion (Gravure sur bois de la Bibliotheca chalcographica)Moine de l’Église d’Orient [1], brillant prédicateur, il fut envoyé à Constantinople, où il s’est consacré à l’étude, réalisant de grand succès dans le domaine des lettres. Archevêque de Nicée [2] en 1437, il se montra un ardent partisan de la réunion avec Rome et œuvra en ce sens au concile de Ferrare Florence [3] en 1438. C’est là qu’il fait la connaissance de Nicolas de Cues.

Favorable à l’union des Églises, il est rejeté par les siens à son retour à Constantinople, pour s’être rallié au camp des latins. Se sentant menacé, il revient en Italie en 1439 et se fixa à Rome. Nommé cardinal, il fut chargé par Eugène IV de missions diplomatiques importantes. En 1455 et 1471, il aurait pu être élu pape si son origine grecque ne l’avait pas rendu suspect aux yeux de certains.

Grand humaniste de la Renaissance, il s’employa à faire connaître à l’occident la pensée de Platon et s’attacha à montrer la parenté entre le christianisme et les idées de Platon. Il possédait une très riche bibliothèque et disposait d’une véritable troupe de copistes et de traducteurs à son service, dont notamment Regiomontanus. Il légua cette bibliothèque à la ville de Venise pour en prévenir la dispersion. Très engagé dans la défense du platonisme, il a écrit le “De natura et arte adversus Trapezuntium” dans lequel il polémique avec Georges Trébizonde qui avait écrit un pamphlet contre Platon. Il fait partie des correspondants de Nicolas de Cues qui le poussent à reprendre le problème de la quadrature du cercle qu’il avait insuffisamment travaillé dans ses “Transmutations Géométriques”. Il est l’auteur de nombreux travaux théologiques au sujet du fameux "Filioque" qui domina les discussions au concile de Florence. Il aurait effectué quelques observations astronomiques. Il meurt à Ravenne le 18 novembre 1472.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de l’Encyclopédie catholique/Johannes Bessarion/ Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 157

Notes

[1] L’expression « chrétiens d’Orient » recouvre des acceptions différentes. Au sens large, elle désigne tous les chrétiens non-latins, c’est-à-dire les chrétiens orthodoxes et ceux du Proche- et Moyen-Orient. On y inclut aussi les minorités plus ou moins importantes d’Iran, d’Arménie, de Turquie, d’Inde, du Pakistan, d’Indonésie et d’Éthiopie.

[2] İznik (anciennement Nicée) est une ville d’Anatolie (Turquie) connue surtout pour deux conciles du début de l’histoire de l’Église chrétienne. Elle fut aussi au Moyen Âge la capitale de l’empire de Nicée, vestige de l’empire byzantin pendant les croisades.

[3] Le XVIIe concile œcuménique de l’Église catholique commence à Bâle le 23 juillet 1431. Transféré par Eugène IV à Ferrare en 1437 puis à Florence en 1439, il se termine à Rome en 1441.